Un policier et son épouse de la province de Qinghai persécutés à mort pour leur foi, le père meurt de chagrin

Depuis que le régime communiste chinois a commencé la persécution du Falun Gong, une discipline du corps et de l’esprit basée sur le principe de Sincérité, Bonté et Patience, en 1999, de nombreux pratiquants ont été arrêtés, emprisonnés, torturés ou même tués. Ces pratiquants viennent de tous les horizons et l'un d'eux était un policier de la province de Qinghai.


M. He Wanji travaillait comme policier pour la section de sécurité au département de police de la division des chemins de fer, ville de Xi'ning. Lui et son épouse, Mme Zhao Xiangzhong, ont été arrêtés à plusieurs reprises pour avoir refusé de renoncer à leur foi en Falun Gong. Ils ont ensuite été tous deux persécutés à mort.

M. He Wanji et son épouse, Mme Zhao Xiangzhong


Vous trouverez ci-dessous un compte rendu de la persécution de la famille :


M. He a découvert le Falun Gong en 1997 lors d'un voyage d'affaires et a fait connaître la pratique à sa femme, son fils, ses parents et son frère après son retour à la maison. Il s'est remis d'une tumeur au cerveau et de diverses maladies, tandis que sa femme était guérie de la néphrite (inflammation des reins), de migraines, d'arthrite et d'autres maladies.

Depuis sa pratique du Falun Gong, M. He est devenu très dévoué à son travail et a reçu les éloges de ses collègues et de la direction. Il a été reconnu publiquement à plusieurs reprises en tant que travailleur modèle et membre proactif du syndicat.


Cependant, après le début de la persécution du Falun Gong en juillet 1999, M. He et son épouse ont été arrêtés à plusieurs reprises. M. He a été condamné à 17 ans de prison le 30 décembre 2002 pour avoir participé à l’interception de la télévision pour diffuser la vérité sur le Falun Gong et il est décédé le 28 mai 2003. Son épouse est décédée à la maison le 22 février 2003, après avoir été libéré du camp de travail. Lorsque la mère de M. He et son frère ont été détenus, son père est mort de chagrin.


Le couple envoyé en camp de travail forcé
M. He est allé à Pékin faire appel contre la persécution du Falun Gong en 2000 après avoir été licencié sans raison et n’ayant aucun autre moyen pour faire appel. Lui et sa famille ont été reçus par le Bureau central des appels et la police sur la place Tiananmen lorsqu'ils se sont rendus à Pékin en mars 2000, mais ce qui l'attendait avec sa femme à leur retour, c'était une année de travail forcé pour chacun d’deux.


Après un an passé dans le camp de travail forcé, son emploi n'a pas été rétabli. Lui et sa femme sont sortis pour parler du Falun Gong et ont été arrêtés trois mois plus tard. Le couple a été soumis à des coups et le dos et les jambes de M. He ont été battus au point de prendre une couleur violacée, et il est resté inconscient toute la journée.


Le couple a ensuite été envoyé dans un camp de travail forcé pour une durée de trois ans. M. He y a été battu jusqu'à avoir de grandes difficultés à marcher.


M. He a publié une fois son récit de persécution sur Minghui.org:


"Plusieurs policiers nous ont brutalement battus, ma femme, Zhao Xiangzhong, et moi, alors que j'étais soumis au travail forcé au Bureau de la sécurité publique du comté de Huangzhong le 18 juin 2001. Dans l'après-midi de ce jour-là, les policiers du poste de police de Tianjiazhai, situé sous le Bureau de la sécurité publique de l'arrondissement de Huangzhong, ont déchiré nos chemises, puis ils nous ont attrapés par les cheveux et ont frappé nos têtes contre le mur à côté de l'entrée du poste de police. J'ai perdu conscience instantanément.


"Le soir de ce jour-là, la police de service m'a encore sauvagement battu alors que j'étais détenu comme criminel au centre de détention du Bureau de la sécurité publique du comté de Huangzhong. Il ne s'est pas arrêté après m'avoir frappé au visage et à la tête avec son poing. Il a ordonné à plusieurs détenus du centre de détention de me battre à tour de rôle. Je me suis à nouveau évanoui. Quand je me suis réveillé, j'étais allongé par terre devant la salle de garde du centre de détention. Je souffrais de graves maux de tête et de nausées, ainsi que de douleurs aiguës dans le bas du dos et les jambes. Je ne pouvais que boiter au moment du repas.


