Les enseignements de Confucius sont propices à une société moderne fondée sur la liberté et le libre arbitre

Confucius (capture d’écran youtube)


Table des matières :
1. Introduction
2. Confucianisme et obligations définies par la relation
3. Obligations définies par la relation et aide mutuelle
4. Acheter et vendre, c'est aussi s'entraider
5. La suprématie de Confucius sur les obligations définies par la relation est adaptée pour le passé et le présent, la Chine et les autres pays
6. La pensée de Confucius est de nature à rendre la société moderne encore plus libre


1. Introduction

Les enseignements de Confucius sont tout à fait adaptés et propices à une société moderne fondée sur les principes de liberté et de libre arbitre (volition). En entendant cela, beaucoup de gens seront surpris et se demanderont comment cela est possible. Les doctrines d'il y a plus de 2 000 ans - comment peuvent-elles être tout à fait adaptées à la vie dans une société libre ? De plus, les enseignements de Confucius ne prônent-ils pas tous l'uniformité, la soumission et l'obéissance ? Ne sont-ils pas contre la liberté et le libre arbitre ? Et bien, non, pas du tout ! Où Confucius ou les premiers classiques confucéens prônent-ils l'uniformité, la soumission et l'obéissance servile ?


Ce n'est que plus tard, surtout depuis l'an 1000 de notre ère, lorsque certains "érudits confucéens" ont modifié l'essence du confucianisme et des enseignements confucéens, passant d'une approche pratique, basée sur le monde matériel réel, et dialectique, à une approche a priori, basée sur le monde imaginaire de la pensée, et métaphysique, et lorsqu'ils ont également ajouté au confucianisme certaines idées légalistes qui prônent un régime totalitaire, que certains "confucéens" ont en fait prôné l'uniformité, la soumission et l'obéissance servile en certaines occasions. En outre, depuis la guerre sino-japonaise de 1895, mais surtout depuis le mouvement du 4 mai 1919, les intellectuels chinois imputent à tort au confucianisme la pauvreté et le retard de la Chine.


Il s'agit là d'un cas tragique d'immense préjudice culturel sans précédent dans l'histoire, mais depuis lors, l'accusation selon laquelle "le confucianisme prône l'uniformité, la soumission et l'obéissance" a été exagérée et gonflée par les détracteurs du confucianisme, tant chinois qu'étrangers.


Voyons dans quelle mesure la pensée centrale du confucianisme réel est tout à fait adaptée et propice à une société moderne fondée sur la liberté et le libre arbitre.


2. Confucianisme et obligations définies par les relations

Les enseignements de Confucius portent avant tout sur les "obligations définies par les relations" ou "ren lun (人伦)".


Que sont les obligations définies par les relations ? Eh bien, dans la pensée traditionnelle chinoise, ce qui se passe entre les parties dans les Cinq relations cardinales de la société ou wu lun (五倫), est décrit par le terme "ren lun (人倫)", que je traduis par "obligations définies par les relations". Ainsi, ce qui doit transparaître entre les parties dans les "cinq relations cardinales" de la société, ce sont les obligations que les parties dans chaque relation se doivent l'une à l'autre et doivent remplir.


Quant aux cinq relations cardinales, ce sont celles entre le souverain et le sujet, c'est-à-dire le gouvernement et les citoyens d'aujourd'hui ; entre le père, c'est-à-dire les parents, et le fils, c'est-à-dire la progéniture ; entre les frères aînés et les frères cadets, c'est-à-dire les frères et sœurs ; entre le mari et la femme, et entre l'ami et l'ami. Ce sont les relations les plus importantes de la société.


Aujourd'hui, nous devons ajouter une sixième relation cardinale, celle entre l'acheteur et le vendeur. La plupart des relations économiques peuvent être incluses dans cette relation : par exemple, entre l'employeur et le salarié, l'acheteur est l'employeur puisqu'il achète de la force de travail, et le vendeur est le salarié puisqu'il vend sa force de travail. Ainsi, la formulation moderne des "cinq relations cardinales" devrait être "les six relations cardinales".


Outre les cinq, ou mes six relations cardinales traditionnelles les plus importantes, il existe de nombreuses autres relations humaines, trop nombreuses pour être énumérées. Tant qu'il y a un contact ou une transaction entre humains, même très temporaire ou très occasionnelle, il y a une relation humaine, et toutes les relations humaines possèdent et sont régies par des obligations définies par la relation.


Par conséquent, dans la pensée chinoise traditionnelle, ce dont les parties s'acquittent ou devraient s'acquitter dans les relations humaines de la société est d'assumer leurs obligations les unes envers les autres.


3. Obligations définies par les relations et aide mutuelle

Comment cela est-il compatible avec, voire favorable à, une société moderne ? Eh bien, la société moderne est basée sur l'échange, en effet toutes les sociétés humaines sont basées sur l'échange, et l'échange n'est rien d'autre qu'une aide mutuelle. Et quelle est l'essence de chacune des cinq, ou six (comme je le propose) relations cardinales ? Cette essence est l'aide mutuelle.


Passons en revue chacune des relations cardinales une par une une :


Premièrement, reflétant la propriété fondamentale de la société humaine, la relation cardinale entre le gouvernement et les citoyens n'est qu'une relation d'aide mutuelle : le gouvernement est là pour aider ses citoyens en les protégeant et en maintenant l'ordre, et à leur tour les citoyens aident le gouvernement en obéissant aux lois du gouvernement afin de rendre l'ordre possible, et en payant des impôts pour soutenir le gouvernement.


Deuxièmement, la relation cardinale entre les parents et la progéniture est une relation d'aide mutuelle : les parents aident la progéniture à survivre, à grandir et à recevoir un enseignement. Lorsqu'ils sont encore immatures, les enfants aident leurs parents en leur obéissant et en les respectant, en coopérant avec eux, en les aidant dans les tâches ménagères, en suivant leurs conseils, et en facilitant ainsi l'enseignement et l'éducation des enfants. Lorsqu'ils sont adultes, les enfants aident les parents en leur fournissant de la nourriture et des soins pendant leur vieillesse et leur infirmité.


Troisièmement, la relation cardinale entre frères et sœurs plus âgés et plus jeunes est une relation d'entraide : les frères et sœurs plus âgés s'occupent des plus jeunes lorsqu'ils sont encore jeunes et dépendants, et les plus jeunes aident les plus âgés en leur obéissant et en les respectant, en coopérant avec eux, en suivant leurs conseils, et en facilitant ainsi l'aide des frères et sœurs plus âgés aux parents pour qu'ils s'occupent des plus jeunes ; une fois adultes, les frères et sœurs s'aident et coopèrent entre eux dans leur carrière, leur conduite et leur vie quotidienne.


Quant à la relation cardinale entre époux, le mari et la femme s'aident mutuellement en construisant une vie commune.


Quant à la relation cardinale entre amis, l'entraide est le véritable lien qui sous-tend l'amitié. Les amis s'encouragent et se conseillent mutuellement, et peuvent également s'entraider dans leur carrière et dans leur vie quotidienne. Même lorsqu'il s'agit simplement de se divertir et de s'amuser mutuellement, c'est aussi une forme d'entraide.

[à suivre]

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.