Le pratiquant de Falun Dafa Huang Zhiyi de la province de Gansu est torturé à mort

Huang Zhiyi, un homme âgé de 60 ans, était un retraité de l’usine d’Aluminium du Nord-ouest (connue à l’origine comme l’usine d’état n°113, située dans le comté de Longxi, province de Gansu). Huang a été illégalement placé en garde à vue dans le centre de détention après avoir fait un appel pour le Falun Gong à Beijing. Il a également été torturé dans une classe de lavage de cerveau. Pour empirer les choses, Huang a été constamment harcelé et menacé par la police après sa libération du centre de détention. La police a demandé à Huang de lui donner des informations sur l’endroit où se trouvaitsa fille. S’il ne coopérait pas, la police menaçait d’envoyer sa femme en prison à la place. (La femme et la fille de M. Huang sont aussi des pratiquantes de Falun Gong. Sa fille a été forcée de quitter la maison pour éviter de nouvelles persécutions). Huang a acquis une très bonne santé en pratiquant le Falun Gong. Cependant, ses problèmes cardiaques ont recommencé à cause de la torture, du harcèlement et de la persécution menée par la police. Huang est mort subitement le 19 janvier 2002.

Huang Zhiyi avait obtenu le Falun Dafa en 1998 grâce à sa femme, celle-ci ne sachant pas très bien lire, il l’assistait dans la lecture du Zhuan Falun .. Après avoir parcouru le livre en 15 jours, Huang fit l’expérience de recouvrir miraculeusement la santé. Il avait eu de sérieux problèmes cardiaques et avait subi une intervention chirurgicale importante en 1992. Une des incisions faite pendant l’opération n’avait jamais cicatrisé en 6 ans. Il souffrait beaucoup. Mais maintenant, cette blessure guérissait en 15 jours ! Il était bouleversé. Il disait à chacun : « Falun Gong est bon, ce que Maître Li enseigne dans le Zhuan Falun est vrai ! » Depuis lors, il avançait avec sa femme dans cette voie de cultivation.

En décembre 2000, Huang Zhiyi et sa femme sont allés à Beijing en faveur de Dafa. Dans le centre de détention de Beijing, il a parlé aux policiers, leur disant que Dafa est une science extraordinaire.. Il a dit que le gouvernement avait fait une erreur en persécutant le Falun Dafa. Les policiers étaient émus. Ils ont dit : « Monsieur, nous savons aussi que Falun Dafa est bon. Mais quelqu’un au gouvernement central a d’autres mobiles. Il veut vraiment persécuter les gens à travers ce mouvement. » Le jour suivant, Huang est sorti dignement du centre de détention

De retour à la maison après son voyage à Beijing, la section de sécurité de l’usine et la police locale l’ont forcé à participer à une classe de lavage de cerveau. Dans la classe de lavage de cerveau, Huang a fait respecter la vérité et a défendu le Falun Gong. Il a dit : « Maître Li nous enseigne à être de bons citoyens. Falun Dafa est bon, cela ne fait absolument aucun doute ! » Le gang malveillant voyant la détermination de Huang l’ont envoyé au centre de détention pour une longue période. Ils étaient en train de planifier son envoi en un camp de travail. Au centre de détention, Huang ne pouvait plus étudier Dafa ni pratiquer les exercices. A cause des tortures physiques et mentales, sa santé s’est rapidement détériorée.

En mai 2001, la police a libéré Huang, parce qu’elle ne voulait pas être tenue pour responsable s’il mourrait dans le centre de détention. Néanmoins, ils l’ont constamment harcelé et menacé pour chercher à savoir où se trouvait sa fille. Ils ont même fouillé sa maison dans la nuit. Ils lui criaient : « Donne-nous ta fille maintenant, ou alors nous allons prendre sa mère à la place. Toutes deux pratiquent le Falun Gong ! »

Huang Zhiyi n’a pas réussi à supporter ces tortures cruelles à cause de son affaiblissement. Il est mort dans l’injustice le matin du 19 janvier 2002.

Jiang est responsable de la mort d’encore une nouvelle personne innocente.

http://www.clearwisdom.net/emh/articles/2002/1/29/18231.html
http://www.minghui.cc/mh/articles/2002/1/28/23926.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.