Un ancien enseignant d’école primaire succombe aux dommages physiques causés par deux décennies de torture et meurt à 50 ans

Nom : Du Yingguang
Nom chinois : 杜英光
Genre : M
Âge : 50 ans
Ville : Non communiqué
Province : Tianjin
Profession : Enseignant du primaire
Date du décès : 9 novembre 2021
Derniére arrestation : 30 janvier 2001
Dernier lieu de détention : Camp de travaux forcés de Shuangkou


Un ancien enseignant d’école primaire est devenu handicapé et était extrêmement faible, après avoir à peine survécu à 2 ans et demi d’horrible torture dans un camp de travail pour sa pratique du Falun Gong. Durant les deux décennies suivantes, M. Du Yingguang a lutté contre une santé défaillante, tout en se déplaçant pour se cacher de la police. Il est décédé le 9 novembre 2021, à l’âge de 50 ans.


M. Du, originaire de Tianjin, a commencé à pratiquer Falun Gong, une pratique du corps et de l'esprit, en 1996, avec sa mère, Mme Wang Yuling, et sa sœur cadette, Mme Du Yinghui. Tous les trois ont connu des rétablissements de santé rapides et se sont efforcés de vivre selon les principes du Falun Gong.


Après que le Parti communiste chinois a ordonné la persécution du Falun Gong en juillet 1999 en raison de sa grande popularité, M. Du a été arrêté et détenu à plusieurs reprises dans divers établissements.


Les tortures qu'il a subies au camp de travail forcé de Shuangkou étaient atroces : il a notamment eu les paumes brûlées par des cigarettes allumées, les doigts poignardés par une aiguille, la bouche et le nez maculés d'excréments, et a été attaché dans des positions insoutenables pendant de longues heures.Le gardien Tong Xiuhe a dit un jour au détenu Xu Guangsheng, chargé de surveiller M. Du, qu’il pourrait obtenir une réduction de peine s’il torturait M. Du à mort.


Ci-dessous des détails de la torture subie par M. Du.


Torture dans un centre de détention

M. Du a été arrêté à son domicile au soir du 30 janvier 2002. La police a saccagé son domicile, confisqué ses livres de Falun Gong et ses cassettes audio de conférences.


Le lendemain, après avoir été emmené au centre de détention du district de Wuqing, un détenu lui a ordonné de renoncer au Falun Gong. Comme il a refusé d'obtempérer, le détenu l'a battu pendant plus de dix minutes. Un autre détenu lui a donné des coups de genou à l'extérieur des cuisses, provoquant l'engourdissement et la douleur de ses jambes.


Lorsque les détenus étaient fatigués, au lieu de coups de poing, ils prenaient un long banc en bois et lui frappaient les jambes. M. Du étant demeuré ferme dans sa croyance, les détenus ont continué à le battre. Certains l'ont giflé et d'autres lui ont tailladé le cou avec le tranchant de leurs paumes.


Après une autre heure de coups, les détenus ont forcé M. Du à se tenir contre le mur, le dos plié à un angle de 90 degrés, ses jambes droites et le bout de ses doigts touchant ses orteils. Il a été forcé de rester dans cette posture durant deux heures, Il a été contraint de rester dans cette position pendant deux heures, ce qui a provoqué des douleurs dans son corps et l'a désorienté.


La torture a causé des blessures sur tout le corps de M. Du. Ses jambes étaient sévèrement enflées et engourdies. Durant trois jours, il n’a pas pu s’accroupir pour aller aux toilettes. Il avait également du mal à enfiler ou enlever son pantalon.


Durant les deux semaines suivantes, les détenus ont continué à battre M. Du et à l'insulter afin de le forcer à abandonner Falun Gong, mais il n’a pas cédé.


Centre de détention et lavage de cerveau

Le 15 février 2001, dans une autre tentative de faire pression sur lui pour qu’il renonce à Falun Gong, les responsables du canton ont parlé à M. Du. Comme il refusait d’obtempérer, les autorités l’ont emmené, à 23 heures dans un centre de lavage de cerveau situé dans une base militaire.


