Anciennes légendes sur les divinités des fléaux

Dans la culture traditionnelle chinoise, les gens étaient impressionnés par diverses divinités, telles que les divinités des rivières, des montagnes, du tonnerre, de la terre, etc.


On estimait que les dieux sont responsables de tout au ciel et sur la terre, et des histoires légendaires les concernant se sont transmises de génération en génération. De nombreuses personnes ont également vu l’existence de dieux dans leurs rêves ou dans la vie réelle.


L’empereur Wen de Sui a rencontré les divinités de la peste
Les premiers témoignages de divinités de la peste remontent à la dynastie des Sui (581-619) en Chine.


Selon "San Jiao Yuan Liu Sou Shen Da Quan" (une publication taoïste, qui aurait été écrite sous la dynastie Ming, qui recueillait des légendes sur les saints et les dieux dans le confucianisme, le bouddhisme et le taoïsme, offrant quelques précieuses références à l'étude des théologies et des dieux populaires dans la Chine ancienne), au sixième mois du règne de l'empereur Wen des Sui, cinq figures géantes sont apparues dans les airs, à quelque 30 à 50 pieds au-dessus du sol. Elles portaient des robes de cinq couleurs et tenaient chacune un ou deux objets dans leurs mains, dont une louche et une jarre, un sac en cuir et une épée, un éventail, un marteau et un pot à feu.


" Qui sont ces divinités ? Que font-elles ici ?" demanda l’empereur abasourdi à son grand secrétaire principal Zhang Juren.


"Ce sont les cinq divinités approuvées par l’empereur de Jade dans les Cieux, et ils sont responsables des fléaux en différentes saisons, » répondit Zhang Juren, " Nous sommes à présent confrontés un fléau inévitable. "


En effet, un fléau dévastateur a ravagé le pays plus tard dans l'année, et de nombreuses personnes ont péri en conséquence.


L’empereur Wen de Sui a réfléchi sur lui- même et a corrigé ses erreurs de gouvernance. Il a également ordonné à ses serviteurs de construire un temple pour vénérer et offrir des sacrifices aux cinq divinités de la peste.


Cette tradition s'est poursuivie sous les dynasties Tang et Song, avec la croyance générale que les cinq divinités de la peste étaient envoyées par l'empereur céleste pour répandre des fléaux dans le monde humain en punition des méfaits de l’espèce humaine.


La famille de Guan Shiren épargnée par la peste
Guan Shiren (1045-1109), un haut fonctionnaire de la cour à l’époque des Song du Nord, a également rencontré les divinités de la peste quand il était étudiant. Elles lui ont dit qu’elles répandraient un fléau le jour du Nouvel An Chinois, mais que sa famille serait épargnée.


Les divinités de la peste lui ont également expliqué pourquoi sa famille serait en sécurité : " Les trois générations de la famille Guan ont fait beaucoup de bonnes actions et accumulé beaucoup de vertu (De). Elles ont toujours essayé d’empêcher les autres de faire de mauvaises choses, et ont loué ceux qui faisaient de bonnes actions. Par conséquent, elles seraient épargnées par la peste. "


La famille de Guan est en effet restée saine et sauve tout au long de la peste.


Les fléaux ont des yeux
La culture traditionnelle chinoise croit que quand la moralité humaine a décliné jusqu’à un certain point, le Ciel punira les gens avec des catastrophes servant d’avertissement pour les empêcher de glisser encore plus bas.


Les anciens rapports sur les fléaux montraient que les personnes qui étaient gentilles avec une moralité élevée restaient généralement en sécurité et heureuses, tandis que celles qui étaient dépourvues de conscience et moralement corrompues étaient punies en conséquence. C’est précisément sur la base d’une telle causalité que les gens disent parfois "qu’une peste a des yeux. "


Comme le dit un vieil adage : « "Les gens qui font de bonnes choses seront bénis par le Ciel, tandis que ceux qui font de mauvaises choses seront dûment punis."


Version chinoise :
http://www.minghui.org/mh/articles/2020/5/30/古籍中关于瘟神的传说 -406931.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.