Wang Zehaho de Dalian a été persécuté à mort

M. Wang Zhehao, 27 ans, était un dessinateur sur ordinateur de l’institut de recherche et de design de la ville de Dalian dans la province de Liaoning. Wang avait été arrêté plusieurs fois et illégalement détenu pour des laps de temps prolongés depuis le début de la persécution contre le Falun Gong qui a débutée le 20 juillet 1999. Tant son corps que son esprit ont été gravement endommagés. M. Wang est mort suite à la persécution le 25 décembre 2004.

Photo de M. Wang Zhehao

Wang Zhehao a commencé à cultiver le Falun Dafa en 1995 et suivait les principes d’« Authenticitié-Bienveillance-Tolérance. » Il travaillait diligemment et ses collègues et supérieurs faisaient son éloge. Durant les cinq dernières années ou le régime corrompu de Jiang Zemin a persécuté le Falun Gong, M. Wang a été illégalement arrêté six fois.

Le 20 juillet 1999, M. Wang s’est rendu à Pékin pour faire appel en faveur du Falun Gong. La police l’a renvoyé à Dalian et l’a illégalement détenu dans le centre de détention de Yaojia pendant dix jours. Le mois d’août 1999, lors de la visite de Jiang Zemin à Dalian pour faire une inspection de l’état de la persécution du Falun Gong, la police l’a à nouveau arrêté et détenu pendant 20 jours.

Parce que les fonctionnaires locaux le harcelaient constamment, M. Wang a été forcé de quitter son travail et de déménager. Au début du mois d’octobre 1999, la police de la place du premier mai de Dalian s’est rendue à son domicile pour le harceler. Ils ont prétendu ne pas trouver la personne qu’ils voulaient arrêter et ont ainsi arrêté M. Wang et sa mère et les ont détenu pendant 15 jours. Puis ils ont envoyé M. Wang à un centre de réhabilitation pour le persécuter d’avantage. Après un mois ils l’ont envoyé au camp de travaux de rééducation de Dalian le condamnant à une année de peine de travaux forcés. La famille de M. Wang a réussi à le faire sortir du camp de travaux forcés par le biais de certaines connexions sociales. La police a demandé un dépôt de 10 000 yuans , mais n’a jamais rendu l’argent.

Le reçu pour le dépôt des 10 000 Yuans

Le 24 avril 2001, plusieurs policiers, dont Chen Xin de la première section du département de police de Dalian, ont soudainement fait irruption dans la résidence de M. Wang. Ils l’ont menotté sans pourtant lui fournir aucune explication et ont fouillé sa maison. M. Wang a exigé de voir un mandat de perquisition. En réponse il a reçu plusieurs claques au visage, de la police et ils lui ont fait comprendre que c’était cela le mandat de perquisition.

M. Wang a été condamné à trois années d’emprisonnement dans un camp de travaux forcés. Il a au début été emprisonnée dans le camp de travaux de rééducation puis dans le camp de rééducation de Benxi et pour finir dans le camp de travaux de rééducation de Huludao. On lui a fait subir des lavages de cerveau et des mauvais traitements physiques. Sa santé a été ruinée. Dans le camp de travaux de rééducation de Dalian les gardiens lui ont menotté les mains et les pieds à un lit. Au camp de travaux forcés de rééducation de Benxi, les gardiens l’ont frappé jusqu’à ce que son corps soit recouvert de sang. Ils l’ont enfermé de nombreuses fois dans une petite cellule d’isolement, ils lui ont restreint l’utilisation de la salle des toilettes et ne lui ont pas donné d’eau à boire. M. Wang a dit : « La vie dans le camp de travaux forcés de rééducation de Guanshan a été très rude. Au début c’était M. Zhu Xiao Fei de la ville de Lushun (province de Liaoning). Il n’a pas coopéré avec les gardiens et a refusé de participer aux travaux forcés. Les gardiens l’ont choqué pendant un laps de temps très long avec des matraques électriques. Puis ce fut au tour de M. Jiang Yunsong. Il a été enfermé dans une petite cellule d’isolement. Plusieurs prisonniers l’ont battu. Lorsqu’il est revenu son visage et sa bouche étaient couverts de boursouflures pleines de sang causé par les matraques électriques. Ses cheveux étaient très sales et une de ses jambes était devenue infirme à force d’avoir été frappée. »

En mai 2003, M. Wang a entamé une grève de la faim pour protester contre sa persécution déraisonnable dans le camp de rééducation de Huludao. Les gardiens Liu Guohua, Song Yuanbin, Qi Zhiping, Fan Yongjie, Wang Yongming et Wang Dazhu ont utilisé six matraques électriques pour choqué son dos et les deux côtés de ses hanches jusqu’à ce qu’il y ait des contusions partout. Les gardiens ne se sont arrêtés qu’au moment ou ils ont remarqué que la température du corps de M. Wang s’était élevée à 38ºC. Ils ont alors menotté ses mains à un lit, lui ont inséré un tube dans l’estomac et l’ont gavé de force avec beaucoup de drogues et de bière. Le 3e matin, M. Wang était en état de choc. Après un traitement d’urgence, les gardiens ont continué de le gaver de force par un tube inséré dans son estomac. Ils ont fait des tours de garde pour être sûr qu’il ne s’endorme pas.

Le 19 octobre 2001, M. Wang a écrit un article défendant la réputation du Falun Gong dans son « rapport de réflexion » obligatoire. Cela a déplu au gardien Liu Guohua qui a enfermé M. Wang Zhehao dans une petite cellule d’isolement pour le torturer. M. Wang a une fois de plus entamé une grève de la faim. A ce moment il était trop faible pour uriner. Après plus de 20 heures de souffrances, il a été envoyé dans un hôpital où un docteur a essayé pendant plus d’une heure de lui insérer un cathéter pour uriner. Pendant les 38 jours qui ont suivi, M. Wang a énormément souffert avec un tube et ce cathéter qui sont demeurés insérés dans son corps. Lorsque la famille de M. Wang a été informée, on a découvert que M. Wang souffrait d’une infection urinaire étendue et montrait des symptômes d’irrégularité du rythme cardiaque et de tachycardie. Sa situation était critique. Les gardiens ont exigés 5 000 yuans de dépôts de sa famille avant d’accepter de le relâcher.

Une fois de retour à la maison, M. Wang a essayé de retourner travailler, mais il était encore incapable d’uriner normalement. En décembre 2004, il a souffert d’hydropisie. Son estomac était gonflé et il crachait des liquides rouge foncés. Son état d’esprit était parfois clair, parfois perplexe alors que sa pression, ses pulsations, sa respiration et d’autres indices semblaient normaux. Le docteur n’est pas parvenu a déterminer la cause de dilatation de son abdomen et aucun diagnostique n’a pu être établi. M. Wang est décédé le 25 décembre 2004.

Date de la traduction de l’anglais au français : 21/03/2005

Version anglaise disponible à:
http://www.clearwisdom.net/emh/articles/2005/3/9/58290p.html
Version chinoise disponible à:
http://minghui.ca/mh/articles/2005/2/23/96015.html


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.