M. Zheng Nianjie de la province de Hebei est mort en 2002 à l’âge de 50 ans

M. Zheng Nianjie était un pratiquant de Falun Dafa d’un village proche de la ville de Shenzhou, dans la province de Hebei. Toute sa famille avait commencé à cultiver Falun Dafa en 1996. Sa constitution était fragile et il avait souffert de nombreuses maladies. Après avoir entrepris la pratique, il avait complètement récupéré. C’était un homme aimable, intègre, et il avait bon cœur. On le connaissait dans le village pour toutes ces qualités. Pourtant, parce qu’il tenait fermement à sa foi, il a été persécuté de nombreuses fois et a souffert de nombreuses lésions internes. Il est mort en octobre 2002 suite à la torture dans un camp de travail.

M. Zheng-Nianjie avait la cinquantaine. Il se rendit à Pékin le 25 avril 1999 pour demander justice et fut brutalement battu et détenu par la police locale qui lui extorqua 200 Yuans avant de le relâcher. Il retourna à Pékin le 20 juillet 1999, et fut encore une fois battu et détenu par la police locale. Il perdit trois fois conscience durant sa détention, à cause de la torture par la police, mais chaque fois ils l’arrosèrent d’eau glacée pour le ranimer. Il était devenu si faible qu’ils le relâchèrent après lui avoir extorqué 1.000 Yuans pour éviter le risque de devoir prendre la responsabilité de sa mort.

En octobre 1999, il y eut plusieurs descentes de police chez lui pour piller sa maison, puis la police l’arrêta. Ils lui confisquèrent ses livres et ses documents de Falun Dafa. En détention, ils le torturèrent à l’électricité et la battirent avec un baguette de bois. Alors que lui-même était détenu, sa femme et sa fille étaient en route pour Pékin pour demander justice. Après plusieurs mois, lui et sa femme furent condamnés à trois ans en camp de travail forcé au camp de la ville de Shijiazhuang. M. Zheng était dans la Cinquième division et sa femme dans la quatrième division pour femmes. Leur fille de quinze ans restait seule à la maison. Tous les deux ont été cruellement battus par les prisonniers et par la police, et torturés. M Zheng est devenu très faible et a été relâché sur parole médicale en mai 2001. La police est venue à répétition le harceler chez lui et le surveillait continuellement. Il ne s’est jamais remis due à la constante pression mentale et physique. Il est décédé moins d’un an après que sa femme soit revenue. Sa famille n’aura jamais été réunie de nouveau.

Version chinoise disponible à:
http://www.minghui.org/mh/articles/2005/2/13/95428.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.