Les enseignements de Confucius sont propices à une société moderne fondée sur la liberté et le libre arbitre (suite et fin)

La suprématie des obligations définies par les relations : un code d’honneur
 


Suite de la deuxième partie


5. La suprématie des obligations définies par les relations, selon Confucius, est adaptée au passé et au présent, à la fois pour la Chine et les autres pays


On peut voir de ce qui précède, que la société humaine n'est pas une arène de ténèbres et de tromperie, où règne une lutte impitoyable entre tous et chacun, la loi de la jungle, et le principe "ta perte est mon gain". Bien que ce genre de pensée soit très répandu, elle ne saurait être plus erronée. C'est là que sont apparues beaucoup des doctrines les plus maléfiques du XXe siècle, comme le nazisme d'Hitler, qui pense qu'entre les nations, il n'y a qu'une lutte "tu dois mourir pour moi". Bien au contraire, la société humaine est une arène de clarté et d'intégrité, où règnent les échanges à grande échelle et les plus approfondis, c'est-à-dire la coopération et l'aide mutuelle à grande échelle et les plus approfondies.


Et les obligations définies par le confucianisme en matière de relations sont un code d'honneur qui régit cette coopération et cette aide mutuelle. Ce qui est prescrit par les obligations définies par les relations est exactement la conduite d'aide mutuelle à adopter par les différentes parties dans les relations entre les êtres humains.


Par conséquent, le fait de rendre suprêmes les obligations définies par la relation, de les traiter comme la valeur suprême, comme le fait la tradition confucéenne-chinoise depuis plus de deux mille ans, est non seulement le plus adapté à la société chinoise de l'histoire, mais aussi le plus adapté à la société chinoise moderne. En outre, cela convient non seulement à la Chine, mais aussi à toute société, car la conception des obligations définies par les relations est la plus propice au fonctionnement de la nature fondamentale de toute société humaine, passée ou présente, qu'elle soit chinoise ou non : l'entraide, l'échange.


6. La pensée de Confucius est de nature à rendre la société moderne encore plus libre
La conception confucéenne de la suprématie des obligations définies par les relations est non seulement adaptée à la société moderne, mais elle est également propice au développement d'une société encore plus libre que celle que nous connaissons actuellement. Pourquoi ? Parce que, à l'exception de la relation entre le gouvernement et ses citoyens, les obligations sont volontaires, de son propre gré, et il n'est pas nécessaire que le gouvernement y participe, et le gouvernement est une contrainte, c'est-à-dire qu'il force les gens à faire des choses. Essayez de ne pas faire ce qui est exigé de vous par le gouvernement et la force sera utilisée contre vous, d'abord sous la forme d'un procès, puis sous la forme d'un jugement spécifiant une amende ou une peine de prison, puis sous la forme de personnel du gouvernement pour imposer ce jugement par la force. Même si le gouvernement suit une procédure régulière, peut-être même une démocratie où c'est la volonté de la majorité qui est respectée et reconnue par la plupart des membres de la société comme étant légitime, le gouvernement reste une contrainte et le contraire du libre arbitre. Lorsque les gens choisissent largement de suivre la pensée confucéenne des obligations définies par les relations, les actions coercitives menées par le gouvernement diminueront sensiblement et occuperont un rôle secondaire dans la société, tandis que les actions des gens qui découlent de leur libre arbitre en viendront à occuper le rôle principal dans la société.


Comme les obligations définies par la relation sont toutes basées sur l'avantage mutuel, on les viole à ses propres risques et périls. On est puni par des moyens naturels ; si l'on viole ses obligations, on perd les obligations réciproques que l'autre partie se doit de respecter. Ainsi, si un fils n'est pas xiao (bon pour les parents), il risque que ses parents deviennent méchants, car la réciprocité du xiao de la progéniture est la bonté des parents ; et si un mari n'est pas respectueux et coopératif, il risque que sa femme devienne irrespectueuse et peu coopérative, car le respect et la coopération des époux entre eux sont réciproques.


