Une femme du Liaoning meurt suite à des années de persécution pour ses convictions

Une femme de la ville de Dalian, province du Liaoning est décédée après avoir été persécutée pour sa foi dans le Falun Gong, une discipline du corps et de l’esprit prise pour cible par le régime communiste chinois depuis 1999.


Pour être demeurée ferme dans sa foi, Mme Chang Xueling a été arrêtée trois fois et condamnée à deux peines de deux ans de travaux forcés. Elle a été soumise à diverses formes de tortures durant son incarcération.


Mme Chang avait été harcelée en 2015 après avoir intenté une plainte au pénal contre Jiang Zemin, l’ancien chef du régime communiste qui a ordonné la persécution du Falun Gong en 1999.


Les années de tortures et la détresse psychologique qui en est résulté ont lourdement impacté la santé de Mme Chang. Elle est morte le 9 mars 2020, à l’âge de 55 ans.


Le Camp de travaux forcés de Dalian
Mme Chang a été arrêtée à deux reprises entre fin 2000 et 2001. Après sa seconde arrestation le 23 octobre 2001, elle a été détenue 55 jours dans le centre de détention de Dalian puis transférée au Camp de travaux forcés de Dalian à la mi-décembre pour y purger une peine de deux ans.


Les gardiens du camp l’ont menottée, affamée et ne l’ont pas autorisée à utiliser les toilettes. Une fois, ils l’ont ligotée sur un lit. Lorsqu’elle a perdu conscience du fait de la douleur, les gardiens lui ont versé de l’eau dessus. Lorsqu’elle a repris connaissance ils ont ouvert la fenêtre et laissé l’air glacial souffler sur elle.


Les gardiens ont suspendu Mme Chang pendant toute une journée, le 18 mars 2002, avec ses bras et ses jambes étirés.


Le Camp de travaux forcés de Masanjia
Mme Chang a de nouveau été arrêtée le 10 mars 2008. Après un mois de détention dans le centre de détention de Dalian, elle a été envoyée dans le camp de travail forcé de Masanjia le 18 avril, pour y purger une peine de deux ans.


Les gardiens ont arrangé que deux détenues la surveillent 24 heures sur 24. Elles la suivaient partout où elle allait, y compris quand elle mangeait, dormait ou allait aux toilettes. Gardes et détenues la battaient et la maltraitaient verbalement à volonté.


Mme Chang a été forcée de fabriquer des objets destinés à l’exportation, tels que des fleurs artificielles et des paniers. Elle a une fois reçu l’ordre de travailler sur une machine à coudre. À cause des blessures qu’elle avait eues à la jambe droite il lui était difficile d’appuyer sur la pédale à pied, les gardiens l’ont accusée de gâcher du tissu et l’ont battue.


Quand Mme Chang a refusé de signer une déclaration de renonciation au Falun Gong en novembre 2008, les gardiens l’ont privée des visites de sa famille pour le restant de sa peine.


Pour la punir d’avoir crié " Falun Dafa Hao " (Falun Dafa est bon), les gardiens lui ont menotté une main à la traverse du haut d’un lit superposé et l’autre main à celle du bas. Un gardien a marché sur sa main en bas tandis qu’un autre lui tirait les cheveux et lui pinçait son bras. Ses mains ont perdu toute sensation après deux heures de cette torture. Beaucoup de ses cheveux ont été arrachés par les gardiens.

Reconstitution de torture : étirement extrême


Article correspondant en chinois:
两次被非法劳教-常学玲备受摧残

Version chinoise :
http://www.minghui.org/mh/articles/2020/5/2/大连法轮功学员常学玲被迫害离世-404646.html

Version anglaise :
Liaoning Woman Dies Due to Years of Persecution of Her Faith

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.