Enlever tous les éléments qui entravent notre progression dans la cultivation

Le récent article de Maître “ Plus on approche de la fin, plus on doit être diligent"nous rappelle de nouveau notre manque de diligence dans notre cultivation personnelle. Après avoir regardé en moi, j’aimerais partager avec vous comment les points suivants m’ont affectés.

1. Le week-end arrive, relâche toi !

Avant 1999, date à laquelle le Falun Gong a été interdit par le gouvernement chinois, ma charge de travail était légère et j’avais beaucoup de temps pour faire les exercices et pour étudier les enseignements du Falun Gong. Cependant en 2001, bien que ma charge de travail soit restée à peu près la même, nous avons perdu notre environnement de cultivation où nous pratiquions souvent ensemble en larges groupes. En outre, les fréquentes "arrestations illégales" de nombreux pratiquants de Falun Gong (ou Falun Dafa) par les autorités augmentaient nos peurs et en conséquence les groupes d’études de la Loi (Fa¹) et de pratique se sont de plus en plus raréfiés. Evidement, j’ai eu des lacunes dans ma cultivation ce qui a offert aux forces anciennes des failles qu’elles ont utilisés pour interférer et j’ai été mutée à un poste où il m’aurait fallu 24 heures de travail par jour pour venir à bout de mes tâches. Même quand je n’étais plus au travail mon esprit s’y trouvait. Quand j’ai réalisé la situation il était déjà trop tard pour avoir des regrets. Dans cette circonstance j’espérais rattraper mon étude de la Loi, les exercices et l’émission des pensées droites et la clarification de la vérité du week-end. Mais quand le week-end arrivait la pensée "je dois me reposer" dominait encore mon esprit. Je faisais ce qu’un non pratiquant fait – lèche vitrine et chercher des divertissements etc. Mes tentatives pour me remettre sur le droit chemin échouaient chaque fois. Ce n’est que récemment que j’ai réalisé que ces distractions étaient des matières tangibles – elles étaient vivantes, et s’agrippaient à moi et m’empêchaient de les fuir. J’ai finalement réalisé que je devais d’abord me débarrasser de ces choses si je voulais me retrouver libre afin de bien faire les trois choses que Maître nous demandées de faire.

2. Complexe d’infériorité et trouver des excuses pour s’être relâchée dans la cultivation

Les forces anciennes ont toujours essayé de trouver des moyens d’affaiblir les pensées droites des pratiquants de Falun Dafa. Dès qu’un pratiquant réalise qu’il a fait quelque chose d’incorrect, elles essayent d’amplifier sa faute et font de sorte qu’il se sente coupable et le décourage pour qu’il arrête la pratique. Au fil du temps, cette personne développe un sentiment qu’il n’est pas digne d’étudier la Loi (Fa), qu’il n’est pas digne de clarifier la vérité et petit à petit il commence à négliger sa pratique. Ce complexe d’infériorité" affecte sérieusement notre cultivation et nous empêche de progresser. Nous devons maintenir nos pensées droites tout le temps et nous ne devons pas permettre au complexe d’infériorité de devenir une excuse pour notre manque diligence.

3. Blesser les autres et nous blesser nous-mêmes par un langage vulgaire

Quand quelqu’un ne fait pas attention à son langage, souvent il blesse les autres involontairement. Souvent une personne dit des choses qu’elle ne veut pas dire, mais la personne qui écoute est blessée. Quand cela arrive, l’environnement devient tendu, et affecte directement les émotions. Cela arrive souvent quand les gens commencent à blaguer. Au début les blagues sont châtiées. Mais quand les notions corrompues des gens ordinaires s'y glissent, les blagues commencent à être de mauvais goût. Elles deviennent très vites cyniques, exaspérantes et ridicules. Le pire est quand des blagues " d’adultes" entrent dans la conversation, car elles ternissent énormément l’image d’un pratiquant de Falun Dafa. Ces blagues blessent non seulement les autres mais nous causent aussi du tort. Quand quelqu’un réalise les conséquences de ses paroles, alors il se sent indigne d’être un disciple de Dafa et cela à son tour amènera l'état d'esprit de "se sentir inférieur" mentionné plus haut.

4. Chercher une récompense pour nos bonnes actions

Si une personne ordinaire peut rembourser un offense par la gentillesse, un pratiquant devrait faire encore mieux. Dans notre vie de tous les jours quand quelqu’un donne quelque chose il attend quelque chose en retour. Quand il n’a rien en retour, il est fâché, devient rancunier et agité. Un petit garçon d’un parent proche habitait avec nous. J’aime ce garçon à cause de sa conduite innocente et je lui ai consacré beaucoup d’attention et de temps. Je sentais que je le faisais naturellement sans rien attendre en retour. Pourtant comme le temps passait, j’ai remarqué que le garçon avait beaucoup de mauvaises habitudes Quand j’ai essayé de le ramener sur le droit chemin, le garçon a commencé à m’éviter, et parfois il m’a même menti. J’ai été très fâché et j’ai dit à mes amis que je ne faisais pas cela pour moi même ou pour avoir quelque chose en retour. Je voulais juste qu’il soit honnête avec moi. En fait je n’avais pas compris que cela était aussi un attachement.

5. Négliger les détails cause des interférences sur le progrès de notre cultivation

Pour prendre le problème à la racine, la cause de mon manque de diligence est dû à un manque de compréhension profonde de la Loi parce que je n’évaluais pas chaque chose selon les standards de la Loi.

Maître dit dans Zhuan Falun:

" En tant que pratiquant, des contradictions pourront nous apparaître soudainement. Que faire ? Si d’ordinaire vous gardez toujours un cœur de compassion, un esprit paisible et serein, vous pourrez bien agir lors de la rencontre de problèmes car vous aurez alors du recul. Si vous êtes toujours compatissant et bien intentionné que vous souciez toujours des autres quand vous faites quelques chose, et qu’à chaque problème rencontré, vous vous demandez d’abord si les autres peuvent le supporter et si cela ne porte pas atteinte aux autres, ainsi il n’y aura aucun problème. Pour cette raison vous devez dans votre pratique être exigeant envers vous-même selon un critère élevé et encore plus élevé. » (Quatrième Conférence)

Récemment un article intitulé “Humain ou Divin” écrit par un compagnon de pratique nous a donné un autre avertissement. Comment pouvons nous ne pas nous presser et être diligent dans notre pratique ?

Traduit de l’anglais sur
http://en.clearharmony.net/articles/200511/30056.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.