Pratiquant de Falun Dafa, Gu Yalou a été torturé a mort par la section de la Sécurité d’État de la station de Police de la ville de Renqiu

Gu Yalou, mâle, 32 ans, est sorti afficher des documents clarifiant la vérité à 11p.m. le 26 septembre 2001. À minuit, il était arrêté et emmené à la station de police Beihan. Le 27 septembre à 10 :00 a.m., la police l’a envoyé à la Brigade de la Sécurité d’État de la Station de Police de Renqiu. La police n’a pas autorisé sa femme à lui rendre visite. A midi le 29 septembre, celle-ci a su par une information interne qu’il serait emmené en jugement pendant l’après-midi même. La police demandait 20 000 yuan RMB (La paye mensuelle moyenne d’un travailleur urbain est de 500 yuan) en échange de sa libération après le procès. Le 30 septembre, autour de 16 heures., sa femme avait préparé l’argent et allait venir le chercher. A ce moment, deux personnes du gouvernement de la ville sont venues lui demander à son épouse de se rendre à la ville de Renqiu. Lorsque sa femme est arrivée à la station de police, elle a été directement emmenée à la salle de conférence du troisième étage. Un directeur de la station lui a lu un rapport écrit, qui disait que Gu Yalou était mort pendant le procès le soir précédent vers sept heures et demie du soir au 5e étage.

C’était l’été, mais de tout le bâtiment il n’y n’avait qu’une fenêtre ouverte. Il y avait des taches de sang sur le plancher de la pièce où Gu est mort. Un médecin du barreau de la ville de Cangzhou a donné un rapport d’autopsie déclarant qu’il y avait une bosse sur sa tête, qui résultait d’un coup porté avec un objet lourd. Il y avait du sang partout sur son visage et deux taches noires sur son épaule gauche, apparemment des chocs d’un bâton électrique. Il y avait les cicatrices des coups d’un fouet sur son derrière et un trou dans la jambe droite. La peau sur ses deux talons était fendue jusqu'à l’os. Ses tibias étaient brisés et saignaient, et il était évident que son corps était tombé en arrière d’une hauteur élevée. Après que la femme de Gu ait vu son corps pendant à peine une demi-heure, la police l’a pressée de l’habiller et de le préparer pour être incinéré. La police ne voulait répondre à aucune de ses questions. Elle voulait attendre que les autres membres de sa famille arrivent, puisqu’ils étaient encore en chemin. Cependant, les superviseurs des Fondés de Pouvoirs de la ville de Renqiu et la station de police, et même les fonctionnaires de la ville de Cangzhou sont venus prendre le contrôle de la situation. Ils ont forcé son épouse à signer son nom et accepter d’incinérer le corps, mais elle a refusée. Deux équipes de soldats sont alors venus et l’ont forcée à l’habiller en quinze minutes. Les soldats ont ensuite pris le corps pour l’incinération et les cendres n’ont même pas été données à l’épouse de Gu.

La police a employé une tactique commune, employée lors des incidents précédents.
La police a dit qu’il était mort d’être sauté d’un haut édifice, mais cela est évidemment un mensonge :
Un édifice si luxueux n’est pas le genre d’endroit pour emmener une personne en jugement en Chine. Pourquoi seule cette fenêtre était ouverte en plein été, tandis que toutes les autres étaient fermées?
La bosse sur sa tête résultait d’un coup donné avec un objet lourd, ce qui pourrait facilement tuer une personne. Comment aurait-il pu encore arriver à sauter d’un édifice?
Pourquoi avoir des soldats pour escorter son épouse et incinérer le corps d’une façon si précipitée? Que tentaient-ils de cacher? Y a-t-il une vérité indicible derrière cette mort?

Nous demandons une investigation urgente sur ce cas. Que les meurtriers soient punis par la loi.

Date de la poste : 2/13/2002
Date de l'article original : 2/13/2002
Catégorie : Compte-rendu de témoins
Traduit en anglais le 2/12/2002
Traduit en français le 2/15/2002
Version chinoise disponible sur : http://www.minghui.cc/mh/articles/2002/2/11/24720.html
Version anglaise disponible sur : http://www.clearwisdom.net/emh/articles/2002/2/13/18704.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.