Se cramponner au monde mortel ou atteindre le Dao ?


Pendant le règne de l'empereur Yang (560-618 après J.C.) lors de la dynastie de Sui, trois amis en cultivation Pei Chen, Wang Jingbo, et Li Fang ont voyagé au Mt Bailu pour chercher le Dao. Après plus de dix ans de cultivation et d'épreuves inimaginables, ils n’avaient apparemment pas obtenu grand-chose. Après un certain temps, Li Fang est mort. Wang Jingbo a dit à Pei Chen : "Nous avons quitté nos maisons et abandonné une vie mondaine de richesse et de pouvoir pour venir ici chercher le Dao. Dans cette forêt reculée, nous n'entendons pas de belle musique ni ne mangeons de délicieuses friandises. Nous avons traité le plaisir comme une chose honteuse, passant nos vies solitaires dans la pauvreté pour obtenir le Dao et devenir immortel. Mais même aujourd'hui, le paradis n'est pas plus proche en vue. Si nous continuons à souffrir ici, la mort sur cette montagne est tout ce qui nous attend. J'ai l'intention de quitter cette montagne immédiatement et de vivre dans le luxe ; j'ai l'intention de chercher la richesse et le statut social. Pourquoi mourir en vain sur cette montagne solitaire ?"


Pei Chen répondit : "Dès le début, j'ai su que la richesse et le statut du monde sont temporels, ils passent comme des nuages. Ayant vu à travers l'illusion, comment pourrais-je retourner dans un tel pays de rêve ?" Pei Chen exhorta Wang Jingbo à rester sur la montagne, mais Wang n'écouta pas et partit. Cette année-là était la première année du règne de l'empereur de la dynastie Tang Taizong (627 après J.C.). Wang Jingbo a repris son poste officiel d'origine et n'a pas tardé à devenir un haut gradé de l'armée. Un autre général de haut rang nommé Zhao a donné sa fille en mariage à Wang Jingbo. En quelques années, il est devenu le chef de la garde impériale. Vêtu d'une robe rouge officielle, il était impressionnant à voir.


À une occasion, il a été envoyé comme émissaire dans la région au sud de la rivière Huai. Il a voyagé en bateau jusqu'à Gaoyou. Sa flotte portait un insigne indiquant une grande distinction. Lorsque d'autres bateliers apercevaient l'insigne, ils se séparaient rapidement sur l'eau, permettant ainsi à la flotte officielle de passer. Sans prévenir, un petit bateau de pêche est apparu devant la flotte. Wang Jingbo était d'abord contrarié, mais quand il regarda de près, il vit que le pêcheur était le même homme qui avait cherché le Dao avec lui sur la montagne - Pei Chen. Il envoya donc un bateau pour accueillir Pei Chen et l'inviter à bord du navire principal.


Wang Jingbo salua Pei Chen en disant : "Vieil ami, au moment de notre séparation, tu avais cultivé avec diligence. Qu'as-tu à montrer aujourd'hui ? Tu n’es rien de plus qu'un pêcheur flottant sur la rivière ! Comme je le vois, la cultivation n'a pas de sens. La vie est dure et courte ; nous devons profiter de ses plaisirs. Pourquoi gâcher ma vie à cultiver ? Bien que je ne sois pas encore d'un grand statut, j'ai dépassé de loin l'ermite de montagne que j'étais, non ? Tu es comme avant, toujours prêt à t'oublier dans les montagnes, je ne peux vraiment pas le comprendre ! Si tu as besoin de quoi que ce soit, je me ferai un plaisir de te le fournir."


Pei Chen répondit : "Bien que je ne sois qu'un roturier, j'ai depuis longtemps laissé mes soucis aux soins du vent. Comment pourrais-je être comme le sage Zhuang Zi le décrit, laissant les rats corrompus et pourris m'intéresser ? Chacun a ses aspirations, pourquoi dois-tu faire étalage de ta réputation et de ta richesse ? J'ai tout ce dont j'ai besoin, que peux-tu m'offrir ? A l'est du bâtiment Qingyuan se trouve un verger de cerisiers. C'est ma maison. Je te convie à être mon invité pendant ton temps libre."


Environ deux semaines plus tard, Wang Jingbo s’est souvenu des paroles de Pei Chen et s’est rendu au verger de cerisiers pour le retrouver. Un portier l'a accueilli à la porte et l'a fait entrer. Au début, la demeure semblait sombre, mais au fur et à mesure qu'ils se déplaçaient tout autour, elle devenait de plus en plus belle. Ils sont passés par une grande porte, il y avait à l'intérieur beaucoup de bâtiments et de verdure luxuriante. Ce n'était pas la maison d'un homme ordinaire. Le paysage était d'une beauté incomparable, très relaxant, comme s'il flottait dans un nuage. C'est alors que Wang Jingbo a changé d'avis. Être un fonctionnaire n'avait aucun sens ; il se sentait malheureux de vivre au milieu des gens ordinaires. En pensant à ses collègues, il avait l'impression qu'ils étaient aussi mesquins et dénués de sens que des fourmis.


