Entendu à la Semaine des médecins, à Copenhague : "absolument diabolique" "totalement inacceptable", "ni plus ni moins un crime d'État"

La conférence médicale annuelle du Danemark, la Semaine du médecin, s'est tenue à Copenhague du 11 au 15 novembre 2019. Les professionnels de la santé participant à la conférence ont continué à prêter attention au prélèvement d'organe approuvé par l'État du Parti communiste chinois (PCC), sur des pratiquants de Falun Gong de leur vivant.

Des représentants de DAFOH (Médecins contre le prélèvement d'organe forcé) discutent du prélèvement forcé d'organes en Chine lors de la Semaine du médecin, une réunion annuelle des professionnels de la santé organisée à Copenhague.


Environ 3 500 professionnels de la santé du Danemark, du Groenland et des îles Féroé ont assisté à la réunion de cinq jours. Y ont également assisté un petit nombre de médecins et d'infirmiers des pays nordiques.


L'organisation non gouvernementale internationale DAFOH (Médecins contre le prélèvement forcé d'organe) tenait un stand et a informé les participants à propos du prélèvement d'organes à vif sur des prisonniers d'opinion par le régime chinois, notamment des pratiquants de Falun Gong, des habitants du Xinjiang, du Tibet et des chrétiens.

Des professionnels de la santé se renseignent sur le prélèvement d'organes vivants du PCC pendant la Semaine du médecin, du 11 au 15 novembre 2019.


" C'est absolument diabolique "

Après avoir regardé une interview au sujet du prélèvement forcé d'organes, Sara, un médecin généraliste a déclaré « C'est vraiment terrible. Je n’en savais pas grand-chose jusque-là. Une question aussi grave ne semble pas être largement connue de la société actuelle, ce qui est préoccupant. »


Per un chercheur médical s'est rendu sur le stand après en avoir entendu parler par son collègue. Lorsqu'il a appris le nombre d'hôpitaux de transplantation en Chine, le court temps d'attente pour une greffe d'organe et la façon dont les pratiquants de Falun Gong sont utilisés comme donneurs vivants en raison de leur bonne santé, il a dit: " C'est trop terrifiant! Les actions du [PCC] sont dégoûtantes et il s’agit d’une opération systématique. C'est absolument diabolique."


Crime d'État

Johnny est depuis longtemps préoccupé par les sujets liés à la Chine et par la persécution de différents groupes par le PCC. Il a dit: "J'ai une certaine compréhension du PCC et je sais qu'ils oseront tout faire. La mise à mort sur demande et sans état d’âme pour une greffe redéfinit une nouvelle fois ma compréhension du PCC. "


" En tant que médecin, " a dit Morten, " nous nous engageons à respecter la Déclaration de Genève: respect de la vie, prodiguer des soins médicaux avec conscience et ne pas utiliser les connaissances médicales pour nuire à la vie, même sous la menace. Ce groupe est utilisé par le PCC pour tuer des gens. C'est un crime totalement inacceptable. "


Katerina de la branche danoise d'un établissement de santé international, s’est entretenu avec Dafoh. Lorsqu'elle a vu les prix des organes et le court temps d'attente dans les hôpitaux de transplantation en Chine, elle a déclaré: "C'est ni plus ni moins un crime d'État."


Prélèvement forcé d'organes toujours en cours

Certains des médecins participants ont signé une pétition parrainée par DAFOH à la Commission des droits de l'homme des Nations Unies de 2013 et ont amené leurs collègues à s'informer des progrès réalisés sur la question.


Anders est venu au stand de DAFOH et a trouvé incroyable que le prélèvement forcé d'organe n'ait pas pris fin et que le régime chinois parle toujours d'augmenter le nombre d'hôpitaux de transplantation en Chine. Susan, un autre médecin, a expliqué le problème à ses collègues et leur a également demandé de signer la pétition.


Appel à l'action

Charlotte est étudiante en médecine et étudie également la politique internationale. Après avoir appris le prélèvement d'organes à vif par le PCC, elle a signé la pétition et s'est entretenue avec le personnel de DAFOH pour en apprendre davantage sur la situation. Elle a dit que c'était un problème très important et qu'il fallait le faire savoir.


Peter est un médecin qui a été invité à visiter un hôpital chinois. Il s'est dit profondément préoccupé par certaines des réalités méconnues de l'industrie médicale chinoise, notamment le trafic illicite d'organe


Après avoir appris les meurtres à la demande du PCC avec l’aval de l'État, et le fait que les principales victimes sont des pratiquants de Falun Gong qui suivent le principe de Vérité, Bonté et Patience, Peter a soigneusement lu l’information concernant l'enquête et a demandé des détails sur certains des cas.


"Ceci est particulièrement important en raison de la collaboration étroite avec la Chine", a-t-il dit. Après avoir lu la pétition, Peter a déclaré: "C'est très important. Nous devons agir. "


Historique

Médecins contre le prélèvement forcé d'organe DAFOH, est une organisation non gouvernementale fondée par des médecins pour servir volontairement la communauté médicale et la société. DAFOH respecte la dignité de l'être humain et promeut les normes éthiques les plus élevées en médecine décrites dans le serment d'Hippocrate, la Déclaration de Genève, le Code de Nuremberg, la Déclaration d'Helsinki et la Déclaration d'Istanbul. DAFOH a été nominé pour le prix Nobel de la paix en 2016 et a reçu le prix commémoratif MèreTeresa pour la justice sociale le 3 novembre 2019.


Version anglaise :
Denmark: Medical Professionals Learn about China's Forced Organ Harvesting
Version chinoise :
丹麦医疗界继续关注强摘真相(图)

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.