Des experts demandent à l'ONU d'enquêter sur le meurtre de dissidents religieux par la Chine pour leurs organes

 
Han Yu à un rassemblement du Falun Gong place des Nations Unies à New-York le 24 Septembre (Eva Fu/The Epoch Times)


Lors des événements de Genève et de New York cette semaine, les Nations Unies ont été exhortées à enquêter sur le régime chinois pour avoir tué des prisonniers d'opinion pour leurs organes.


S'adressant au Conseil des droits de l'homme de l'ONU à Genève le 24 septembre, l'avocat londonien Hamid Sabi a présenté les conclusions d'un rapport publié en juin par le China Tribunal, un groupe international d'avocats et d'experts réunis pour enquêter sur des allégations selon lesquelles le régime chinois aurait prélevé de force des organes de prisonniers pour les greffer.


Après un an d'enquête, le tribunal indépendant présidé par Sir Geoffrey Nice QC a conclu hors de tout doute raisonnable que le prélèvement forcé d'organes a eu lieu en Chine " pendant une longue période de temps impliquant un très grand nombre de victimes ". Auparavant, M. Nice avait dirigé la poursuite de l'ancien président yougoslave Slobodan Milosevic devant le Tribunal pénal international.


Sabi a déclaré qu'au vu des preuves, le Conseil et les États membres de l'ONU ont maintenant une " obligation légale " de s'attaquer à la " conduite criminelle " de la Chine.


"Le prélèvement forcé d'organes sur des prisonniers d'opinion .... est pratiqué depuis des années dans toute la Chine à une grande échelle, et il se poursuit encore aujourd'hui ", a déclaré Sabi, qui était conseiller spécial auprès du Tribunal chinois.


Ces prélèvements ont fait des " centaines de milliers de victimes ", principalement des pratiquants de Falun Gong, a-t-il dit, ajoutant que les musulmans ouïghours sont également visés.


Le Falun Gong, aussi connu sous le nom de Falun Dafa, est une discipline spirituelle avec des exercices méditatifs et des enseignements moraux. Il a joui d'une popularité considérable en Chine dans les années 1990, avec environ 70 à 100 millions de personnes pratiquant à la fin de cette décennie, selon les estimations officielles citées par les médias à l'époque. Considérant le Falun Gong comme une menace pour son contrôle, le Parti communiste chinois a interdit cette pratique en juillet 1999, déchaînant l'appareil d'Etat tout entier pour persécuter ses partisans.


À tout moment, des centaines de milliers de pratiquants sont détenus dans des prisons, des camps de travail et des centres de lavage de cerveau, où beaucoup ont été torturés dans le but de les forcer à renoncer à leur foi, selon les estimations du Falun Dafa Information Center.


"Victime pour victime et mort pour mort, couper les cœurs et les autres organes de personnes vivantes, irréprochables, inoffensives et pacifiques constitue l'une des pires atrocités de masse de ce siècle ", a déclaré Sabi.


Témoignage d'un témoin


Lors d'une manifestation qui s'est tenue au Harvard Club de New York le 25 septembre, en marge de l'Assemblée générale de l'ONU, deux femmes ont accusé le régime chinois d'avoir tué leurs pères, tous deux pratiquants du Falun Gong, pour leurs organes. Les deux hommes sont morts subitement alors qu'ils étaient incarcérés dans des centres de détention chinois en raison de leurs croyances.


Han Yu, de New York, a décrit comment son père, Han Junqing, est mort dans un centre de détention près de Beijing en 2004, deux mois seulement après son entrée dans l'établissement. Elle a dit que son père était en bonne santé avant sa détention.


Après la mort de Han Junqing, la police n'a pas permis à Han Yu et à sa famille de voir son corps et a procédé à une autopsie sans le consentement de la famille. Le rapport affirmait que Junqing était mort d'une crise cardiaque.


Plus d'un mois après la mort de son père, la police a finalement autorisé Han Yu et sa famille à voir le corps.


"Quand j'ai vu le corps de mon père, je ne pouvais toujours pas croire qu'il était réel. Mon père était allongé là avec d'innombrables cicatrices," dit-elle.


Elle a remarqué une incision le long de sa gorge qui s'étendait dans la zone à l'intérieur de sa chemise. Lorsqu'elle a commencé à ouvrir les boutons supérieurs de sa chemise pour regarder de plus près, elle a été arrêtée par la police, qui l'a immédiatement forcée à quitter la pièce.


Mais son oncle, qui a examiné le corps après elle, a réussi à ouvrir ses vêtements quand la police ne regardait pas.


"Ils[l'oncle et d'autres membres de la famille] ont découvert que l'incision s'étendait de la gorge à l'abdomen ", dit Han Yu. "Quand ils ont pressé l'abdomen, ils ont trouvé qu'il était rempli de glace dure."


Lorsque son oncle a interrogé la police à ce sujet, on leur a dit que c'était à cause de l'autopsie.


Torsten Trey, médecin et directeur du groupe de défense des droits Médecins contre le prélèvement forcé d'organes (DAFOH), qui a coorganisé l'événement, a déclaré à Epoch Times que l'expérience de la famille Han avait montré que les autorités tentaient de cacher quelque chose.


Étant donné que personne dans la famille n'avait donné la permission de prélever les organes de Han Jinqing, ils ont dû être extraits illégalement, a-t-il ajouté.


Génocide

L'histoire de Hans ne fournit qu'une petite preuve que cette pratique effroyable se produit à une " échelle industrielle " en Chine, a dit Trey.


Les temps d'attente extrêmement courts pour les transplantations d'organes en Chine - dans certains cas, aussi peu que deux jours - indiquent clairement que le régime chinois a accès à une réserve d'organes en dehors de son programme officiel de don d'organes, a dit M. Torsten. Pékin maintient depuis 2015 que les greffes d'organes proviennent de donneurs volontaires.


"Un programme de don d'organes ne permet pas de fournir des organes à la demande, des organes à cette vitesse ", dit-il.


Trey dit que le meurtre de pratiquants de Falun Gong emprisonnés pour leurs organes équivaut à un génocide en vertu du droit international.


"Les victimes sont spécifiquement ciblées en tant que source d'organes, non seulement pour fournir des organes, mais aussi pour contribuer à l'éradication de ce groupe de personnes ", a-t-il dit.


"Il y a une intention spécifique d'éradiquer ce groupe de personnes."


D’après Trey les pratiquants de Falun Gong qui ont survécu à l'incarcération ont rapporté que les autorités les ont soumis à des tests sanguins et des examens médicaux, ce qui correspond aux examens de l’état des organes, tests auxquels les autres détenus n'ont pas été soumis.


Tandis que le China tribunal chinois a estimé que les actions du régime chinois étaient "indicatives" d'un génocide, il n'a pas pour autant déclaré si le crime avait été commis. Il a toutefois énoncé que les tribunaux de l'ONU et les tribunaux internationaux ont le devoir de " vérifier si un génocide a été commis ".


Trey a demandé à l'ONU d'enquêter sur le prélèvement d'organes, ainsi que sur le possible génocide commis par le régime chinois.


Treize ans se sont écoulés depuis que cette pratique a été mise à jour pour la première fois, années au cours desquelles elle s'est intensifiée et aggravée, en partie en raison de l'inaction de la communauté internationale.


"Il n'y a pas de temps à perdre", a-t-il dit. "Des mesures concrètes de la part de la communauté internationale sont nécessaires."

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.