"Pendant ma détention, j'avais demandé à plusieurs reprises aux agents de détention un examen physique de mes blessures, mais personne ne m'a donné de réponse concernant un traitement médical. Au moment où j'ai été transféré au camp de travail de Duoba, il y avait encore de nombreuses cicatrices et ecchymoses dues à leur torture sur le bas de mon dos et mes jambes. La torture m’a laissé des dommages permanents, notamment des maux de tête chroniques, des nausées, des douleurs aiguës et insupportables dans le bas du dos et un engourdissement des membres. J'ai atteint un point où je ne pouvais plus prendre soin de moi. Des grosseurs se sont développées dans le sein gauche de ma femme en raison des coups. "


Après que le couple a été envoyé au camp de travail forcé, la police est allée plusieurs fois fouiller leur domicile à minuit.


Lorsque M. He a été emprisonné au camp de travail de Qinghai, il a été enfermé une fois à l'isolement pendant sept jours. Il a été libéré à l'avance après avoir été contraint de rédiger une déclaration de garantie.


La femme persécutée à mort
Mme Zhao a refusé de coopérer avec la police et a subi des tortures brutales pendant qu'elle purgeait une peine de trois ans dans un camp de travail. Elle a été libérée sur parole dans les trois mois qui ont suivi en raison d'une grave maladie.


Au cours du Nouvel An chinois en 2002, Mme Zhao a été enlevée pour la troisième fois et envoyée dans un camp de travail. Elle a été détenue dans une cellule isolée pendant quinze jours et a été libérée pour cause de maladie.


La quatrième fois était avant la convention du 16e Congrès national du Parti en novembre 2002. Six véhicules de police ont été envoyés pour encercler le domicile de M. He. Toute la famille a été enlevée et placée en garde à vue, y compris deux filles de parents de M. He - un enfant de 12 ans et un de 2 ans - qui visitaient temporairement le domicile de M. He. Ils ont été arrêtés et détenus pendant plus de 12 heures.


Mme Zhao a été détenue à l'isolement au camp de travail forcé et soumise à des tortures brutales. Le seul endroit pour dormir était le sol en béton dur et froid. Lorsqu'elle a été libérée 20 jours plus tard, elle ne pouvait pas marcher, le bas du corps était engourdi et elle souffrait de fortes douleurs à la poitrine. Elle était émaciée et ne pouvait ni manger ni boire. Elle est devenue paralysée au lit et dans un état grave. Elle est décédée le 22 février 2003.


M. He a été persécuté à mort après avoir été condamné à 17 ans de prison
En août 2002, en l'espace de trois jours, les pratiquants ont réussi à diffuser deux clips vidéo des faits à propos du Falun Gong sur la télévision câblée dans la ville de Xining, province du Qinghai et dans certaines zones de la région de Lanzhou, province du Gansu. L'émission a duré une demi-heure.


Ces émissions télévisées ont fortement choqué les responsables chinois. Après avoir visionné les clips vidéo, de nombreuses personnes ont appris la vérité sur la persécution subie par les pratiquants de Falun Gong. Jiang Zemin, l'ancien dictateur qui a lancé la persécution du Falun Gong, a donné un délai très court pour résoudre le problème, conduisant à l’arrestation de quinze pratiquants de Falun Gong, et parmi eux se trouvait M. He.


Les autorités ont eu recours à la torture pour obtenir des aveux de ces pratiquants. Le 30 décembre 2002, au cours du procès de quatre pratiquants impliqués dans les incidents diffusés à la télévision, dont M. He, de nombreuses personnes ont constaté que les pratiquants portaient des marques sur le corps dues aux différentes formes de torture.


Les pratiquants ont été condamnés à 7 à 20 ans de prison par le tribunal intermédiaire de la ville de Xining. M. He a été condamné à 11 ans pour "délit d'utilisation d'une secte organisée pour interférer avec l'application de la loi", et à 9 ans supplémentaires pour "délit de destruction de matériel de diffusion télévisuelle". Il a été condamné à une peine combinée de 17 ans.


Les pratiquants ont immédiatement intenté leurs appels
Dans sa plainte, M. He a écrit que le Falun Gong enseigne aux gens à pratiquer la compassion et que la pratique a été très appréciée par l'Administration générale des sports du pays, et chaleureusement accueillie lors de l'Expo Qigong et Santé de Pékin de 1992 et 1993. Il a ajouté que le Falun Gong a reçu le seul et unique "Prix pour l'avancement des sciences frontières" lors de l'Expo Qigong et Santé de Pékin de 1993 et que le texte principal du Falun Gong, Zhuan Falun était l'un des livres les plus populaires appréciés par des millions de personnes en Chine et dans le monde entier.


M. He a dit qu'il avait suivi les enseignements du livre pour être une bonne personne et qu'il avait effectivement accompli cela dans son travail pour protéger le transport ferroviaire.


