La vertu des femmes dans les temps anciens

 
Un couple en costume traditionnel coréen ou Hanbok, à l'intérieur du Palais de Gyeongbokgung à Seoul. (Benjamin Chasteen/Epoch Times)


J'ai passé beaucoup de temps à lire des classiques confucéens, des commentaires sur le confucianisme et même les vingt-quatre ouvrages classiques d'histoire. J'ai bientôt découvert que l’homme moderne en savait très peu sur la Chine avant la dynastie Song. Un autre sujet intéressant que j'ai rencontré dans mes études concerne la façon dont la vertu a été définie pour les femmes à travers l'histoire.


La dynastie Song semble être un tournant dans la définition de la "femme de vertu" dans l'histoire chinoise. Avant la dynastie Song, la plupart des femmes vertueuses prétendaient à la gloire parce qu'elles avaient apporté une contribution importante au pays et à son peuple, qu'elles avaient un talent exceptionnel, qu'elles avaient pris des mesures courageuses, qu'elles étaient assez sages pour distinguer le bien du mal dans une époque moralement dépravée, ou qu'elles étaient très attachées à leurs parents et leur mari, et ainsi de suite.


Après la dynastie Song, le modèle pour une femme vertueuse est devenu quelqu'un qui a préservé sa chasteté dans des circonstances difficiles. Quant aux femmes qui ont sauvegardé leur chasteté, beaucoup d'entre elles ont décidé de s'abstenir de demander un second mariage jusqu'à ce que le pays ne soit plus attaqué par les tribus barbares du nord, ou jusqu'à ce qu'elles aient pris leur revanche personnelle contre l'ennemi qui avait assassiné leurs maris. Certaines d'entre elles n'étaient pas vraiment intéressées par un second mariage, soit parce qu'elles n'étaient pas intéressées par les relations conjugales, soit parce qu'elles étaient trop attachées à leur mari décédé. Les femmes de vertu ont pris un sens nouveau depuis la dynastie Song, résultat tragique d'une figure historique, Zhu Xi, patisane extrême de l'abstinence. En d'autres termes, avant la dynastie Song, les femmes contrôlaient leurs propres décisions et étaient totalement indifférentes à la propagande sociale. Personne ne pouvait faire pression sur une femme pour qu'elle se conforme à une définition stéréotypée particulière.


De plus, on croit à tort que les actes extrêmes de chasteté étaient largement salués. En fait, beaucoup d'historiens anciens n'ont pas enregistré beaucoup de tels actes parce qu'ils ne voulaient pas honorer un tel comportement. Par exemple, les réponses communément partagées par les historiens chinois à l'égard des veuves qui refusaient un second mariage étaient caractérisées par des expressions telles que "son comportement étrange", "quel comportement pitoyable", ou "je suis désolé pour sa décision", et ainsi de suite. Certaines veuves se sont défigurées pour empêcher un second mariage à cause d'un attachement ou d'une promesse à un mari décédé. Les femmes qui ont choisi cette voie ont été considérées comme manquant de rationalité et d'estime de soi. Naturellement, aucun historien sain d'esprit ne ferait l'éloge d'un tel comportement, car ce genre de comportement ne peut être plus éloigné d'un acte vertueux.


En ce qui concerne la vertu de la femme, "la féminité est le fondement de la bienveillance ; préserver sa chasteté avec sa vie est un don de droiture". (Tiré de la 79e Biographie des femmes vertueuses de Bei Shi, un livre d'histoire chinoise). En d'autres termes, la vraie vertu d'une femme naît de la bienveillance et de la droiture. L'auto-défiguration n'est pas un acte de justice. Ce sont les actes d'un extrémiste, et très loin de la voie du milieu du confucianisme.


Peut-on conclure, par conséquent, que la véritable vertu d'une femme se reflète dans sa conformité à la bienveillance et à la droiture ? Pas exactement. Lorsqu'une femme n'avait pas d'autre moyen de sauvegarder sa chasteté qu'avec sa vie, c'était le signe d'une société dépravée. Quand on louait les actes de bienveillance et de droiture, c'était un signe que de tels actes étaient devenus rares dans une société moralement dégénérée. Selon la théorie de la génération mutuelle et de l'inhibition mutuelle, la défense de la bienveillance et de la droiture indique en fait la perte de la bienveillance et de la droiture. De l'autre côté de la médaille, si chacun valorisait la vertu et améliorait son esprit et son âme, la norme pour évaluer la bienveillance et la droiture serait également améliorée.


J'ai voulu partager brièvement ma compréhension de la vertu des femmes car je pense que c'est l'un des obstacles à nos efforts de clarification de la vérité. Les gens modernes peuvent aimer beaucoup d'aspects de la société ancienne, mais pensent que certaines choses faites dans l'ancien temps étaient arriérées. Notre perception de ce qui s'est réellement passé dans les temps anciens est en fait basée sur une compréhension déformée et erronée des temps anciens, nous avons donc été éloignés de la vérité. Une telle compréhension des temps anciens devient un obstacle empêchant les gens ordinaires de comprendre la vérité sur la Chine. De plus, comme la plupart d'entre nous ne sommes pas historiens de profession, nous en savons peu sur les temps anciens. De plus, nous étions autrefois ces gens ordinaires.


Version chinoise : http://www.zhengjian.org/zj/articles/2003/7/16/22480.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.