L'effet négatif potentiel d'un vaccin contre le coronavirus

Dessin humoristique "Jeter le pot" du célèbre peintre de Pékin Dacha, qui fait la satire du Parti communiste chinois pour avoir dissimulé la vérité sur l'épidémie et l'avoir fait passer à l'étranger. Dacha a été emmené et admonesté par les agents de la sécurité publique de Pékin, et le dessin a disparu de l'Internet chinois.


En l'espace de deux jours, Johnson & Johnson et Eli Lilly ont tous deux interrompu leurs essais cliniques de vaccins contre le coronavirus en phase avancée, les 12 et 13 octobre 2020, respectivement, par souci de sécurité concernant le "remède" très attendu contre le virus mortel qui a infecté près de 40 millions de personnes et en a tué un million dans le monde.


Bien que l'on ne sache pas exactement quand les deux sociétés peuvent ou vont reprendre leurs essais cliniques ni quelles sont les conditions spécifiques que connaissent leurs participants, l'arrêt soudain du travail des deux chefs de file renouvelle la discussion sur la sécurité d'un vaccin contre le coronavirus et les effets indésirables potentiels que cela pourrait avoir.


L'une des principales préoccupations concernant un vaccin contre le coronavirus est l'amélioration dépendante des anticorps (ADE), un phénomène qui pourrait contribuer à l'augmentation de la gravité de l'infection virale. En cas d'ADE, les anticorps stimulés par l'injection d'un vaccin favoriseraient l'entrée du virus dans les cellules et la réplication virale ultérieure, au lieu de le neutraliser. Les ADE pourraient provoquer des réponses immunitaires sévères, y compris des décès rapides.


Contrairement à la façon dont les antibiotiques ciblent et tuent les bactéries, il n'existe pas de médicament à large spectre pour les virus. La plupart des médicaments antiviraux n'éliminent pas l'agent pathogène ciblé. Ils inhibent plutôt sa réplication en donnant au système immunitaire du corps humain plus de temps pour réagir au virus. Une fois que le système immunitaire aura gagné la bataille, il développera une mémoire de l'anticorps spécifique qu'il a produit pour neutraliser le virus. Lorsque l'organisme est à nouveau infecté par le même virus, cette mémoire activera le système immunitaire de l'organisme et produira rapidement un grand nombre d'anticorps pour lutter contre l'agent pathogène.


C'est basé sur la même idée que des vaccins, principalement des agents non pathogènes imitant le virus, ont été développés pour préparer le corps à l'immunité acquise contre certains agents pathogènes.


L'effet ADE, bien qu’encore mal compris, a été découvert pour la première fois dans le virus de la dengue. Lorsqu'une personne est infectée pour la première fois par le virus, elle peut avoir de la fièvre, des maux de tête, des douleurs musculaires et articulaires et une éruption cutanée. Environ 1 personne sur 1000 présenterait des symptômes graves tels que des saignements, un état de choc et une fièvre hémorragique. Ce ratio pourrait cependant être dix fois plus élevé lorsqu'une personne est réinfectée par le virus.


Lors des essais cliniques sur la dengvaxie, un vaccin développé par Sanofi qui cible les quatre sérotypes du virus de la dengue, 295 des 20 439 enfants (1,44%) ont été hospitalisés dans la cinquième année après avoir reçu la troisième dose du vaccin, probablement à cause de l'effet ADE.


En plus du virus de la dengue, des ADE ont également été observées dans le virus de l'immunodéficience humaine (VIH), le virus de la péritonite infectieuse féline, le coronavirus du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV) et le coronavirus lié au syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS-CoV).


Jusqu'à présent, seul le virus de la variole a été éliminé par la vaccination parmi des millions de virus qui existent dans la nature. Pour les virus plus compliqués, le développement de vaccins a rencontré plus de difficultés et des résultats mitigés, en raison de l'effet ADE et des séquences virales qui continuent de muter.


Étant donné que le nouveau coronavirus (Covid-19) est identique à 80% au SRAS-CoV et à 54% au MERS-CoV, il est très probable que des ADE dans le nouveau coronavirus se produiront, laissant ceux qui reçoivent le vaccin avec une plus grande vulnérabilité aux souches virales mutées.


Certains scientifiques ont proposé d'optimiser la conception du vaccin pour minimiser l'effet potentiel de l'ADE, comme la réduction des anticorps non neutralisants ou l'ajustement des doses de vaccin. Cependant, étant donné la nature instable du coronavirus et le taux de mutation élevé en raison de son architecture d'ARN (l'ARN est une sorte de molécule génétique sensible à la dégradation chimique dans l'environnement), cela pourrait être un défi de taille pour les scientifiques de poursuivre la course au coude à coude dans le développement du vaccin.


Historiquement, plusieurs pandémies ont connu des secondes vagues plus meurtrières, telles que la grippe espagnole de 1918 et la pandémie H1N1 de 2009. Bien que les voies d'infection virale et les groupes vulnérables ciblés soient très dynamiques, il est raisonnable de se demander si l'ADE pourrait être l'un des facteurs ayant contribué aux deuxièmes vagues mortelles.


D'un autre côté, du point de vue de la culture traditionnelle chinoise, on a toujours cru qu'il y avait un lien profond entre l'esprit et le corps humains, et, mis à part les phénomènes de surface, les épidémies sont souvent considérées comme un indicateur de la dégénérescence du cœur et des normes morale des gens.


Alors que les scientifiques se précipitent pour produire des vaccins et des médicaments salvateurs pour guérir le Covid-19 mortel, il vaut la peine de s'arrêter pour réfléchir sur nous-mêmes: y a-t-il une raison plus profonde à la situation du coronavirus? Pouvons-nous trouver un remède venant de l'intérieur?


Article connexe en chinois
新冠ADE初现-疫苗将成炸弹(下)

Version anglaise :

Version chinoise :
新冠ADE初现-疫苗将成炸弹(上)

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.