Durant les deux mois où M. Du a été détenu dans le centre de lavage de cerveau, il a été obligé à plusieurs reprises de regarder des programmes diffamatoires contre Falun Gong et d’écrire des rapports de pensée.


Comme il refusait de lire des livres qui salissaient Falun Gong, les gardes l’ont forcé à rester face au mur pendant des heures, ce qui est devenu une torture constante durant sa détention. Parfois, il devait se tenir en posture militaire, les orteils et le nez touchant le mur, les doigts pointés vers le bas le long de son pantalon et le corps restant droit.


Une autre torture consistait à s’asseoir sur un petit tabouret, les mains sur les genoux, le haut du corps restant droit et les yeux ouverts. Parfois, on le faisait se tenir debout ou assis contre un mur jusqu’à 3h00 du matin puis il était obligé de se lever à 5h30 du matin. La nourriture qu’on lui donnait était rare.


Un soir, un policier du nom de He a emmené M. Du dans une pièce et a tenté de le contraindre à déchirer une photo du fondateur du Falun Gong. M. Du a fermement refusé et a été giflé au visage à plusieurs reprises, jusqu’à ce que du sang coule de sa bouche. L’agent He a également frappé l’épaule droite de M. Du avec une tige de cuivre d’un pouce d’épaisseur, déchirant sa chemise et faisant gonfler son épaule.


Quelques jours plus tard, l’agent de police Cui a également frappé les mains et les cuisses de M. Du avec une tige de cuivre, causant de profondes ecchymoses sur ses jambes. Lorsque le directeur du centre de lavage de cerveau Chai est venu vérifier la situation de M. Du, au lieu de lui fournir un traitement médical, Chai a saisi les cheveux de M. Du et l’a battu jusqu’à ce qu’il soit fatigué.

La peine de camp de travail forcé

Le 15 avril 2001, M. Du a été transféré dans le centre de détention du district de Wuqing. La police lui a rapidement infligé 18 mois de travaux forcés pour « perturbation de l’ordre social ». Le 18 mai, il a été emmené dans le camp de travail de Shuangkou, et, pour avoir défendu sa croyance, il y a fait face à une torture encore plus épouvantable.


Privation de sommeil initiale

Lors de sa première nuit dans le camp de travail, les gardes ont obligé M. Du et d’autres pratiquants à s’asseoir sur un petit tabouret jusqu’à 3 heures du matin. Ils les ont ensuite réveillés à 5h30. Après deux nuits de privation de sommeil, les cinq pratiquants emmenés au camp de travail avec M. Du ont tous été forcés d’écrire une déclaration de repentance par laquelle ils abandonnaient Falun Gong, M. Du étant le seul à rester inébranlable.


À l’instigation des gardiens, le détenu Chen Xueyu a emmené M. Du dans une pièce et lui a ordonné de lire un article de journal diffamant Falun Gong. M. Du n’a pas obtempéré. Chen l'a giflé au visage, l’a forcé à se pencher en avant et battu avec une matraque durant plus d’une heure.


Pendant les dix jours suivants, les détenus n’ont pas permis à M. Du de dormir, mais l’ont forcé à s’asseoir au sol. Chaque fois qu’il fermait les yeux, les détenus le battaient et lui interdisaient d’aller aux toilettes. Un détenu pesant environ 85 kg [187 lb] a piétiné ses jambes en criant: « Nous te faisons un massage à la thaïlandaise! » Les jambes de M. Du étaient couvertes de bosses dures et, durant plus d'un mois, il a éprouvé des difficultés à marcher.


Fourré sous un lit en étant ligoté

Sun Kai, un chef détenu, a également torturé M. Du pour obtenir des faveurs de la part des gardiens. Il a poussé M. Du dans le petit espace sous un lit, le rendant incapable de lever la tête ou de s’asseoir. Sun a également frappé les bras de M. Du contre le cadre de lit en métal.