Qui plus est, d'autres personnes qui sont en relation avec le contrevenant à l'obligation, voyant qu'il ne s'acquitte pas de ses obligations cardinales, peuvent également cesser de s'acquitter de leurs obligations envers lui. Ainsi, le fils qui n'est pas xiao pour ses parents risque d'avoir son propre fils qui n'est pas xiao, et le vendeur qui trompe ses acheteurs risque d'être trompé par les personnes qui lui vendent.


De plus, les personnes qui n'ont pas de relation avec le contrevenant s'abstiendront d'avoir des relations avec lui, n'auront pas de relations ou de contacts avec lui. Ainsi, un vendeur qui viole ses obligations envers ses acheteurs trouvera de moins en moins de clients, un mari qui viole ses obligations envers sa femme aura de moins en moins d'amis, et ainsi de suite.


La suprématie des obligations définies par les relations est la suprématie de l'aide mutuelle, rien de plus. La suprématie des obligations définies par les relations est le code d'honneur pour l'aide mutuelle, et codifie la conduite honorable pour les relations d'aide mutuelle dans la société humaine, des relations qui peuvent durer toute la vie, des relations dont aucun humain ne peut se passer. L'adoption de ce code d'honneur est entièrement volontaire, mais extrêmement bénéfique. Il est très favorable au succès et au bonheur. Avec des incitations aussi importantes, une fois que les gens comprennent l'idée, ils se conduiront conformément à ce code d'honneur, et il n'est pas nécessaire de recourir à une contrainte extérieure sous la forme d'une autorité légale et d'un gouvernement.


Les gens sont libres d'adhérer ou non au code d'honneur. S'ils le font, ils sont récompensés, automatiquement, sans que les autorités n'interviennent. Si les gens ne respectent pas le code d'honneur, ils sont punis, là encore automatiquement, sans que les autorités ne soient impliquées. Bien sûr, les autorités gouvernementales doivent s'impliquer dans les comportements qui enfreignent la loi, mais même si ces comportements échappent au filet jeté par la loi, ils ne peuvent pas échapper à la punition naturelle qui résulte du cadre de la société de la suprématie des obligations définies par la relation.


Lorsque la société considère largement les obligations définies dans les relations comme étant suprêmes, l'exécution des obligations définies dans les relations non gouvernementales et le fonctionnement du marché non gouvernemental, suivront tous l'honnêteté, l'intégrité et l'exécution des obligations. Le gouvernement n'aura alors plus besoin de participer à divers aspects de la vie des gens avec ses mesures coercitives, comme il le fait actuellement. Grâce à des méthodes basées sur le libre arbitre des participants, c'est-à-dire grâce au fonctionnement des relations de la famille, du clan et des amis, et grâce au fonctionnement du marché, les gens peuvent résoudre les problèmes dans les différents aspects de leur vie quotidienne tels que le logement, la retraite, l'éducation, les soins de santé, etc. Le gouvernement, qui représente la coercition, n'aura alors plus qu'à maintenir l'ordre public et à prévenir l'invasion étrangère.


C'est pourquoi le gouvernement, qui représente la coercition, peut être aussi minimal que possible, s'immiscer le moins possible dans la vie des citoyens, et pourtant la société fonctionne harmonieusement et justement, avec tout le monde pris en charge. Les faibles, les personnes âgées et les handicapés seront pris en charge par ceux qui ont des obligations définies par rapport à eux, c'est-à-dire par ceux qui les connaissent et qui leur sont proches, plutôt que par une agence gouvernementale anonyme de type "big brother". La société réalisera alors le "Grand Ensemble" envisagé par Confucius, et sera beaucoup plus libre de l'intrusion et de la coercition du gouvernement que ce n'est le cas actuellement. La liberté pourra alors véritablement régner.


Alors que de plus en plus de gens adoptent l'idée confucéenne de la suprématie des obligations définies par les relations, cela inaugurera une nouvelle ère de sociétés véritablement libres.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.