National Review: "La Chine accusée de prélever des organes sur des ouïghours, et sur le groupe religieux du Falun Gong"

Le 26 septembre, le magazine National Review publiait l'article "La Chine accusée de prélever des organes de ouïghours, et du groupe religieux Falun Gong", écrit par le journaliste Zachary Evans.


L'article rapportait qu'un avocat des droits de l'homme a accusé le gouvernement chinois d'avoir assassiné des membres de la minorité musulmane ouïgoure et du groupe religieux Falun Gong, afin de prélever leurs organes, et exhorté le Conseil des droits de l'homme de l'ONU à enquêter sur ces allégations.

 
Hamid Sabi, avocat et conseiller pour le China Tribunal


Hamid Sabi est un avocat du China Tribunal. Le China Tribunal est un tribunal indépendant constitué pour examiner la question des prélèvements d'organes en Chine. Il était présidé par l'avocat britannique Sir Geoffery Nice, qui a auparavant dirigé les poursuites contre l'ancien président Slobodan Milošević.


"Des prélèvements forcés d'organes sur des prisonniers d'opinion, comprenant les minorités religieuses du Falun Gong et des Ouïghours, ont été commis pendant des années dans toute la Chine, à une échelle significative", a déclaré Sabi à l'UNHRC mardi.


Le rapport final du tribunal sur cette affaire détaille les violations commises par le gouvernement chinois et affirme que le gouvernement a autorisé les médecins à " ouvrir [les corps des victimes] alors qu’elles étaient en vie pour retirer leurs reins, foies, cœurs, poumons, cornée et peau" et les transformer en marchandises à vendre."


Le Falun Gong, une pratique religieuse basée sur la méditation, est depuis longtemps interdit en Chine. Ses pratiquants sont souvent emprisonnés.


L'article souligne que les délais d'attente pour une greffe d'organe en Chine sont extrêmement courts. Cela incite les patients étrangers à se rendre en Chine pour se faire soigner. Le tribunal a conclu que, conformément aux lois chinoises sur les dons d'organes, l’offre d'organes devrait être bien inférieure à ce qu'elle est actuellement, si les dons étaient réellement volontaires.


Reuters a également rapporté le 24 septembre que Hamid Sabi, Conseiller du China Tribunal, a déclaré au Conseil des droits de l'homme des Nations unies (UNHRH) que le prélèvement a impliqué " des centaines de milliers de victimes ", principalement des pratiquants du mouvement spirituel interdit Falun Gong. Il a ajouté que les détenus de la minorité ethnique ouïghoure de Chine étaient également visés.


" Victime pour victime et mort pour mort, retirer le cœur et d'autres organes de personnes vivantes, irréprochables, inoffensives, pacifiques constitue l'une des pires atrocités de masse de ce siècle. "a énoncé Sabi.


Le président du tribunal, Geoffrey Nice, a déclaré lors d'un événement séparé organisé par l'ONU que les gouvernements, les organismes de l’ONU et ceux impliquées dans la chirurgie de transplantation, ne pouvaient plus détourner les yeux de ces preuves " gênantes ".


Version anglaise :
National Review: “China Accused of Harvesting Organs of Uighurs, Falun Gong Religious Group”


Version chinoise :
《国家评论》-中共被指控强摘法轮功学员器官(图)

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.