Un élu danois : " Nous ne pouvons pas fermer les yeux sur les crimes de prélèvement forcé d'organes "

Des fonctionnaires et des experts de nombreux pays ont participé à un forum public intitulé "Pertinence, urgence et actions: Le prélèvement forcé d'organes sur des prisonniers d'opinion en Chine" tenu le 17 septembre 2019 à Copenhague


Le séminaire était organisé de manière à coïncider avec la conférence annuelle de la Société européenne de transplantation d'organes (ESOT), qui se tenait à Copenhague au même moment.


Cinq organisations internationales ont signé une déclaration commune appelant les nations occidentales à prendre des mesures pour empêcher le régime communiste chinois d'assassiner des prisonniers d'opinion pour leurs organes.


L'avocat des droits de l'homme et enquêteur indépendant David Matas et le scientifique indépendant et professeur de médecine Huige Li ont tous deux été invités à prendre la parole lors du forum.


Les pratiquants de Falun Gong sont la principale source d'organes pour les greffes

Les experts présents au forum venus de différents pays ont été choqués d'apprendre que la Chine continuait de piller des organes et étendait les tentacules de ses transactions sans scrupules dans de nombreux pays étrangers.


Le Dr Enver Tohti, un chirurgien ouïghour en exil, a présenté des éléments de preuve récemment rassemblés de l’exitence d’ un " couloir vert " ou voie express pour les organes humains à l'aéroport d’ Urumqi, capitale du Xinjiang, et une autre à l'aéroport de Xining, capitale de la province voisine de Qinghai.


" Pour soutenir l’établissement d’un couloir vert de ce type il faut qu’il y ait une grande chaîne d’approvisionnement en organes humains, a déclaré le Dr Tohti.


Le Dr Huige Li a déclaré que le régime communiste utilisait la " mort cérébrale " comme excuse pour prélever des organes humains.


" Ils ne tuent pas la personne avant de prélever les organes. La réalité est qu'ils découpent le cœur d'un être humain de son vivant. Une fois le cœur retiré, la personne meurt ", a ajouté Li.


M. Wang Zhiyuan, président de l'Organisation mondiale chargée d'enquêter sur la persécution du Falun Gong (WOIPFG), a diffusé 17 enregistrements d'appels téléphoniques au cours desquels un enquêteur s’est renseigné sur des greffes d'organes dans 17 des meilleurs hôpitaux de la Chine. Dans 10 des appels, des médecins chinois et d'autres membres du personnel médical ont admis qu'ils pouvaient fournir les organes de pratiquants de Falun Gong vivants et en bonne santé, tandis que les médecins des sept hôpitaux restants n’ont pas réprimandé l'appelante lorsqu'elle leur a demandé si les organes provenaient de pratiquants Falun Gong en bonne santé.


L'avocat David Matas a exhorté le gouvernement danois à adhérer à la Convention du Conseil de l'Europe sur la lutte contre le trafic d'organes humains. Il a ajouté que la convention exigerait du Danemark qu’il punisse ceux qui conspirent avec des entités étrangères dans le but d'abuser de l'éthique relative aux greffes d'organes.


Un Conseiller municipal: " On ne peut pas fermer les yeux sur les crimes de prélévement forcé d'organes"

M. Kenneth Kristensen Berth, qui est à la fois membre du Parti populaire danois et du Conseil municipal de Copenhague, et ancien membre du Parlement, a assisté au forum en tant qu'invité. Il a déclaré que si le forum avait lieu à Christianborg (où se trouve le Parlement danois), il attirerait davantage l'attention du public.


Il a ajouté que les relations sino-danoises évoluaient dans la mauvaise direction depuis 20 ans. En raison d'intérêts économiques, le Danemark avait choisi de fermer les yeux sur les crimes de prélèvement forcé d'organes commis en Chine. Il a ajouté que si ces crimes contre l'humanité s'étaient produits dans un autre pays, le Danemark aurait exprimé sa désapprobation et exercé des pressions sur le pays.


M. Kristensen Berth a affirmé que le sujet devait être soulevé encore et encore. "Nous devons faire cela. J'y travaille et je souhaite que plus de personnes se joignent à l'effort ", a-t-il dit.


Dalsgaard du Parti social-démocrate de la jeunesse: "Diffusez le message"

Simon Dalsgaard du Parti social-démocrate de la jeunesse a déclaré avoir entendu parler de crimes de prélèvement d'organes forcé alors qu'il voyageait au Kirghizistan et au Tadjikistan l'été dernier, mais il n'a pris conscience du nombre choquant de personnes tuées qu’après avoir assisté au forum.


Il a assuré qu'il ferait tout son possible pour diffuser le message, quel que soit le nombre d'obstacles s’érigeant devant lui. «J'apprécie vraiment votre venue à Copenhague et l'organisation de ce forum», a déclaré M. Dalsgaard aux organisations responsables d’avoir mis en place le forum.


Le forum était organisé par Our Future House et la Société internationale pour les droits de l'homme et était co-organisé par l'ETAC et le Centre de recherche sur le prélèvement d'organes en Chine (COHRC).


Version anglaise :
Danish Elected Official: "We Can’t Turn a Blind Eye to Forced Organ Harvesting Crimes"

Version chinoise :
丹麦政治家-绝不能对“活摘”视而不见(图)

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.