Le" Bureau 610" torture cruellement les pratiquants de Dafa en utilisant des serpents et des scorpions

Ce qui suit témoigne des méthodes de torture incroyablement cruelles utilisées contre les pratiquants de Dafa par le “Bureau 610” dans la ville de Linqi, province du Shandong.

Entre juillet et août 2000, les policiers du “Bureau 610” [une agence spécifiquement créée pour persécuter le Falun Gong avec un pouvoir absolu sur chaque niveau de l’administration du Parti et tous les autres systèmes politiques et judiciaires] de la ville de Linqi a enlevé et illégalement détenu plusieurs pratiquants de Dafa dans un vieil appartement d’un immeuble du Marché Veneer, route de Beiyuan. Dans le passé, les policiers corrompus ont utilisé cet endroit pour détenir et torturer les pratiquants de Dafa, ne les relâchant pas jusqu’à ce qu’ils aient payé une amende de 2.000 Yuan [le salaire moyen mensuel est d’environ 500 Yuan] et signé des « déclarations de garantie » promettant de renoncer à la pratique du Falun Dafa. Cette fois cependant, les officiels du « 616 » ont transféré quatre pratiquants de Dafa qui avaient été auparavant détenus plusieurs fois mais ont refusé d’abandonner la pratique de Dafa au Bureau du Planning Familial de Lanshan dans la ville de Linqi. Les noms de ces quatre pratiquants sont Peng Chengxu (home de 64 ans,) Sun Maolan (femme de 53 ans) Zhao Fuqing (femme de 38 ans) et Zhao Fumin (femme de 38 ans.).
Les officiels du "610" ont alors payé 28 malfrats pour personnellement torturer ces quatre pratiquants de Dafa. Durant les 10 premiers jours ceux-ci ont forcé les pratiquants à rester debout 24 heures par jour et à regarder les vidéos de propagande diffamant le Falun Gong. Les pratiquants n’étaient pas autorisés à dormir ni même fermer les yeux durant ces dix jours. Celui ou celle qui fermait les yeux était abominablement battu jusqu’à ce que les brutes soient fatiguées.

Quelquefois les brutes à gage forçaient les pratiquants à rester immobiles pour toute une journée. D’autres fois ils plaçaient une petite table sur la tête des pratiquants, au sommet de laquelle il plaçait un petit tabouret, puis ils plaçaient un bol d’eau sur le tabouret. Ils ordonnaient aux pratiquants de rester debout avec les deux bras tendus de chaque côté pendant plusieurs heures en balançant la table, le tabouret et le bol d’eau posés sur leur tête. Celui ou celle des pratiquants qui ne pouvait tenir la position ou renversait l’eau était brutalement battu. Chaque jour les officiels du « 610 » utilisaient divers moyens haineux pour torturer les pratiquants. Ils dirigeaient aussi les brutes à poignarder les mains et les doigts des pratiquants avec des aiguilles d’acier. Les brutes torturaient aussi les pratiquants en utilisant de cruelles techniques militaires. Tout en prétendant que même les soldats n’avaient pas pu endurer ces techniques plus de 15 minutes, ils forçaient les quatre pratiquants à les subir pendant plus de deux heures à la fois. Les pratiquants qui ne pouvaient pas l’endurer étaient roués de coups de pieds. Même lorsque les pratiquants étaient finalement autorisés à dormir la nuit, ils devaient s’allonger sur le sol de ciment humide avec une ventilateur souffrant constamment pour qu’ils aient insupportablement froid.

Pour intensifier encore plus la torture, le chef du “Bureau 610” local a ordonné aux brutes d’acheter un serpent et de le garder dans un panier sans le nourrir. Après plusieurs jours, ils ont placé le panier près du pratiquant de Dafa M. Peng et ont enlevé le couvercle. Le serpent ayant été enfermé et affamé a bondi hors du panier et a mordu M. Peng au cou, laissant ses dents plantées sous sa peau. Outre cette cruauté, les brutes à gage ont aussi acheté des scorpions et des crapauds venimeux et les ont lâchés dans la pièce pour qu’ils piquent et terrorisent les pratiquants. Finalement quatre des pratiquants ont été mordus et on eu des marques de piqûres sur leur corps ne pouvant plus se mouvoir normalement. Craignant qu’ils ne meurent en détention des morsures empoisonnées, les officiels du « 610 » ont finalement relâché les quatre pratiquants. Cependant, alors que M. Peng commençait à récupérer, il fut de nouveau envoyé dans un camp de travail forcé pour y être encore persécuté.
Ce que je viens de décrire n’est que le sommet de l’iceberg concernant l’étendue de la cruelle torture que les pratiquants de Dafa de la ville de Linqin ont soufferte aux mains des officiels du « 610 ». On dit qu’il y a encore des cas plus sérieux que celui-ci. Des pratiquants qui m’ont raconté ce cas étaient réticents à en dire plus à cause de l’horreur des cas de torture. Plus d’informations seront publiées à mesure de l’enquête.

Les officiels du “610” et les brutes vicieuses qu’ils ont acheté pour torturer les pratiquants de Dafa sont incroyablement cruels. J’implore toutes les personnes et les gouvernements autour du monde qui ont le sens de la justice de demander que le régime de Jiang cesse immédiatement ces crimes contre l’humanité.

Chinese version available at
http://www.minghui.org/mh/articles/2003/4/9/48007.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.