Dents tombées et ongles d’orteils arrachés – Les tortures endurées par le pratiquant M. Li Shaotie de la ville de Fujin, province de Helongjiang

Le camp de travail dans la ville de Shuihua, province de Helongjiang, a fait beaucoup de mal aux pratiquants de Falun Gong depuis les dernières années. Le 14 septembre 2004, le département de la police du chemin de fer dans la ville de Jiamusi a envoyé M. Li Shaotie de la ville de Fujin au camp de travail Shuihua. En deux jours ils ont commencé à le torturer. Ils l’ont empêché de dormir en le battant et en le maudissant à chaque fois qu’il fermait les yeux. Ils ont fait en sorte que les autres prisonniers le battent et ils l’ont forcé à travailler. Les gardes ont ordonné aux autres prisonniers de battre M. Li pendant qu’il travaillait. Parce que M. Li ne renonçait pas au Falun Dafa, les gardes l’ont souvent très sévèrement battu. Quatre ou cinq d’entre eux ont traîné M. Li à une chambre vide. Après qu’ils aient scellé sa bouche avec du ruban, le leader du groupe no.2 Cong Handong a dit : « Avez-vous besoin de moi ? » L’officier avec le nom de famille Diao a répondu : « Non, nous allons nous occuper de lui ». Le leader du groupe du milieu Long Kuibin a électrocuté M. Li avec un bâton électrique à haut voltage. L’officier Shi Jian a frappé son visage, en alternant les mains, jusqu’à ce que son visage soit défiguré et contusionné. Diao Xuesong a pris la relève lorsque Shi Jian s’est senti fatigué. La bouche de M. Li était blessée et ses dents étaient tombées. Son sang suintait à travers une fente dans le ruban qui scellait sa bouche. Il a tant saigné que son sang a décollé le ruban et a giclé abondamment. L’homme a aussi donné des coups de pied à M. Li dans ses jambes plus de 100 fois, du haut en bas, avec des souliers militaires. Gao Zhonghai lui a demandé : « Veux-tu encore pratiquer? » M. Li a répondu : « Oui. » Gao Zhonghai a ensuite pilé sur les ongles d’orteil de M. Li avec le talon de ses souliers. Du sang frais a giclé de son pied et deux de ses ongles ont été arrachés. M. Li a perdu conscience. Lorsqu’il s’est réveillé, le médecin de la prison le secourait et mesurait sa pression sanguine.

Après presqu’un mois de torture, le cœur de cultivation solide de M. Li Shaotie est demeuré ferme. Il a approfondi la compréhension sur ce qui était vraiment bien et ce qui était vraiment mal. Le 11 octobre, les gardes l’ont transféré à une équipe de détermination. Deux prisonniers ont surveillé les pratiquants là-bas jour et nuit. Il n’avait pas de liberté. Il ne pouvait pas voir sa famille les jours de visite. Sa famille est venue trois fois et elle n’a pas pu le voir. La quatrième fois, ils ont laissé sa famille le visiter à contrecœur. Quatre membres de sa famille étaient venus mais seulement le frère de M. Li a eu la permission de le voir. Il a eu 10 minutes de permises et il a été fortement conseillé de persuader M. Li d’abandonner sa croyance en « Vérité – Compassion – Tolérance ». Le frère de M. Li a vu qu’il avait l’air totalement différent d’avant, parce qu’avant qu’il vienne au camp, M. Li avait été reconnu pour son corps solide et en santé. L’enfer sur terre dans le camp de travail Shuihua a amèrement fait du mal aux gens.

Ceci n’est qu’un exemple de comment les moyens de persécution dans le camp de travail Shuihua sont extrêmement maléfiques. Cinq ou six cent pratiquants ont été détenus là-bas.

Le 8 mars 2005.

Traduit au Canada le 22 mars 2005 de:
http://clearwisdom.net/emh/articles/2005/3/21/58639p.html
Version chinoise disponible à:
http://minghui.org/mh/articles/2005/3/9/96929.html


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.