Entre janvier et mars 2020, huit résidents du Liaoning sont décédés en raison de la persécution pour avoir persisté dans leur croyance

Huit pratiquants de Falun Gong de la province du Liaoning, dont trois femmes, ont été persécutés à mort pour avoir persisté dans leur croyance, entre janvier et mars 2020. Tous avaient déjà été condamnés à la prison au moins une fois pour leur foi.


Cinq des huit pratiquants sont décédés suite à la torture et aux mauvais traitements en détention, les trois autres sont morts après leur sortie de prison. Le pratiquant le plus jeune, M. Hu Lin, 47 ans, était ingénieur aéronautique et la pratiquante la plus âgée, Mme Li Guirong, 68 ans, était directrice d'école à la retraite. Les six autres pratiquants, parmi lesquels un ancien médecin militaire, avaient entre 56 et 66 ans.


Le Falun Gong, appelé aussi Falun Dafa, est une ancienne discipline spirituelle et de méditation basée sur les principes d'Authenticité, Bonté et de Tolérance (Zhen-Shan-Ren. Falun Gong est persécuté par le régime communiste chinois depuis juillet 1999.


Au 8 avril 2020, 4408 pratiquants ont été confirmés avoir été persécutés à mort par le régime communiste. Du fait des difficultés à obtenir des informations venant de Chine, le nombre réel est probablement beaucoup plus élevé.


Morts en détention

Une directrice d'école retraitée, meurt en prison à 78 ans, alors qu'elle purgeait une peine pour sa foi
Mme Li Guirong, directrice d'école élémentaire en retraite de l'agglomération de Shenyang, province de Liaoning, condamnée à cinq ans de prison parce qu'elle pratiquait Falun Gong, est décédée, à la mi-janvier 2020, dans la prison pour femme de la province de Liaoning deux semaines seulement avant la fin de sa détention. Elle avait 78 ans.


Mme Li avait été arrêtée le 7 février 2015, après avoir été dénoncée parce qu’elle distribuait des documents d'information sur Falun Gong. Elle a comparu le 24 juin 2015, devant le tribunal du district de Hunnan et a été condamnée à cinq ans de prison.


La dernière arrestation de Mme Li est survenue à peine 15 mois après avoir été libérée d'une peine de sept ans de prison, du fait, là aussi, de sa croyance.


Le 17 octobre 2006, Mme Li, âgée alors de 64 ans, a été arrêtée parce qu'elle parlait du Falun Gong aux gens. Le 14 mai 2007, elle a été condamnée à sept ans de prison, par le tribunal du district de Heping.


Alors que Mme Li se trouvait dans la prison pour femmes de la province de Liaoning, les gardiens ont ordonné aux détenues de la battre, de lui donner des coups de pied et de lui marcher sur les mains. Son visage saignait, ses mains étaient enflées et elle était couverte de bleus sombres. La plupart de ses cheveux ont été arrachés.


Les gardes ont parfois forcé Mme Li à s'accroupir sur le sol en béton pendant des jours entiers, ne lui permettant ni de manger, ni d'utiliser les toilettes, ni de dormir. Pour aggraver la torture, ils l'ont forcée à enlever ses chaussures et ont versé de l'eau froide sur ses pieds pendant qu'elle s'accroupissait. Ses jambes lui ont fait très mal. Elle était incapable de se lever ou de s'asseoir après coup et devait ramper pour se déplacer.


Au moment de sa libération, le 17 octobre 2013, Mme Li était émaciée, ses cheveux étaient devenus gris et toutes ses dents étaient tombées. Cependant, les agents du Bureau 610 local, une agence hors la loi spécialement créée pour persécuter Falun Gong, continuait à la harceler de temps en temps


M. Zhang Zhencai serait mort d'un "cancer" en prison
M. Zhang Zhencai et son épouse, Mme Zhang Lianrong, du canton de Heishan, province du Liaoning, ont été arrêtés le 14 juillet 2019, parce qu'ils distribuaient des documents d'informations sur Falun Gong. Le lendemain, la police a saccagé leur domicile et confisqué leurs documents relatifs à Falun Gong ainsi que d'autres effets personnels.


Le 29 juillet 2019, le parquet local a approuvé leur arrestation. Plus tard, le tribunal du canton Heishan a condamné M. Zhang à 23 mois et Mme Zhang, à 26 mois.