Illustration de torture :Fourré sous un lit


Sun a ensuite traîné M. Du hors de dessous le lit. Plusieurs détenus l'ont plaqué au sol, face contre terre, tandis que Sun Kai faisait rouler un bâton de bois rond sur ses jambes, lui causant de vives douleurs.
En une autre occasion, Sun a forcé M. Du à s’asseoir en position de double lotus. Il a attaché les mains de M. Du avec une corde, puis a attaché son cou à la corde, de sorte que sa tête touchait presque sa poitrine.


Après l'avoir détaché deux heures plus tard, Sun a amené M. Du dans une autre pièce où se trouvait le gardien Zhao Changqing. Les détenus ont forcé M. Du à enlever sa chemise, puis ont frappé son bras gauche à plusieurs reprises avec un bâton en bois jusqu'à ce qu'il soit meurtri. Les marques étaient encore clairement visibles après plusieurs mois.


La torture et la privation de sommeil ont donné à M. Du une sensation de froid et d'engourdissement. Après avoir constaté qu'il avait une forte fièvre, les gardes l'ont finalement autorisé à dormir la nuit.


Paumes brûlées avec des cigarettes

Plusieurs jours plus tard, les détenus ont ordonné à M. Du de se tenir debout, les mains tendues et les paumes tournées vers le haut. Ils ont placé deux cigarettes allumées sur ses paumes pendant cinq minutes. Les détenus ont baptisé cette torture : "être divin tenant des pêches".


Deux grandes cloques remplies de liquide sont apparues sur les paumes de M. Du. Les détenus ont percé les cloques avec des aiguilles. La chair sous les cloques s'est ulcérée, laissant deux grands trous sur ses paumes. Ses mains ont gravement enflé.


Les détenus ont essayé de l’emmener à la clinique du camp pour y être soigné, mais le gardien Yang Zhiqiu les a arrêtés, craignant que la torture ne soit exposée. " C’est juste une petite brûlure, pas une grosse affaire ! " a-t-il déclaré.


Après qu'un autre gardien, Du Yingxin, ait vu les mains enflées de M. Du, il lui a délibérément ordonné d'écraser des mouches dans la cage d'escalier la nuit pendant plus de deux heures. Les brûlures sur les paumes de M. Du n'ont guéri qu'un mois plus tard.


Coups de pieds

Le garde Wei Wei a écrasé les joues de M. Du afin de lui faire écrire des déclarations de garantie . Il a continué jusqu’à ce que le visage de M. Du soit terriblement enflé et qu’il puisse à peine se reconnaître dans le miroir.


Dans une autre torture, Wei a ordonné à M. Du de se tenir à l’entrée de la pièce. Puis il a fait plusieurs pas en arrière et a soudainement couru pour envoyer un violent coup de pied dans la poitrine de M. Du. Ce dernier est tombé sur le sol carrelé et s’est cogné la tête.


Piquer les doigts avec une aiguille

Dans le froid de l’hiver, les détenus ont dépouillé M. Du de son manteau et l’ont forcé à se tenir dans une pièce sombre et froide avec seulement une couche intérieure de vêtements. Il a été à nouveau privé de sommeil durant quelques jours et fourré sous le lit. Pour augmenter sa souffrance, les détenus ont inséré une matraque en bois entre son dos et le lit, ont appuyé la matraque contre sa tête et son dos, avant de piétiner ses mains et de piquer ses doigts avec une aiguille.

Reconstitution de torture : piquer les doigts avec une aiguille


Congeler

La torture n’ayant toujours pas affaibli la détermination de M. Du, les détenus ont commencé à frapper son bras gauche avec un bâton de bois, jusqu’à ce qu’il soit gravement meurtri et enflé.


M. Du pouvant à peine lever le bras, les détenus l’ont attaché aux escaliers face à une fenêtre ouverte pendant une longue période de temps. Le vent glacial a fait frissonner M. Du. Il a développé une fièvre plus tard dans la nuit, qui a duré plusieurs jours.


Malgré son état, les gardes l'ont tout de même forcé à assister à une séance de lavage de cerveau, qui consistait à regarder des programmes d'information de propagande. Connaissant parfaitement les abus auxquels il pouvait être confronté, M. Du a quand même refusé de les regarder et a crié : "Tout cela n'est que calomnie et mensonges ! Ne croyez rien de tout cela ! Le Falun Dafa est bon !" Les détenus lui ont couvert la bouche et l'ont traîné dans une pièce sombre.


