La parole est au Falun Gong au Panel de Discussion des Nations Unies « Violence contre les femmes en Chine » (Photo)

Le 25 mars, le Parti Radical Transnational, et des NGO ont parrainé deux heures de discussion à propos de la « Violence contre les femmes en Chine » à la 58ème Session de la Commission sur les Droits de l’Homme à Genève, en Suisse. Marina Sikora du Parti Radical Transnational présidait l’événement, qui présentait quatre femmes pratiquant le Falun Gong qui avaient fait directement l’expérience de la persécution. Environ 50 NGO et délégués du gouvernement assistaient à ce forum.

Quatre pratiquantes de Falun Gong étaient invitées à partager leur expérience dans la persécution. La première était Mme Zhizhen Dai d’Australie. Mme Dai a commencé en exliquant la situation générale du Falun Gong en Chine, et comment les femmes sont soumises à des méthodes de torture extrêmes. Elle a également exprimé son inquiétude pour les deux femmes de Changchun qui ont été condamnées à mort pour avoir été prétendument impliquées dans l’incident de la TV le mois dernier. Mme Dai a alors raconté son horrible histoire et comment la police Chinoise à torturé son mari à mort, dans un camp de travail. Elle a échappé au même sort parce qu’elle était citoyenne Australienne. De retour en Australie, elle a passé 8 mois à faire appel au gouvernement Chinois pour récupérer les cendres de son mari, mais ses requêtes n’ont jamais été acceptées. Finalement, plusieurs mois plus tard, le gouvernement Australien a pu par les moyens diplomatiques rapatrier les cendres de son mari. Mme Dai et sa petite fille de 2 ans font maintenant de leur mieux pour supporter la terrible situation.

La deuxième à prendre la parole était Mlle Mela Wu Malin, une infirmière agréée de New York City. Mlle Wu a raconté son histoire et comment elle a été battue par la police Chinoise lors de sa visite en Chine début 2000. Elle était allée en Chine rendre visite à son grand-père de 95 ans et espérait le voir avant qu’il ne meurt. Elle a aussi raconté les histoires de plusieurs femmes, qu’elle avait rencontrées durant son voyage et qui avaient été battues et torturées simplement parce qu’elles pratiquaient le Falun Gong.

La troisième des intervenantes était le Dr Lili Feng, un professeur de médecine associé au Collège de Médecine de Houston au Texas. Dr Feng a partagé son expérience d’avoir été détenue et placée dans un camp de travail en Chine. Elle visitait des parents en Chine lorsque la police l’a arrêtée. Elle a été forcée à fabriquer des brosses à dent 12 heures par jour dans un camp de travail forcé. Elle a partagé de nombreuses histoires de femmes du Falun Gong détenues et torturées dans le camp de travail.

Enfin la dernière à prendre la parole était Mlle Lilian Staf, programmatrice informatique de londres. Mlle Staf a partagé son expérience d’avoir été brutalisée par la police Chinoise alors qu’elle participait à l’appel des « 35 Occidentaux » sur la Place Tiananmen. Puis elle a partagé son point de vue d’occidentale sur la violence contre les femmes en Chine.

Après les quatre interventions, une heure a été consacrée aux questions du public et à la discussion. La première question posée par un représentant d’une NGO a été, « qu’est-ce que le Falun Gong et pourquoi le gouvernement Chinois le persécute-t-il si cruellement ? » Dr. Shiyu Zhou, professeur de l’Université de Pennsylvanie , a répondu en détail aux deux questions. Beaucoup d’autres représentants d’ NGO ont exprimé la nécessité de s’unir pour condamner la Chine par une résolution des Nations Unies.


http://www.clearwisdom.net/emh/articles/2002/3/31/20465.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.