Manhattan, j’espère que nous nous rencontrerons de nouveau !

La première fois que je suis allé dans la ville de New York, était durant la conférence de partage d’expériences internationales de Falun Dafa qui s’est tenue en Avril 2004. Après que la conférence se soit terminée, alors que j’embarquais dans l’avion pour quitter New York, je pensais en moi-meme, ‘’ A moins que ce ne soit pour participer à une autre conférence de partage d’expérience, je ne veux pas remettre les pieds à New York de ma vie!’’ L’impression que j’avais de New York était totalement mauvaise. Cependant, moins d’un an après cet événement, je suis retourné à New York six fois de mon propre gré. Durant mes vacances d’hiver, d’été, et d’automne, et même durant les jours fériés, je me suis envolé pour New York. J’ai passé mes vacances à Manhattan à clarifier les faits sur Falun Gong aux gens dans les rues, pour offrir le salut aux gens. Depuis que j’ai commencé la pratique de Falun Dafa, cette période de temps a été la plus significative et m’a apporté les moments les plus heureux de ma vie.

‘’ Vous venez de changer ma vie !’’

En août 2004 alors que mes vacances d’été étaient sur le point de se terminer, le dernier jour avant que je ne quitte Manhattan, je suis allé aider à une exposition anti-torture de Falun Gong devant la station Penn. J’ai distribué un prospectus à une jeune fille qui marchait devant moi. Elle était blonde avec des vêtements modernes, sexys et elle portait du maquillage et du rouge à lèvres. De façon inattendue, elle s’arrêta brusquement et me posa une série de questions au sujet de diverses croyances et religions. Elle a aussi posé des questions sur Jésus offrant le salut aux êtres et sur l’extraordinaire pouvoir de Authenticité-Compassion-Tolerance. Je tentais de répondre à ses questions avec la compréhension que j’ai obtenue de l’étude des enseignements de la Loi. Finalement, elle me demanda, ‘’ Pensez vous réellement que Falun Dafa peut changer la vie de quelqu’un et changer le monde ?’’ Regardant ses yeux pleins d’espoir et d’attente, j’ai dit d’un ton résolu avec une foi ferme, ‘’Oui, je le crois.’’ Soudainement, elle me serra dans ses bras pendant presque une minute entière et me dit doucement à l’oreille, ‘’ Vous venez de changer ma vie !’’

Avant d’avoir eu la chance de réagir à son étreinte et à ses mots, elle s’en alla. J’ai soudain compris. Elle était quelqu’un qui avait beaucoup recherché et qui refusait d’abandonner la recherche de la vraie signification de la vie. Aujourd’hui, cependant, elle a trouvé les réponses à ses questions et le sens de l’appartenance à Authenticité-Compassion-Tolérance. Peu de temps après, à ma surprise, elle revint vers notre exposition. Cette fois, elle amena deux de ses amies avec elle. Elle me donna de nouveau, une grande étreinte.

Maître, plein d’une immense compassion est venu nous donner de l’eau.

La seconde fois où je suis allé à Manhattan, ce fut durant l’été 2004. Beaucoup de pratiquants de Falun Dafa du monde entier étaient réunis à Manhattan. Sous le soleil torride dans les rues, vous pouviez voir les pratiquants en tee-shirts jaunes partout. Pas le moins du monde rebutés par la chaleur intense et la soif, ils étaient venus pour diffuser les merveilleuses nouvelles de Falun Dafa aux êtres sensibles profondément ensevelis sous la poussière du monde humain. Un jour, le Maître compatissant s’est donné la peine de venir personnellement dans les rues nous apporter de l’eau de source rafraîchissante. A ce moment, nous étions trois pratiquants occidentaux à un bout de la rue. L’une d’entre nous faisait face à la rue s’asseyant dans la position de méditation et émettant des pensées droites. Elle a vu de façon inattendue Maître, lui souriant de façon bienveillante. Elle fut si choquée qu’elle n’a pu bouger à cet instant et a pu seulement laisser les larmes brouiller sa vision. Une autre pratiquant qui était dans la rue dans un autre arrondissement a accepté trois bouteilles d’eau minérale d’une voiture. Le pratiquant ne s’attendait pas à ce que Maître vienne et le salue, ‘’ Cela a du être difficile pour vous !’’ Le pratiquant fut si surpris qu’il resta juste là debout, abasourdi. C’est seulement lorsque la voiture s’est éloignée d’une certaine distance, qu’il sortit de son étourdissement et réalisa qu’il avait oublié de remercier le Maître. Les pratiquants qui ont entendu les nouvelles de l’incident furent si touchés par la pitié illimitée de Maître que nous fondîmes en larmes. Avoir la relation prédestinée et l’honneur de devenir disciple de Maître dans cette période de temps, est un honneur si suprême et une chance sans limite. Chaque fois que je lis le début du premier chapitre de Zhuan Falun où Maître dit,

‘’Je pense que ceux qui peuvent écouter mes conférences en personnes, je voudrais dire, honnêtement… vous réaliserez dans le futur que cette période est extrêmement précieuse.’’ (Traduction non officielle)

Je comprends la signification profonde derrière ces mots. Il s’agit de chérir cette relation prédestinée qui arrive seulement une fois en des milliers d’années, d’être diligent dans sa pratique et de suivre Maître chez soi. N’est ce pas le but de la vie ?