À la fin d’avril 2002, les gardes ont choqué M. Du avec des matraques électriques. A la mi-mai, ils l’ont privé de sommeil une fois de plus. La nuit, il était obligé de s’asseoir sur un petit tabouret et devait parfois rester éveillé pendant toute la nuit. Certaines nuits, il dormait une heure, alors que d’autres il ne dormait pas du tout. La torture a duré plus d’un mois.


Dommages physiques causés par la torture

Le 19 juillet 2002, les détenus ont battu M. Du pendant un long moment. Ils l'ont plaqué au sol, le visage contre terre, lui ont versé de l'eau dans le nez et lui ont donné des coups de poing dans l'abdomen. Ils l'ont torturé pendant plusieurs heures, jusqu'à ce qu'il perde connaissance.


À la suite de ces tortures, M. Du était très faible, avait du mal à marcher et ne pouvait pas uriner. Il a perdu connaissance une fois en allant aux toilettes. Les détenus l'ont ramené. Son abdomen était gonflé et douloureux, et il avait l'impression qu'un objet lourd tirait sur sa taille. Il gémissait, et pourtant les gardes ont dit aux détenus de le faire travailler. Il souffrait terriblement à chaque pas, mais les détenus le forçaient quand même à continuer à marcher, ce qui lui infligeait une tension énorme.


Une semaine plus tard, les gardes l’ont emmené à l’hôpital pour un examen. On a constaté qu’il souffrait d'une ascite, d'un gonflement de l’estomac et du duodénum et une autre affection du pancréas.


Un jour, M. Du a entendu le gardien Tong Xiuhe dire au détenu Xu Guangsheng, chargé de surveiller M. Du :" Je réduirai ta peine si tu tortures Du Yingguang à mort "


La bouche et le nez enduits d’excréments

En février 2003, le camp de travail a organisé plusieurs séances de lavage de cerveau ciblant les pratiquants. Une autre série de tortures de M. Du a commencé, notamment en le choquant avec des matraques électriques, en l’attachant et en l’arrosant d’eau froide.


M. Du a de nouveau entamé une grève de la faim pour protester contre la persécution, mais il a été suspendu, dépouillé de ses vêtements chauds, les pieds placés dans une bassine d’eau glacée.
Les gardes ont ensuite attaché M. Du dans un lit, lui ont versé de l'eau froide, puis ont allumé un ventilateur à la vitesse maximale pour souffler sur lui. Un garde a dit : "Il fait vraiment froid, mets-lui une couette". Le détenu a trempé une couette dans l'eau froide et l'a mise sur M. Du. La torture a finalement cessé environ trois heures plus tard.


Durant cette période, le chef de division Fan est venu inspecter la torture. Ils n’ont pas laissé M. Du dormir de la nuit, mais l’ont attaché sur une chaise et ordonné aux détenus de frotter des excréments sur sa bouche et son nez.


Les détenus ont pincé le nez de M. Du, le forçant à ouvrir la bouche. Puis ils y ont poussé des excréments.


Le garde Fu Zhenshi a également injecté de l’eau de moutarde dans le nez de M. Du avec une seringue. Ils l’ont torturé durant plus de 20 jours. M. Du est resté ferme dans sa foi et a refusé d’écrire une déclaration de garantie. Sa peine de camp de travail a donc été prolongée d’un an.


Voir également


Falun Dafa Practitioner Mr. Du Yingguang from the Wuqing District, Tianjin City Ruthlessly Tortured

M. Du Yingguang de la ville de Tianjin a subi des tortures brutales ; on lui a entre autre inséré des excréments dans la bouche et les narines

Version chinoise :
遭劳教所残忍折磨致残 天津小学教师杜英光含冤离世 【明慧网】

Version anglaise :
Former Elementary School Teacher Succumbs to Physical Damage by Torture Two Decades Ago, Dies at 50

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.