M. Zhang a été envoyé dans une prison de l'agglomération de Dalian, province du Liaoning. Un garde de la prison a appelé sa famille, le 23 janvier 2020, déclarant qu'on lui avait diagnostiqué un cancer du pancréas


Deux semaines plus tard, la prison a informé la famille de M. Zhang qu'il était décédé le 7 février. Le nom de la prison et les détails sur sa mort, doivent encore faire l'objet d'une enquête.


Mme Zhang est actuellement emprisonnée dans le quartier Masanjia de la prison pour femmes de Liaoning


Un ingénieur aéronautique dans un état critique se voit refuser une libération conditionnelle pour raisons médicales et meurt en prison
M. Hu Lin, résident de l'agglomération de Shenyang, province du Liaoning, est décédé le 16 février 2020, alors qu'il effectuait une peine de prison de deux ans pour sa pratique du Falun Gong.


L'ingénieur aéronautique se trouvait dans un état critique après des mois de grève de la faim et de tortures, mais s'est vu refuser une libération conditionnelle pour raisons médicales, parce qu'il refusait de renoncer à sa croyance.


M. Hu Lin


M. Hu a été arrêté le 23 mai 2019, parce qu'il distribuait des documents d'informations sur Falun Gong.


Il a débuté une grève de la faim pour protester contre la persécution après avoir été envoyé dans le centre de détention du canton Faku. Il a été attaché à un lit dans la position de 'l'aigle déployé' et gavé. Les gardes ont laissé le tuyau d'alimentation dans son estomac dans le but d'accroitre ses souffrances.


M. Hu a été condamné à deux ans de prison par le tribunal du canton Faku, le 20 juin 2019 et envoyé dans la prison Kangjiashan, le 30 octobre 2019.


Lorsque la famille de M. Hu lui a rendu visite en prison, le 7 novembre 2019, il était émacié. Il avait perdu les sensations dans ses jambes et souffrait de multiples défaillances d'organes.


Sa famille a exigé des soins médicaux pour M. Hu, mais les autorités de la prison ont refusé et lui reprochaient d'avoir crié : "Falun Dafa Hao [Falun Dafa est Bon]" lorsqu'il a été emmené. Les gardes de la prison ont déclaré qu'ils ne le libéreraient pas "même s'il mourrait".


Dans les mois qui ont suivi, les autorités pénitentiaires ont répété à la famille de M. Hu qu'elles n’assumeraient pas la responsabilité pour sa vie, puisqu'il était toujours en grève de la faim et criait "Falun Dafa Hao"


La famille de M. Hu s'est rendue auprès de différentes agences gouvernementales afin de demander justice, mais le procureur local a précisé qu'il ne chercherait pas à savoir qui devrait endosser la responsabilité jusqu'à ce que M. Hu soit mourant ; un autre responsable, Liu Xing, qui supervisait la prison, a aussi refusé de rencontrer la famille.


Avec l’émergence du coronavirus lors du Nouvel An chinois, la prison a interdit à sa famille de rendre visite ou même d'appeler M. Hu.


Dans la soirée du 14 février 2020, la prison a appelé le frère ainé de M. Hu, M. Hu Shuang et annoncé que M. Hu avait été envoyé à l'hôpital pour un traitement d'urgence.


Sa famille s'est précipitée à l'hôpital dans la nuit et l’a vu en unité de soins intensifs.


M. Hu est décédé, le 1 février, aux alentours de 13:00 heures.


M. Yu Yongman décède en détention trois mois après son arrestation
M. Yu Yongman, 65 ans, résident de l'agglomération de Liaonyang, province du Liaoning, est décédé, le 23 février 2020, dans le centre de détention de Liaoyang. Les autorités ont affirmé que la cause du décès était une "maladie soudaine", mais l'autopsie a révélé qu'une de ses côtes était brisée et qu'il avait des déchirures aux poumons.


M. Yu, employé de la Société Pétrochimique de Liaoyang, a été arrêté le 15 novembre 2019, alors qu'il lisait des livres de Falun Gong avec plusieurs autres résidents locaux. Les autorités l'ont accusé d'avoir installé des antennes paraboliques permettant de recevoir des informations de New Tang Dynasty (NTD), station de télévision étrangère connue pour diffuser des informations non censurées sur la Chine.