Dans la plainte, M. He a également souligné que les pratiquants de Falun Gong avaient cherché des moyens pacifiques pour clarifier les faits sur le Falun Gong conformément au droit constitutionnel garanti par la Constitution de la République populaire de Chine et que la méthode d’interception de la télévision était également basée sur la constitution et l'esprit du Pacte des Nations Unies relatif aux droits économiques, sociaux et culturels. Il a ajouté que le contenu de l’interception télévisé était entièrement factuel, et ce qui y était abordé était la vérité.


En janvier 2003, la Haute Cour populaire de la province du Qinghai a confirmé les peines. M. He a ensuite été incarcéré à la prison de Haomen dans la préfecture autonome tibétaine de Haibei.


M. He était encore en très bonne santé lorsque ses proches lui ont rendu visite en prison en avril 2003. Cependant, sa famille a reçu un avis le 28 mai 2003, qu'il était mort d'un accident vasculaire cérébral, bien que sa famille ait soupçonné un acte criminel.


Lorsque les proches sont allés récupérer le corps de M. He ce jour-là, ils ont remarqué du sang suintant de son nez, son bras droit montrait des blessures de couleurs vertes et violettes et il y avait des taches qui ressemblaient à des points d'injection. La police a exigé des "frais de traitement"de 30 000 yuans. Les membres de la famille ont refusé de payer. Ils ont négocié avec les autorités de la prison et ont finalement payé cinq cents yuans pour les frais funéraires.


La mère et le frère détenus, le père est mort de chagrin
La mère de M. He, Mme Zhao Yulan, et son frère cadet, M. He Wanzhu, ont également été persécutés pour la pratique du Falun Gong.


Sa mère a été détenue pendant 40 jours en 2001 lorsqu'elle lui a rendu visite au camp de travail forcé de Qinghai pour lui apporté les derniers enseignements du Falun Gong. Le domicile de son frère a été saccagé en 2002 par des agents du Bureau 610. La police a confisqué plus de 6 000 yuans en espèces. Il a ensuite été condamné à trois ans de travail forcé.


Après avoir été persécuté à mort en 2003, son fils, qui travaillait dans une brigade de pompiers, a été transféré de la ville de Xi'ning vers une région éloignée sur ordre du chef du département de la sécurité publique de la province de Qinghai, puis forcé de quitter son emploi.


Le père âgé de M. He, M. He Shou'an, qui avait environ 80 ans, est décédé le neuvième jour après le nouvel an lunaire de 2004 suite au stress et au chagrin.


Au milieu de la nuit du 13 mai 2004, six policiers du bureau de la sécurité publique du canton de Qinghai Huangzhong et des commissariats locaux sont entrés par effraction au domicile de la mère de M. He et ont saccagé l’endroit.


Elle a été arrêtée et poussée dans une voiture de police. Alors qu’ils la traînaient par les menottes, ses poignets ont été entaillées et ses mains étaient couvertes de sang.


Après son arrivée au centre de détention, elle a vu trois autres pratiquants de son village. Les policiers s'apprêtaient à prendre des notes et à enregistrer. Le lendemain, un policier est venu et lui a demandé si elle continuerait à pratiquer le Falun Gong. Elle a dit que oui, et le policier l'a frappée violemment.


Les quatre pratiquants ont été emmenés dans un champ de blé pour arracher les mauvaises herbes avant d'être relâchés 15 jours plus tard après avoir payé 150 yuans.


En 2015, la mère de M. He a déposé une plainte pénale auprès de la Cour suprême et du Parquet suprême chinois contre l'ancien chef du Parti communiste Jiang Zemin pour son rôle dans la persécution du Falun Gong.


Voir également :
Intercepter des signaux TV en Chine: Un regard en arrière sur la résistance pacifique des pratiquants de Falun Gong face à la persécution

Four Dafa Practitioners Involved in the Qinghai Television Interception Incident Are Illegally Given Heavy Sentences
Account of the Persecution Suffered by the Family of Practitioner He Wanji in Qinghai Province
Falun Dafa Practitioner Zhao Xiangzhong Dies as a Result of Persecution Suffered at the Women's Forced Labor Camp in Qinghai Province
Dafa Practitioner He Wanji from Qinghai Province Tortured to Death
Complaint Filed by Dafa Practitioner He Wanji, Who Was Later Tortured to Death for Participating in TV Broadcast Interception
Fifteen Practitioners Suffer Persecution After the 2002 Truth Clarification Television Broadcast in Gansu Province
Family Decimated by Persecution: Husband and Wife Tortured to Death, Mother Detained, Father Dies of Grief
A 72-Year-Old Practitioner Validates Dafa with Righteous Thoughts and Righteous Actions
Over Seventy Lawsuits Against Jiang Zemin Filed from Xining City, Qinghai Province


Version anglaise :
Qinghai Policeman and Wife Persecuted to Death for Their Faith, Father Died of Grief

Version chinoise :
青海铁路警察夫妻被迫害致死


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.