Quartz rend compte du prélèvement forcé d'organes en Chine sur les pratiquants de Falun Gong

Quartz, une société de média en ligne, publiait le 27 septembre 2019 un reportage d'Olivia Goldhill intitulé: "The Blackest Market, China is accused of harvesting tenens of thousands of organs to serve a thriving global market". (Ndt :Le marché le plus noir en Chine, la Chine est accusée d'avoir prélevé des dizaines de milliers d'organes pour servir un marché mondial florissant).


L'article commençait par le paragraphe suivant :

" À peine deux mois après que Han Junqing, de Beijing, a été emprisonné pour avoir pratiqué la discipline spirituelle du Falun Gong, il est mort en captivité. Plus d'un mois après son décès, lorsque sa famille a été brièvement autorisée à voir son corps, sa fille dit qu'ils ont découvert qu'il avait été éventré."

Le journaliste avait été informé de la situation critique de la famille Han lors d'un événement tenu le mercredi 25 septembre au Harvard Club de New York, à l'occasion de l'Assemblée générale des Nations Unies.


Lors de l'événement, Han Yu, la fille de Han Junqing, a décrit comment sa famille était allée voir le corps de son père près d'un mois après sa mort prématurée en 2004 et qu'elle avait vu de gros points de suture noire au niveau de la gorge de son père. Certains de ses parents masculins ont pu déboutonner les vêtements de son père lorsque la police ne les regardait pas et ont constaté que l'incision était étendue jusqu'à son abdomen, qui, selon eux, avait été rempli de glace dure. À ce jour, la famille croit que Han Junqing a été une victime du prélèvement forcé systématique d'organes sur les prisonniers d'opinion en Chine.


Dans son article, Goldhill a également cité le China tribunal, un tribunal indépendant qui a rendu son jugement définitif en juin de cette année, affirmant que des prisonniers d’opinion sont tués à grande échelle pour leurs organes en Chine.


Goldhill a cité des estimations d'avocats et d'experts des droits de l'homme qui spéculent qu'au moins 65 000 pratiquants de Falun Gong ont été tués pour leurs organes depuis 2001 et que le régime chinois a également tué des membres d'autres minorités religieuses et ethniques, comprenant des Ouïghours, des Tibétains et certains de sectes chrétiennes, pour leurs organes.


Elle a également écrit qu'un éminent avocat du China tribunal avait appelé le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies au début de la semaine à enquêter sur les crimes de prélèvement d'organes en Chine et prendre des mesures: «Victime pour victime et mort pour mort, découper les cœurs et d'autres organes provenant de personnes vivantes, irréprochables, inoffensives et pacifiques constitue l'une des pires atrocités de masse de ce siècle », avait déclaré Hamid Sabi, conseiller du China Tribunal à l’UNHCR .


Le prélèvement d'organes fait partie d'un marché de transplantation d'organes d'un milliard de dollars en Chine, a écrit Goldhill, citant le China Tribunal. Elle a déclaré que les ressortissants chinois et les touristes transplantés avaient tous profité de la disponibilité d'organes en Chine, un foie coûtant jusqu'à 160 000 dollars. Les courts délais d'attente pour des organes en Chine en particulier sont la preuve d'une importante source d'organes illicit, car dans des pays normaux, les systèmes de dons d'organes volontaires signifient que les patients vont attendre des mois, voire des années, pour obtenir un organe compatible pour une greffe. En Chine, les patients attendent quelques semaines, voire quelques jours. Cela a incité des personnes du monde entier à se rendre en Chine pour profiter du surplus d'organes.


Goldhill a également cité David Kilgour, ancien secrétaire d'État canadien pour l'Asie-Pacifique et co-auteur d'un rapport de 2016 sur le prélèvement d'organes en Chine, qui a pris la parole lors de l'événement qui s'est tenu au Harvard Club le 25 septembre.


"Que peuvent faire les législateurs et les gouvernements à ce sujet?", a demandé Kilgour. Il a déclaré à l'auditoire que la Belgique, l'Italie, Israël, la Norvège, l'Espagne et Taïwan avaient déjà interdit le tourisme des greffes d'organes en Chine et suggéré que d'autres pays fassent de même. "Si les Américains, les Canadiens et les autres manifestaient plus d’engagement envers nos propres valeurs, le terrible commerce pourrait s’arrêter rapidement", a-t-il dit.


Dans son article, Goldhill a décrit le sort d'une autre famille qui avait un représentant à l'événement. Jiang Li, de Chongqing, a raconté comment son père avait été tué pour sa pratique du Falun Gong après avoir été jeté dans un camp de travail en 2008.


"Mon père a été placé dans un congélateur alors qu'il était encore en vie et ses organes ont été prélevés sans le consentement de notre famille", a déclaré Jiang aux participants à l'événement.


"La famille a été autorisée à voir son corps sept heures après sa mort présumée", a écrit Goldhill. "Mais quand ils sont arrivés, a dit Jiang, ils ont été choqués de découvrir que son corps, qui était dans un réfrigérateur, était encore chaud. Ils ont essayé de pratiquer la RCR, a-t-elle ajouté, mais ont été traînés hors du bâtiment et n'ont pas été autorisés à revoir Jiang Xiqing. Plus tard, ils ont pu obtenir un rapport d'autopsie, qui montrait que ses côtes étaient cassées et ses organes prélevés. "


Version anglaise :
Quartz Reports About China’s Forced Organ Harvesting from Falun Gong Practitioners

Version chinoise :
美媒-中共被控强摘成千上万器官

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.