Parce qu'il pratiquait Falun Dafa, M. Yu a été arrêté à de nombreuses reprises au cours des deux dernières décennies. Il a purgé deux ans dans un camp de travail et quatre ans de prison. Il a été obligé de travailler sans rémunération, a été soumis à des lavages de cerveaux intensifs et torturé.


M. Yu Yongman


M. Zou Liming décède six mois après son emprisonnement
M. Zou Liming, résident de l'agglomération de Panjin, province du Liaoning, est décédé six mois après avoir été emprisonné pour sa pratique du Falun Gong.


M. Zou a été condamné à deux ans et demi de prison en 2015 pour avoir parlé aux gens de sa croyance. Il a exempté de sa peine, du fait de sa condition physique.


En septembre 2019, les autorités ont ramené M. Zou en détention dans la prison de Nanshan, agglomération de Jinzhou, puis, en novembre, l'ont transféré dans la prison de Dalian. Sa famille n'a pas été autorisée à lui rendre visite.


Le 7 février 2020, sa famille a reçu un appel téléphonique de la prison de Dalian les informant que M. Zou était tombé dans le coma et avait été envoyé à l'hôpital. La prison n'a fourni aucun détail concernant la cause de son coma.


M. Zou est décédé un mois plus tard, le 8 mars. Il était âgé de 66 ans.


Morts après avoir été libérés

Une femme emprisonnée libérée dans un état végétatif, décède un an et demi plus tard.
Mme Xu Xiufang, de l'agglomération Fuxin, province de Liaoning, est décédée le 8 février 2020, moins de deux ans après avoir libérée de prison dans un état végétatif. Elle était âgée de 64 ans.


Mme Wu a été arrêtée le 18 août 2015, alors qu'elle affichait des documents d'information sur Falun Gong. En juin 2016, elle a été condamnée à trois ans et emmenée dans la prison pour femmes de Liaoning.


Mme Wu a fait un accident vasculaire cérébral hémorragique suite aux mauvais traitements des gardiens de la prison. Elle a perdu toute sa mobilité et a été maintenue en vie grâce à une sonde d'alimentation.


En dépit de sa condition, la prison l'a obligée à purger ses trois ans de prison. Lors de sa libération, le 19 août 2018, elle était dans un état végétatif.


Sa fille l'a emmenée à l'hôpital, pour s'entendre dire qu'ils ne pouvaient pas faire grand-chose pour l'aider.


La pension de Mme Wu ayant été suspendue en raison de la persécution, sa fille et son gendre ont éprouvé des difficultés pour couvrir les dépenses médicales et prendre soin d'elle, puisqu'ils travaillaient tous les deux à temps plein.


Un ancien médecin militaire décède après avoir été emprisonné durant 14 ans pour avoir maintenu sa croyance.
M. Zhao Chenglin, médecin militaire en retraite de l'agglomération Benxi, province de Liaoning, est décédé le 15 février 2020, après s'être débattu pendant deux ans avec une santé précaire, suite à 14 ans d'emprisonnement et de torture. Il était âgé de 58 ans.


M. Zhao a débuté Falun Gong en août 1994. N'ayant pas abandonné sa croyance au début de la persécution en 1999, il a été démis de ses fonctions dans l'armée et transféré dans un hôpital local en tant que simple médecin.


Durant les deux décennies suivantes, il a été arrêté et détenu de façon répétée. Il a effectué un an dans un camp de travaux forcés et deux peines de prison de neuf et de quatre ans.


Le camp de travail et les gardes de la prison ont sauvagement battu M. Zhao entraînant des blessures à la tête et dans ses organes internes. Il a perdu plusieurs dents lors des gavages forcés. Suite aux mauvais traitements, Il était défiguré et des blessures se sont infectées sur ses fesses.


Une fois, les gardiens l'ont suspendu par les poignets dans une pièce sombre pendant plusieurs jours, ses pieds écartés par des chaînes. Il s'est évanoui plusieurs fois de douleur.


Après plus d'un mois de torture, de nombreux endroits sur ses jambes se sont infectés et il a souffert de blessures internes. Les gardiens ont refusé des traitements médicaux à M. Zhao et l'ont maintenu en confinement solitaire.