Peu de temps après, un homme bien habillé et digne se tenait devant lui. Wang Jingbo baissa précipitamment la tête en signe de révérence. En relevant la tête, il s'étonna que ce monsieur soit Pei Chen. Pei Chen a dit : "Tu as été un fonctionnaire pendant longtemps, ton cœur est devenu égoïste, ce qui t’a alourdi et a rendu ton chemin difficile." Pei Chen conduisit Wang Jingbo dans le salon où tous les objets venaient de l'au-delà du monde morte. Wang Jingbo n'avait jamais goûté une nourriture aussi délicieuse que celle que Pei Chen apportait devant lui.


Pei Chen s'adressa alors à son intendant en disant : "Wang Jingbo est un ami de la montagne, mais parce qu'il n'a pas persisté dans sa détermination à obtenir le Dao, il m'a laissé sur la montagne et est retourné à la ville. Cela fait plus de 10 ans qu'il a atteint un grade militaire. Mais il s'est complètement perdu dans les affaires du monde et il serait méchant de ne pas lui permettre la compagnie d'une femme." Pei Chen demanda à son intendant d'utiliser ses pouvoirs pour amener la femme de Wang Jingbo, Zhao Shi, à travers des milliers de kilomètres pour l'accompagner.


Peu avant l'aube, Pei Chen demanda à son intendant de renvoyer Zhao Shi. "Cette salle est du Neuvième ciel, les mortels ne peuvent entrer. Mais Wang Jingbo et moi avons cherché le Dao ensemble, cela m'attriste qu'il se soit perdu dans les plaisirs du monde mortel. Il pensait être le plus malin en partant. En fin de compte, sa soi-disant intelligence l'a égaré. À partir de maintenant, il montera et descendra dans la mer amère qu’ est le monde humain vie après vie, et ne verra jamais le rivage. C'est pourquoi je l'ai délibérément invité ici aujourd'hui, dans l'espoir de le réveiller."


Pei Chen s'adressa à Wang Jingbo en disant : "Le chemin dans le monde des mortels est long et ardu, on aura à se soucier de beaucoup de choses - prends bien soin de toi." Wang Jingbo a gracieusement remercié Pei Chen et lui a fait ses adieux. Cinq jours plus tard, Wang Jingbo terminait ses affaires officielles et se préparait à rentrer dans la capitale. Avant de partir, il s'est envolé à la recherche de Pei Chen pour lui dire au revoir une dernière fois. Mais en arrivant au verger de cerisiers, il ne trouva qu'un jardin de mauvaises herbes envahi par la végétation. Le cœur lourd, il s'en retourna.


Depuis des millions d'années, l'homme au milieu de la souffrance a cherché la signification de la vie. En vérité, nos vies viennent à l'origine de paradis célestes. Le but et le sens de la vie est de retourner à l'origine. En retournant au ciel en tant qu'immortels, nous retournons dans notre vraie maison. En entrant dans le monde humain, on oublie facilement la perfection de sa vraie maison. Tout comme le monde mortel a trompé Wang Jingbo, il a pris ce monde pour sa vraie maison. En luttant pour satisfaire ses désirs, au milieu du monde des mortels, on crée un énorme karma, dérivant sans but à travers la souffrance de la réincarnation. La richesse et la position sont éphémères comme les nuages, une soirée agréable et un banquet délicieux se termine avec le départ des amis. Oublier pourquoi on est venu dans ce monde monde et oublier sa vraie maison, c’ est la plus grande tristesse et la plus grande souffrance.


Aujourd'hui, le Falun Dafa a été enseigné dans notre monde, sauvant les êtres avec compassion, offrant une voie de cultivation pour élever les vies et retourner à l'origine. Les pratiquants sont les plus chanceux, admirés même des immortels. Dix millions d'années de réincarnation ont été nécessaires pour obtenir Dafa. Vivre au moment où le Dafa de l'univers est enseigné est la plus grande chance. Mais l'occasion passera en un instant. La manquer serait le plus grand regret. Cette occasion est fugace ; j'espère que vous ne manquerez pas cette occasion unique dans l'éternité.


Version chinoise : http://www.zhengjian.org/zj/articles/2006/8/2/38796.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.