Une jeune femme de 28 ans, troisième pratiquante de Falun Gong décédée dans les cinq jours faisant suite à leur arrestation pour leurs convictions

Une femme de 28 ans de Mongolie intérieure est décédée le 10 janvier 2019, peu après avoir été libérée sous caution suite à son arrestation alors qu'elle rendait visite à des parents à Beijing.


La femme décédée et ses proches ont été ciblés pour leur foi dans le Falun Gong, une discipline spirituelle persécutée par le régime communiste depuis 1999. Elle est la troisième pratiquante de Falun Gong à être décédée cinq jours après son arrestation en janvier 2019. Sa mort résulte de la brutalité policière en détention après qu’elle ait refusé de renoncer à sa foi.


Mme Guo Zhenxiang, 82 ans, de la ville de Zhaoyuan, province du Shandong, est morte quelques heures après avoir été arrêtée pour avoir distribué des documents d'information sur le Falun Gong le 11 janvier 2019. Mme Song Zhaoheng, enseignante à la retraite âgée de 76 ans de la ville de Yushu, province de Jilin est morte le 14 janvier 2019 au centre de détention de la ville de Yushu, cinq mois après son arrestation pour avoir parlé du Falun Gong autour d’elle.


Mme Ao Ruiying, de la bannière autonome d'Oroqen, en Mongolie intérieure, rendait visite à ses proches, Mme Zhang Qiusha et son mari, M. Wei Xuejun, chez eux à Beijing le 26 juin 2018, lorsqu'un groupe de policiers a subitement frappé la porte.


La police est entrée par effraction chez Mme Zhang après qu'elle ait refusé d'ouvrir. Ils ont saccagé la résidence et arrêté Mme Zhang, son mari, Mme Ao et un autre membre de la famille dont le nom n'est pas connu et qui ne pratique pas le Falun Gong. Le parent non pratiquant a été libéré après huit heures de détention au poste de police.


Le couple et Mme Ao ont ensuite été emmenés au commissariat de Xingfeng, puis transférés au centre de détention de Daxing.

 
La police chez Mme Zhang.


Bien que M. Wei ait été libéré sur acquittement le 27 juillet 2018, son épouse est incarcérée depuis.
Leur parente, Mme Ao, a été accusée d '«obstruction à l'ordre public», prétexte souvent utilisé pour détenir des pratiquants de Falun Gong. Son avocat a par la suite aidé à faciliter sa libération sous caution.


Elle ne cessait de tousser et perdait beaucoup de poids à son retour chez elle en Mongolie intérieure. Elle a demandé à la police de Pékin de classer son cas, mais elle n'a jamais reçu de réponse avant son décès.


La mère de Mme Ao, Mme Ao Qingrong, également pratiquante de Falun Gong, venait d'être relâchée en 2018 après avoir purgé plusieurs années de prison pour avoir déposé une plainte pénale contre Jiang Zemin, l'ancien chef du régime communiste chinois qui avait ordonné la persécution du Falun Gong. en 1999.


Mme Ao l’aînée, soupçonne que sa fille a été maltraitée au cours de sa brève détention à Beijing; sinon, une jeune femme jusque là en bonne santé ne serait pas décédée quelques mois seulement après son arrestation.


Voir également

Une enseignante retraitée meurt en détention trois semaines avant le Nouvel An chinois

Une femme de 82 ans meurt quelques heures après avoir été arrêtée alors qu’elle distribuait une information sur le Falun Gong

en chinois
北京大兴区张秋莎被非法批捕 丈夫被拘留


Version anglaise:
28-Year-Old Becomes Third Falun Gong Practitioner Confirmed to Have Died Within Five Days Following Arrests for Their Faith

Vesion chinoise:
内蒙古女青年敖瑞英遭绑架迫害-含冤离世

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.