La culture du thé en Chine

 


L’origine du thé

Il y a sept choses dont les chinois se préoccupent dans leur vie quotidienne: ‘’ Le bois de chauffage, le riz, l'huile, le sel, la sauce soja, le vinaigre et le thé.’’ Même si le thé est le dernier sur la liste de leurs nécessités quotidiennes, il a une histoire plutôt significative et une connotation culturelle, le peuple chinois ayant une longue tradition de ‘’prendre une tasse de thé après un repas.’’ La Chine est l’origine du thé et de la culture du thé, ainsi, le thé a accompagné la nation chinoise durant 5000 ans. Comme l'énonce un couplet : ‘’Une tasse de thé de printemps vous garde votre invité un moment, une vie simple et pure vous inspire à devenir immortel.’’ Offrir une tasse de thé aux invités est une belle tradition chinoise. Alors parlons du ‘’thé’’ aujourd'hui.


S'agissant de l’origine du thé, existe une légende chinoise au sujet de Shennongshi. ‘’Alors que Shennongshi cherchait des herbes médicinales, il goûta des centaines de sortes de plantes et de graines. Un jour, il goûta 72 poisons, mais utilisa alors le thé comme antidote détoxifiant.’’ D’après la légende, notre ancêtre Shennongshi avait un ventre transparent comme le cristal. Peu importe ce qu’il mangeait, il pouvait le voir clairement à travers son ventre. À cette époque, les gens vivaient dans des conditions primitives et mangeaient tout cru, poisson, légumes, fruits, aussi les diarrhées étaient-elles très courantes. La légende veut que dans le but d’aider les gens, Shennongshi goûta toutes sortes d’herbes et de végétation pour découvrir ce qui se passait dans son ventre après avoir mangé divers types de nourriture. Il voyageait toute l'année à travers montagnes et rivières. Un jour, Shennongshi découvrit une sorte de plante avec des feuilles vertes et des fleurs blanches, et en mangea les feuilles. L'ayant fait, il fit une étrange découverte dans son estomac. Non seulement, les feuilles se déplaçaient, montant et descendant dans son estomac et nettoyant tout ce qu’il avait mangé, mais laissaient aussi un goût agréable dans sa bouche et une sensation rafraîchissante. Shennongshi futextrêmement heureux d’avoir découvert l’effet détoxifiant des feuilles. Il pensait que la découverte du thé lui avait été accordée par les divinités, en appréciation de sa gentillesse en essayant de découvrir, dans son vieil âge, des herbes médicinales pouvant traiter les maladies des gens. Shennongshi fut reconnaissant envers les divinités, et devint encore plus diligent dans la collecte d’herbes médicinales. Dés lors, dés qu’il s’empoisonnait en goûtant les herbes, il utilisait les feuilles vertes pour se détoxifier. Puisque les feuilles vertes jouaient le rôle d’un médecin (contrôlant et nettoyant son estomac), Shennongshi les appela ‘’cha’’ (examiner). Plus tard, les gens ont changé le caractère pour ‘’cha’’ (thé). Voici comment fut découvert le thé.


Parce que le ‘’thé’’ peut apaiser la soif, rafraîchir, et neutraliser le poison, les arbres à thé furent ramassés et produits des années plus tard. Ils étaient considérés comme une sorte d’herbe pour garder une bonne santé en plus des herbes médicinales.


Graduellement, le ‘’thé’’ est devenu bien-connu,et en plus de l’utiliser sous forme de médecine, les gens l’utilisaient aussi comme un témoignage d'hommage, un plat ou une sorte de boisson. À travers les modifications au cours des différentes dynasties, nous avons le thé d’aujourd’hui. En résumé, le thé était un médicament bénéfique découvert par notre ancêtre Shennongshi, récompense accordée par les divinités en appréciation de sa bonté envers autrui. Les divinités ont arrangé que Shennongshi découvre le thé pour en faire bénéficier l’humanité.


