Le Classique des trois caractères

.

Introduction

Le Classique des trois caractères était utilisé à l’origine pour les devoirs d’école durant la dynastie Song. Personne ne sait exactement qui le premier a commencé à compiler ce texte en vers des Trois caractères. Pour certains, il s'agirait de Wang Yinglin au cours de la dynastie Song. D’autres l'attribuent à Ou Shizi qui a vécu pendant les dernières années de la dynastie Song.


Jing en chinois signifie :"vérité immuable." Dans les temps anciens, un livre appelé jing (classique) faisait référence à un texte de grande valeur. Parmi tous les classiques chinois, Le Classique des trois caractères est le plus simple et le plus facile à lire. Son contenu couvre la littérature, l’histoire; la philosophie, l’astronomie, la géographie, l’éthique, les relations humaines et des éléments de moralité. De plus le contenu est riche, intéressant et inspirant. Les vers sont courts et simples, tous les caractères vont par trois et sont ainsi très adaptés pour la lecture à haute voix. Quand un jeune élève récite Le Classique des trois caractères , il ou elle apprend le décorum social, la langue et la littérature chinoise et les événements historiques. Grâce à ces qualités, Le Classique des trois caractères a toujours été le premier texte choisi pour commencer l’éducation officielle d’un enfant.


Le Classique des trois caractères est divisé en 44 groupes de 4 vers (8 phrases) par groupe. Chaque groupe contient des sections de texte, du vocabulaire, une explication de texte, des questions de discussion, une histoire et une réflexion écrite. Pour les anglophones, chaque caractère ou terme dans la section du texte est accompagné par l’alphabet phonétique chinois (Hanyu pinyin) pour aider à la prononciation et chaque terme est aussi annoté dans la section du vocabulaire. Les vers sont ensuite expliqués en anglais pour que les lecteurs puissent en comprendre le sens.


Après cela, des questions de discussion sont utilisées pour guider ceux qui apprennent à réfléchir plus profondément au texte et à consolider leur compréhension de l'unité thème. En plus des vers, une ou deux histoires apparentées sont présentées pour introduire le contexte autour d’un événement ou d’un personnage historique, développer l’esprit critique, et/ou faciliter l’éducation morale. La section de la réflexion écrite fournit des questions dirigées pour que les élèves expriment leurs pensées et leurs opinion en écrivant.


Le Classique des trois caractères est facile à apprendre et du fait de la multi dimensionnalité de son contenu éducatif, il a été largement utilisé pendant la dynastie Song. Non seulement, il cultive une compréhension de la culture chinoise traditionnelle mais il fournit aussi aux élèves des modèles pour s’entendre avec les autres et pour résoudre les situations qu’ils rencontreront certainement plus tard dans la vie. Nous espérons que les lecteurs pourront lire le texte avec leur coeur et chérir ce précieux héritage culturel.


Unité 1

Texte

人(rén) 之(zhī) 初 (chū),性(xìng) 本(běn) 善(shàn),
性(xìng) 相(xiāng) 近(jìn),習(xí) 相(xiāng) 遠(yuan)。
苟(gou) 不(bú) 教(jiào),性(xìng) 乃(nai) 遷(qiān),
教(jiào) 之(zhī) 道(dào),貴(guì) 以(yi) 專(zhuān)。


Vocabulaire

(1) 之(zhī):utilisé comme mot de fonction pour indiquer une relation de possession ou un tout qui inclut une partie (indiquée dans le mot précédent)


(2) 初(chū):commencement, à la naissance

(3) 性(xìng):disposition naturelle

(4) 本(běn):originellement

(5) 善(shàn): le bien

(6) 相(xiāng):comparer

(7) 近(jìn):proche, similaire, identique

(8) 習(xí):l’étude, interaction avec l’environnement

(9) 遠(yuan):distant, différent

(10) 苟(gou):si

(11) 教(jiào): l’enseignement, l’instruction

(12) 乃(nai):peut

(13) 遷(qiān):changer

(14) 道(dào):méthode

(15) 貴(guì):le plus important

(16) 專(zhuān):l’attention, la concentration


Traduction du texte

La disposition innée de tous les êtres humains est d’être bon [à la naissance]. Cette bonne nature amène les gens à être proches les uns des autres quand ils sont jeunes. Mais en grandissant, en apprenant de la société et en interagissant avec leur environnement, ils grandissent séparément et deviennent différents l’un de l’autre. S’ ils ne reçoivent pas une éducation ou des conseils adéquats, ils peuvent dévier de leur bonne nature d’origine. Dans l’apprentissage et l’enseignement, la concentration est le plus important sinon les efforts d’une personne ne porteront pas leurs fruits.


Questions pour la discussion

1. À quoi le terme "disposition innée" fait-il référence? Est-ce la nature des êtres humains qu’on possède à la naissance ou les caractéristiques de la vie?