Pensées lors de l’exposition anti-torture

La troisième fois que je suis allé à New York, ce fut en Septembre. Nous avons organisé une exposition anti torture devant le complexe des Nations Unies pour montrer la torture perpétrée contre ceux qui pratiquent Falun Gong en Chine. J’ai pris l’initiative de me porter volontaire pour jouer le rôle d’un des pratiquants torturés. Je l’ai fait de 14 :00 à 15 :00 heures. Dans le but de le rendre convaincant, j’ai du me mettre pieds nus et mes bras devaient être levés aussi haut que possible alors qu’ils étaient attachés et suspendus au dispositif de torture. Alors que j’étais debout sur le sol, mes plantes ont eu une sensation chaude, brûlante. Je ne pouvais imaginer comment endurer ceci pendant une heure de cette façon. Je pensais aux pratiquants en Chine qui étaient en prison et expérimentaient une telle torture, à cet instant. L’inconfort que j’expérimentais n’était rien en comparaison. A ma surprise, cinq minutes plus tard, les plantes de mes pieds ne sentaient plus la chaleur brûlante. Je ressentais plutôt, une sensation chaude, confortable.

Après dix minutes, les poignets ont commencé à enfler et à être douloureux. Soudain, j’ai senti distinctement que les Falun ( Roue de la Loi) tournoyaient aux alentours de la région de mes poignets. Peu après, la sensation de douleur disparut. Je pensais immédiatement que ceci était totalement le Maître compatissant qui m’encourageait et me remplissait à nouveau d’énergie. En me remémorant cet incident, je sens que Maître protège toujours chacun de ses disciples. Si je devais écrire les nombreuses fois où j’ai expérimenté la protection attentive de Maître et l’aide pour résoudre les difficultés durant cette année, ce serait un texte très long.

Partager la joie de voir les gens avec des relations prédestinées après qu’ils aient compris la vérité au sujet de Falun Dafa.

La quatrième fois que je suis venu à Manhattan, je pouvais rester seulement quelques jours. Une fois que j’ai quitté l’avion, je suis allé directement à l’exposition anti-torture à Manhattan. Il faisait exceptionnellement froid en octobre à New York, et je n’avais aucun vêtement chaud. Lorsque je tendis un prospectus de clarification des faits ( prospectus détaillant ce qu’est Falun Gong et exposant la persécution brutale) au propriétaire d’un véhicule garé le long d’un trottoir, il me dit qu’il était journaliste photographe travaillant pour une société de médias dans le bâtiment en face de notre exposition anti-torture. Je lui ai demandé pourquoi il ne faisait pas un reportage photos de nous. Il a dit qu’il avait besoin de l’approbation de son supérieur. Ainsi, je lui ai demandé de montrer les matériaux de clarifications des faits à ses supérieurs. Il était très heureux de recevoir les matériaux. Il m’a dit qu’il avait des collègues de nationalité Chinoise. Je fus ravi d’apprendre ceci. Je lui ai aussi donné des matériaux de clarification des faits en langue Chinoise. Je lui ai expliqué qu’ils avaient du être trompés par les mensonges et la propagande calomnieuse du parti communiste Chinois. Il prit les prospectus avec bonne volonté. Puis, il me demanda si j’avais froid. J’étais embarrassé et lui expliquais que je venais juste de l’aéroport et ne m’attendais pas à ce que le temps soit si mauvais. J’avais utilisé le mot ‘’ glacial’’ pour expliquer les attaques des furieuses forces perverses. Il se retourna et me donna une veste disponible qu’il avait dans sa voiture. J’ai mis la veste sans aucune hésitation. Un sentiment de chaleur a immédiatement circulé dans mon corps. J’étais très reconnaissant pour sa gentille attention . Avant qu’il ne parte, je lui ai demandé comment je pouvais lui rendre la veste. Il a souri sincèrement et a dit, ’’Vous pouvez la garder.’’

