Les enseignements de Confucius sont propices à une société moderne fondée sur la liberté et le libre arbitre

Acheter et vendre, c'est aussi s'entraider
 

La pagode du Temple confucéen de Nankin (Chine). Par wang leon de Nanjing, Chine — 魁光阁, CC BY 2.0, https://commons.wikimedia.or/w/index.php?curid=8012651


Suite de la Première partie


4. Acheter et vendre, c'est aussi s'entraider
Enfin, il y a la sixième relation cardinale que je propose, la relation cardinale entre l'acheteur et le vendeur - puisque la motivation du profit est en jeu ici, l'achat et la vente sont-ils aussi une relation d'aide mutuelle ? Oui, c'est le cas. La motivation du profit honnête et non trompeur n'est pas la même que celle de la "cupidité" malhonnête et trompeuse. L'objectif d’un profit honnête et sans tricherie consiste à s'efforcer d'aider ses clients dans l'exercice de sa profession, par exemple agriculteur, tailleur, constructeur, etc. En retour, les clients aident en versant une somme d'argent. Avec cet argent, on peut ensuite obtenir l'aide d'autrui sous forme de vêtements, de nourriture, de logement, etc. Ainsi, le but lucratif, poursuivi honorablement, n'est rien d'autre que la recherche d'une aide mutuelle : Je vous aide en donnant mes services ou mes produits, vous m'aidez en me donnant de l'argent, car lorsque vous avez mon argent, vous pouvez l'échanger avec d'autres contre des services ou des produits. De tels efforts louables et honorables sont les seuls moyens réels de faire du profit honnêtement.


Qu'en est-il de la poursuite des clients pour recouvrer les paiements auprès d'eux ; est-ce aussi une aide mutuelle ? Oui, le recouvrement des paiements dus est absolument nécessaire pour garantir la durabilité de la fourniture du bien ou du service précieux et utile considéré. Cela fait partie de la motivation du profit honnête. Il est donc absolument honorable pour un vendeur d'exiger et de percevoir les paiements qui lui sont dus, sinon il ne pourra pas opérer, il fera faillite et ne pourra pas continuer à fournir son produit ; l'aide qu'il apporte aux autres deviendra insoutenable. Bientôt, personne d'autre ne pourra profiter de son produit ; bientôt, personne ne sera aidé par lui. Lorsqu'un vendeur s'efforce de recouvrer les paiements qui lui sont dus, il ne fait que rendre durable la fourniture de son produit, il n'est responsable qu'envers les autres consommateurs et les consommateurs potentiels de son produit ; il essaie de continuer à les aider.


À propos, il convient ici de préciser que, de l'autre côté de la médaille, les clients qui tentent de ne pas payer leurs dettes à l'échéance ont un comportement déshonorant et honteux, car ils violent leurs obligations, ce que la pensée chinoise traditionnelle appelle "oublier la gentillesse et se soustraire aux obligations (wang en fu yi)", épithète alors des plus désobligeantes, et abandonnent leurs promesses de paiement, promesses explicites ou implicites, faites lors de l'achat du bien ou du service.


Qu'en est-il de l'exploitation et de la tricherie des gens dans un but lucratif ? Profiter de ses clients, et cela s'applique à la situation employeur-employé puisque l'employeur est le client d'un employé, en termes de prix, de quantité ou de qualité, est la voie la plus sûre vers la ruine pour un vendeur, car il n'y a qu'un profit unique et à court terme ; le client ne reviendra jamais. Pire encore, il en parlera à dix, vingt, cent personnes, qui en parleront à leur tour à d'autres. Bientôt, il n'y aura plus de clients car la réputation infâme du tricheur est connue. Ainsi, poursuivre le but lucratif de manière malhonnête est futile et insensé, alors que poursuivre le but lucratif de manière honnête est efficace et sage.


En fait, acheter et vendre est une aide mutuelle à très grande échelle :
"Un visiteur extraterrestre trouvera tout simplement incroyable l'aide mutuelle massive et complexe de la société humaine. Des millions et des millions de personnes se rendent à leur travail à des heures fixes et accomplissent leurs tâches plus ou moins sur commande, jour après jour, en fournissant des biens et des services pour aider d'autres personnes. Ces producteurs se rendent ensuite régulièrement chez d'autres personnes, comme l'épicier, le coiffeur, le médecin, etc., et reçoivent de leur part une aide sous forme de biens et de services nécessaires, juste autant et pas plus, avec peu ou pas de bagarres, de bousculades ou de gémissements. Tout est très ordonné, et pourtant il n'y a personne pour contrôler ou diriger tout ce trafic ! (Extrait de l'entrée de mon blog "En- Yi` 恩義 ou La bonté et les obligations, et le monde moderne").


En effet, le niveau de richesse et de modernisation d'une société ne peut être considéré comme rien d'autre que la quantité et la complexité de l'entraide dans une société. Une société riche et avancée n'est qu'une société avec beaucoup de nouveaux biens et services complexes qu'une société pauvre et arriérée n’a pas,et chaque nouveau produit ou service n'est qu'un autre type d'aide mutuelle mis en place. Par exemple, alors qu'avant nous n'avions aucun traitement salvateur pour l'appendicite, et que l'appendicite était une condamnation à mort certaine, avec la modernisation et les progrès de la médecine dans une société, un nouveau type d'entraide naît, les personnes appelées chirurgien, infirmière chirurgicale, anesthésiste, concepteur de matériel d'opération, ouvrier de fabrication de matériel d'opération, architectes de salles d'opération, constructeurs, mainteneurs, concierges, et ainsi de suite, qui peuvent s'unir pour aider les gens en leur fournissant le service appelé appendicectomie, voient le jour.


Puisque le niveau de richesse d'une société n'est que la quantité et la complexité de l'aide mutuelle, puisque l'achat et la vente sont des aides mutuelles à grande échelle, et que l'adhésion à l'honnêteté et à l'intégrité aide la réalisation et la poursuite de l'achat et de la vente, faut-il s'étonner que, là où l'achat et la vente sont généralement reconnus comme étant honorables et respectables, où les vendeurs et les acheteurs sont généralement honnêtes et ne trichent pas, la société soit relativement riche, et là où le contraire est vrai, la société soit pauvre ? Il ne s'agit pas d'un accident, mais d'une relation de cause à effet.


Autrefois, lorsque la Chine était l'un des pays les plus riches, voire le plus riche du monde, l'attitude prévalant dans la société était qu'il fallait être honnête, ne pas être avide et ne pas tricher. Dans le passé, les hommes d'affaires chinois ont eu une excellente réputation d'honnêteté, d'équité et de respect de la parole donnée. En fait, un article du Readers' Digest que j'ai lu dans les années 60 explique que le secret de la réussite des hommes d'affaires chinois en Asie du Sud-Est, outre une éthique de travail étonnante, est leur honnêteté et leur intégrité légendaires.

[à suivre]

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.