Les gardiens l’ont également torturé en ligotant ses membres et le suspendant dans les airs, causant d'énormes dommages à ses poignets et chevilles.


Reconstitution : Torture du portant


Décès de Mme Lin Guizhi, impotente après avoir purgé sept ans pour sa croyance.
Mme Lin Guizhi, résidente de la ville de Chaoyang, province du Liaoning, est décédée le 20 février 2020 après avoir souffert des années de persécution pour sa foi en Falun Gong. Son décès est survenu seulement un an et demi après celui de son mari, qui avait enduré une énorme détresse mentale en raison du calvaire de son épouse.

Mme Lin Guizhi


Mme Lin a débuté Falun Gong en mars 1998. Elle attribuait à la pratique la guérison d'une grave maladie cardiaque qui lui faisait souvent perdre connaissance


En raison de sa ferme croyance, Mme Lin a été fréquemment arrêtée et harcelée. Incapable de mener une vie normale, elle a été forcée de se cacher, pour être à nouveau arrêtée le 18 novembre 2003.


En janvier 2004, Mme Lin a été condamnée à sept ans dans la prison pour femmes du Liaoning, par le tribunal du district de Shuangta. Cependant, après avoir passé un mois au centre de détention local, son état cardiaque a ressurgi.


Au début, le 5 mars 2004, la prison a refusé de l'admettre en raison de son état de santé, mais, deux mois plus tard, la police les a obligés à l'accepter.


Après avoir vu Mme Lin faire les exercices du Falun Gong, les gardiens de prison l'ont battu, lui fracturant la cheville.


Malgré une détérioration rapide de sa santé suite aux mauvais traitements subis, les autorités de la prison ont refusé de lui accorder une liberté conditionnelle pour raisons médicales, donnant pour raison qu'elle refusait de renoncer à Falun Gong.


En novembre 2008, Mme Lin se trouvait dans un état critique et a subi un choc. Après un examen physique à l'hôpital, elle s'est vu accorder une dispense pour raison médicale, le 19 novembre.


Cependant, lorsque la famille de Mme Lin s'est rendue à la division de la sécurité intérieure locale pour effectuer les formalités administratives en vue de sa libération conditionnelle, Li Guangwen, le chef de la police, a refusé de traiter la demande et déclaré que Mme Lin ne pouvait prétendre à sa libération.


Plus tard, la police a cédé devant la ténacité des proches de Mme Lin. Le 14 janvier 2009, lorsqu'ils se sont rendus à la prison pour la ramener chez elle, la prison a tenté d'obliger Mme Lin à écrire une déclaration par laquelle elle renonçait au Falun Gong. Ayant refusé de s'y conformer, la prison a également refusé de la libérer.


Peu après, les autorités de la prison ont commencé à mettre des drogues toxiques dans la nourriture de Mme Lin. Certains détenus ont également vu les gardiens lui mettre la drogue directement dans la bouche, après qu'elle ait perdu connaissance et se soit trouvée en état de choc suite aux mauvais traitements. Elle semblait souvent délirer à cause de la drogue.


Le 9 septembre 2009, lorsque le mari de Mme Lin lui a rendu visite, elle a soudain perdu connaissance durant cinq minutes. Un gardien lui a dit que ce n'était pas le pire, car elle perdait parfois connaissance pendant une demi-heure ou s'évanouissait six ou sept fois par jour.


Mme Lin a fini par purger sa peine en intégralité et n'a jamais reçu aucun traitement médical.


Son état ne s'est jamais amélioré et, après sa libération, elle est restée atteinte de troubles mentaux et impotente. Elle n'avait que 58 ans lorsqu'elle est décédée.


Alors que Mme Lin purgeait une peine de prison, son époux, M. Zhang Zhongquan, s'est senti impuissant devant la brutalité exercée contre sa femme mais a été incapable de demander justice pour elle. L'énorme détresse mentale a fait des ravages sur sa santé. Il est décédé en septembre 2018, à l'âge de 56 ans.

Traduit de l'anglais
Version anglaise
http://en.minghui.org/html/articles/2020/4/11/183996.html
Version chinoise
http://www.minghui.org/mh/articles/2020/4/8/一至三月-辽宁八位法轮功学员被迫害致死-403539.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.