Plus tard, j’ai rencontré une dame âgée de quatre vingt un ans. J’ai discuté avec elle pendant plus d’une heure. Je lui ai parlé en détail du merveilleux de Falun Dafa et de la cruauté de la persécution. J’ai réalisé qu’elle était en réalité très jeune parce qu’elle avait un cœur qui semblait en attendre plus. Je lui ai demandé, ‘’ Souhaitez vous pratiquer Falun Gong ?’’ Elle fut prompte à répondre, ‘’ Bien sur !’’ A son expression ravie, j’ai pu sentir et partager la joie de son âme.

Les pratiquants de Falun Dafa dans le monde entier

La cinquième fois que je suis venu à New York, était fin 2004 et l’hiver du début 2005. J’ai passé mes vacances d’hiver à Manhattan. Durant ces trois semaines, le plus grand défi pour moi était le froid glacial. Etre exposé au froid glacial à des températures au dessous de zéro pendant trois ou quatre heures était probablement un genre d’inconfort que je n’avais pas encore expérimenté dans ma vie. Je me précipitais dans le métro pour distribuer des prospectus et me cacher du froid. Comme je ne portais pas de chaussures isolantes, mes orteils étaient gelés si rudement qu’ils me faisaient insupportablement mal. Comme il était difficile de porter des boites pour déjeuner, j’avais habituellement une barre de chocolat dans ma poche pour déjeuner comme si cela était capable de résister au gel.

Durant une sombre journée neigeuse, un pratiquant d’Angleterre est venu sur notre site d’exposition. Il est resté à la même place pendant plus de trois heures et a continué à distribuer des prospectus. Il n’était pas comme moi. Je me précipitais dans le métro pour éviter le froid. Je me suis avancé vers lui, pris le chocolat dans ma poche et le lui ai tendu. J’ai dit, ‘’ Tu dois avoir faim. S’il te plait prends du chocolat pour reprendre de l’énergie revigorante.’’ Il a souri et répondu, ‘’ Tu sais quoi ? Dés que je fais des choses pour Falun Gong, je ne sens jamais la faim.’’ Chacun de ses mots se sont gravés dans mon cœur. Regardant son visage rose et la neige sur ses sourcils, j’ai senti le fossé entre nos niveaux de pratique.

La sixième fois où je suis allé à New York ce fut l’été de cette année. Ce fut la fois où j’ai passé le plus de temps à clarifier les faits à Manhattan. J’ai passé là, deux mois. De la conférence de partage d’expériences de Chicago, je suis venu dans les rues de Manhattan, New York. Puis de New York, je me suis envolé pour la conférence de partage d’expérience de Washington DC. De Washington, je suis allé à l’exposition d’art de Philadelphie, puis je suis revenu à New York. Je repense fréquemment a cette période. Je chéris chaque moment.

Lorsque j’étais à New York, j’ai passé la majeure partie de mon temps à clarifier les faits dans les rues lors de l’exposition anti-torture. Angéla est une jeune pratiquante d’Australie. Nous avions eu la relation prédestinée de nous rencontrer à Manhattan. Durant les nombreux jours où nous avions clarifié les faits et offert le salut aux êtres sensibles ensemble, nous sentions que nous coopérions l’un avec l’autre harmonieusement. Elle avait souvent un sourire resplendissant sur son visage. Quelque soit l’attitude des passants que nous rencontrions, son sourire sincère demeurait toujours. Durant cette période, de 11 :00 heures à 17 :00 heures, je ne l’ai pas du tout vue manger. Une fois que je partageais avec elle des fruits que j’avais amenés avec moi, je ne pus m’empêcher de lui demander , ‘’ A plusieurs reprises, je ne t’ai pas vu apporter de panier repas et je ne t’ai pas vu acheter de nourriture rapide. Qu’est ce que tu manges pour déjeuner ?’’ Elle répondit, ‘’ La plupart du temps, je ne prends pas mon déjeuner.’’ ‘’ Est ce que tu n’as pas faim ?’’ ‘’ Non, c’est parce que notre Maître nous réapprovisionne en énergie, particulièrement lorsque nous faisons du travail de clarification des faits pour Dafa. je ne sens donc pas la faim.‘’ A présent, j’ai réalisé que lorsque je fais le travail de clarification des faits pour Dafa, je ne me sens pas endormi, fatigué ou affamé.

‘’ Maître, merci!’’ ai- je dis silencieusement dans mon cœur. Le Maître grand et compatissant nous a donné la mer illimitée mais nous sommes incapable d’en rembourser une seule goutte.

Manhattan, j’espère que nous nous rencontrerons de nouveau!

31 octobre 2005

Traduit de l’anglais :
http://en.clearharmony.net/articles/200511/30057.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.