2. Qu’est-ce qu’apprendre ? Quand apprenons-nous ? Comment apprenons-nous ? À partir de quoi ou de qui apprenons-nous? Est-ce que ça arrive seulement quand nous étudions des livres?

3. Est-ce que ce que nous apprenons après la naissance fait toujours de nous de meilleures personnes ? Est-ce que ce que nous apprenons de notre environnement peut nous rendre pire ?

4. Comment pouvons-nous maintenir notre bonté innée ?

5. Que veut dire se concentrer? Pourquoi est-ce important? Comment un manque d’attention pourrait-il nous faire dévier de notre bonté innée ?


Histoire

Zhou Chu tue trois monstres

Il y a longtemps pendant la dynastie Jin en Chine, dans le petit village de Yi Xing, il y avait un jeune homme appelé Zhou Chu. Ses parents étaient morts quand il était petit. En grandissant, il est devenu fort et robuste, mais comme il n’avait pas été bien élevé et qu’on ne s’était pas bien occupé de lui, il se battait souvent avec les autres et provoquait des problèmes dans son village. Les jours et les semaines passant, les semaines et les mois passant les mois et les années passant le fauteur de troubles Zhou Chu devint de pire en pire. Tel un monstre, il était évité par tous les autres villageois.


Un jour alors qu’il se promenait dans la rue, il vit une foule de gens parlant sérieusement de quelque chose. Curieux, il s’approcha plus prés. Mais la foule se dispersa à son approche. Un peu énervé, il attrapa un vieil homme et demanda: "De quoi parliez-vous bon sang?" le vieil homme répondit apeuré: "Le village est menacé par trois monstres . L’un est le tigre de la Montagne du sud. L’autre est le dragon de la Rivière au long pont. Ils ont tué beaucoup de gens..." N’attendant pas que le vieil homme finisse sa phrase, Zhou Chu cria bruyamment: "Que ce soit un tigre ou un dragon, nous n’avons pas à en avoir peur. Je vais tuer les monstres en deux temps trois mouvements." Immédiatement après avoir fait ce vœu, il se prépara pour accomplir la tâche.


Arrivé à la Montagne du sud, Zhou Chu chercha le tigre partout en haut et en bas de la montagne. Après une longue quête, il trouva finalement les traces du féroce animal. Mais son excitation ne dura pas longtemps, le tigre s’était tapis dans l’ombre d’un arbre et lui bondit à la tête avec ses dents acérées comme des lames de rasoir. Mais avant même que l'animal n’ait eu une chance de retoucher le sol, en un clin d’oeil, Zhou Chu le contourna, sauta en l’air et atterrit sur son dos. Avec toute sa force, Zhou Chu retint la tête du tigre et la frappa sur un rocher acéré jusqu’à ce qu’il meurt.


Avant même que Zhou Chu n’ait repris son souffle, il partit vers la Rivière au long pont. Par chance, il n’eut pas à chercher longtemps le cruel dragon. Il trouva le dragon se prélassant au soleil sur une île au milieu de la rivière. Zhou Chu nagea doucement jusqu’à l’île, se faufila derrière la bête et attrapa son cou pour l’étouffer. Mais le dragon était plus fort que le tigre et jeta Zhou Chu contre un arbre. Zhou Chu n’abandonna pas mais hurla: "Je ne lâcherai pas ton cou jusqu’à ce que tu arrêtes de respirer!" Peu importe combien il luttait, le dragon ne pouvait pas vaincre l’étreinte de Zhou Chu. Après trois jours et trois nuits le monstre mourut enfin. Exténué, Zhou Chu s’endormit et ne se réveilla pas de deux jours et deux nuits.


La rumeur se répandit rapidement à travers le village que Zhou Chu avait tué les bêtes et était mort d’épuisement. Ils firent la fête pendant trois jours et trois nuits et à la fin de la fête tous chantèrent joyeusement : "Les trois bêtes sont mortes, les trois bêtes sont mortes. Houra, houra, houra !" Alors que les villageois chantaient, Zhou Chu rentra chez lui. Ce n'est alors qu'il se rendit compte que les villageois l’avaient considéré comme le troisième monstre. Zhou Chu ressentit une grande honte et jura de tourner la page. Il voulut changer et devenir un homme respectable. Il demanda au grand professeur Lu Yun de l’enseigner et par la suite, Zhou Chu dédia sa vie à l’apprentissage. Il devint finalement un haut fonctionnaire et servit les gens loyalement.


Réflexion écrite

1. Si vous étiez Zhou Chu, comment vous seriez-vous sentis en réalisant que les gens de votre village vous considéraient tous comme un monstre?

2. Comment Zhou Chu a-t-il éliminé le troisième monstre à l’intérieur de lui ?
.
3. Comment devriez-vous réagir quand les autres vous critiquent ?


Version chinoise :
文化课教材(初级):三字经(一)


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.