Nouvelles tardives : un père et son fils décédés à neuf mois d’écart, en raison de la persécution de leur foi commune

Le calvaire d’une famille originaire de la ville Linjiang, province Jilin, a débuté lorsque le régime communiste chinois a ordonné la persécution de leurs croyances spirituelles en Falun Gong en 1999.


Parce qu’ils ne voulaient pas renoncer à leurs convictions, Monsieur Wang Shuqin et ses deux fils ont été arrêtés de manière répétitive et détenus. Lui et son fils aîné, Monsieur Wang Mingzhi, sont décédés l’un après l’autre entre 2016 et 2017, après une décennie de souffrances.


Cette famille originellement de quatre personnes n’en a plus compté que deux, lorsque la mère a fait un AVC et est devenue paralysée après s’être occupée de son mari pendant 11 ans. Leur plus jeune fils souffre aussi de problèmes de santé après avoir encouru une lourde peine pour ses convictions.


 
De gauche à droite Monsieur Wang Shuqin et Monsieur Wang Mingzhi

L’indicible détresse de la famille

Monsieur Wang Shuqin a commencé la pratique du Falun Gong en 1996.. Il attribuait à la pratique la guérison de son grave problème d'estomac, de son épaule gelée et de sa hernie du petit intestin.


Au début de la persécution en 1999, les autorités ont forcé Monsieur Wang à remettre tous ses livres de Falun Gong et à écrire une déclaration mentionnant qu’il renonçait à ses croyances.


Il a ensuite été condamné à une peine de 2,5 ans au camp de travail forcé de Chaoyanggou en l’absence de toute procédure régulière, à la suite de son arrestation en mars 2002.


Les gardes du camp de travail lui ont injecté des substances neurotoxiques qui l’ont amené à développer une démence, des pertes de mémoire et a presque complètement perdu la vue.


Yang Guang, le chef du camp de travail, a extorqué 2000 yuans à la famille de Monsieur Wang avant de le relâcher aux alentours du Nouvel An chinois en 2004.


Monsieur Wang est resté alité pendant les 11 années suivantes, dépendant des soins de sa femme, Madame Meng Zhaomei, qui a eu une attaque le 3 Février 2015 et est devenue paralysée elle aussi.


Avec ses deux parents alités, Monsieur Wang Mingzhi a pris la responsabilité de s’occuper d’eux deux, malgré le fait qu’il souffrait lui aussi d’un handicap, et avait contracté la tuberculose lors d’une peine dans le camp de travaux forcés de Chaoyanggou.


Pour être allé pétitionner pour le Falun Gong à Beijing, M. Wang Mingzhi a purgé plusieurs peines dans des camps de travaux forcés, pour une période totale de 4 ans et 5 mois. Il a été soumis à une torture impitoyable, incluant des chocs électriques et de violents passages à tabac.


Peu après avoir commencé à prendre soin de ses parents, il a succombé à l’épuisement physique. Il est décédé le 20 Mai 2016 à l’âge de 44 ans.


Après la mort tragique de Monsieur Wang, son jeune frère Wang Weizhi, qui a été emprisonné durant 7 ans et 3 mois pour sa pratique du Falun Gong, et se trouvait dans un état précaire après avoir été torturé à plusieurs reprises, a commencé à prendre soin de ses parents.


Il n’a pas tardé à souffrir de douleurs lombaires aiguës et à se retrouver dans l’impossibilité de se lever en raison d’une intense douleur dorsale. Il a dû envoyer sa mère dans un centre d’aide à l’autonomie.


Dans les mois qui ont suivi, l’état de santé du patriarche de la famille, M.Wang Shuqin, s’est rapidement détérioré. Il est devenu incontinent et délirait. Il ne pouvait pas se contrôler et criait souvent après son fils. Après 13 ans de souffrances, Monsieur Wang est décédé le 10 Février à l’âge de 66 ans.


Version chinoise

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.