La cithare

Cithare de la Dynastie Tang

La cithare est un des plus anciens instruments de musique. Sa sonorité riche et profonde, sa qualité persistante et lointaine, lui confèrent ses caractéristiques nationales distinctes. Traditionnellement, jouer de la cithare permettait autrefois aux lettrés d’exprimer leurs sentiments et leurs aspirations.


Une ancienne légende raconte que la première cithare fut construite durant la Dynastie de l’Empereur Huang ( 2600 Avant J.C ), lorsque le musicien de Huang, Lin Lun, entendit un phœnix ( un oiseau mystique chinois) chanter son magnifique chant, inspiré, il composa un chant pour saisir la qualité du chant de l’oiseau. Plus tard, Shen Long fit un banjo avec le bois de l’arbre du phénix et un fil de soie. Cette sorte de cithare est appelée une ‘’cithare de Shen Long.’’ La Cithare de Shen Long a cinq fils et fait prés de trois pieds et demi de long. Le corps de la cithare est fait de bois de phénix, qui, d’après une légende, est connu pour être de nature spirituelle.

Le son de la Cithare de Shen Long est en accord avec l’univers et exprime son harmonie. Au printemps et en hiver, Confucius utilisait la cithare comme un moyen d'enseigner l'éthique à ses élèves. Prés de 72 des trois mille élèves de Confucius pouvaient jouer de la cithare.


La cithare est souvent appelée la ‘’Cithare au dos carbonisé.’’ Ce terme vient d’une ancienne histoire de la Dynastie Han. Cai Yi vit un jour un morceau de bois brûler et en entendant le son du bois qui brûlait, il sut qu’il pourrait faire un beau bois pour une cithare. Il retira rapidement le bois du feu et fabriqua avec une excellente. La partie arrière de la cithare étant brûlée, l'instrument resta connu comme la ‘’Cithare au Dos Carbonisé’’


Il y a beaucoup d’histoires et de poèmes concernant la cithare dans l’histoire. Liu Bowen de la Dynastie Ming raconta l'histoire musicien Qiao qui avait fabriqué une superbe cithare avec du beau bois de phénix pour l’offrir aux musiciens des fonctionnaires du gouvernement local. Mais ces derniers la refusèrent . Qiao demanda alors à des artisans de graver quelques motifs antiques et de sceller les caractères sur la cithare, puis il la tint cachée pendant une année. L'année suivante, il empaqueta la cithare dans un étui et l’offrit de nouveau. Cette fois les musiciens ne tarirent pas d’éloges a son sujet. Qiao, malheureux de la superficialité humaine, partit vivre seul dans des montagnes reculées.

Les anciens étaient capables de dire les sentiments et les émotions d’un musicien à partir du son de la cithare dont il jouait. Dans l’histoire, ‘’ Ville Vide’’, tirée de l’Histoire des Trois Rois, ZuGe Liang jouait paisiblement sur le mur de la ville alors que d'importantes troupes approchaient de la ville. Lorsque SiMaYi entendit le son harmonieux et paisible de la cithare, il remit ses plans en question et battit en retraite.


Il semblerait que cet ancien instrument traditionnel, produise non seulement des sons harmonieux mais puisse aussi inspirer ses auditeurs.


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.