Le développement du thé

Après la découverte du thé, les gens sont passés par plusieurs stades de développement dans son utilisation. Aujourd’hui, nous en faisons un breuvage en utilisant de l’eau bouillante pour faire du thé à partir des feuilles. Dans les anciens temps, nos ancêtres utilisaient le thé comme médicament. A cette époque, les gens coupaient des branches d’arbres à thé sauvages, ramassaient les bouts des feuilles, les ébouillantaient dans de l’eau, puis buvaient l’eau. C’est ce que les gens appelaient ‘’ bouillie de thé.’’ Le thé obtenu de cette façon était très amer, et a donc été appelé à l'époque, ‘’thé amer’’.


A l’époque des dynasties Qin et Han, les gens ont développé de nouvelles méthodes pour préparer et utiliser le thé. Ils ne faisaient pas bouillir les feuilles de thé fraiches. Ils cuisaient plutôt des ‘’gâteaux de thé’’’, sur le feu, puis les réduisaient en poussières. De l’eau bouillante était ajoutée pour faire du thé. Ils y mélangeaient de la ciboule, du gingembre et de l’orange, et l’appelaient ‘’thé cuit.’’


Sous la dynastie Tang, les gens fabriquaient des gâteaux de thé. Lorsqu’ils prenaient un thé, ils brisaient d’abord un gâteau de thé, le cassaient finement et le plaçaient dans un tamis, mettaient le thé filtré dans une tasse et y versaient de l’eau bouillante. La culture du thé a gagné en popularité à cette époque. Graduellement, ‘’boire du thé’’ est devenu ‘’déguster du thé.’’ Les banquets de thé qui se déroulaient dans les palais royaux, dans les temples, et parmi les érudits, étaient aussi populaires. L’atmosphère dans les banquets de thé était habituellement solennelle et élégante et suivait les règles strictes de l’étiquette. Le thé servi devait être de haute qualité, et l’eau devait provenir de sources bien connues. L’ensemble à thé utilisé devait aussi être précieux et d’une qualité rare. Le banquet à thé commençait généralement par la personne responsable qui mélangeait personnellement le thé, ou supervisait le mélange du thé, afin de montrer son respect envers les invités. Puis on présentait le thé, recevait le thé, le sentait, en appréciait la couleur et le dégustait Après trois tours, les gens commençaient à faire des commentaires sur le thé, apprécier les belles qualités morales de l’hôte, admirer le paysage, bavarder, ou écrire de la prose ou des poèmes.


Sous la dynastie Ming, les gens versaient habituellement de l’eau directement dans un pot à thé ou dans une tasse contenant des feuilles de thé en vrac, rendant la boisson du thé plus simple et plus pratique. Le temps passant, les gens sont devenus de plus en plus conscients du rythme rapide de la vie et ont commencé à faire les choses avec un souci d'efficacité. Certaines personnes ont commencé à boire du thé instantané, ou pour raisons de santé, ils buvaient du thé pour la santé, qu’il soit ordinaire ou déthéiné. Cependant, la plupart des gens préféraient ‘’boire du thé’’ plutôt que de ‘’déguster du thé.’’


La culture du thé

Il y avait un homme du nom de Lu Yu sous la dynastie Tang, lequel, après de nombreuses années d’observation et de recherche, écrivit un livre intitulé Cha Jing. Ce livre résumait une série de méthodes, allant de faire pousser et cueillir le thé à préparer et déguster le thé. Ce livre décrivait aussi la connotation culturelle de l’art du thé, donnant forme au premier Dao du thé. Les personnes des générations suivantes ont appelé Lu Yu, le ‘’Sage du Thé.’’


La culture du thé reflète les caractéristiques de la culture traditionnelle orientale—elle est une combinaison du ‘’thé’’ et du ‘’Dao’’.


L’ancien sage chinois, Lao Zi a déclaré: ‘’Le Dao peut être appelé le Dao, mais il n’est pas le Dao ordinaire.’’ Il a dit aussi : ‘’ Le Dao est vaste et se trouve partout, juste à coté de vous.’’ Alors, qu’est-ce que le ‘’Dao’’? Il est dit dans le classique confucéen de Chine, La section d’or : ‘’Le mandat du ciel est appelé nature ; suivre la nature est appelé le Dao.’’


En fait, l’essence du ‘’Dao’’ est de nous dire que l’existence de toute chose dans l’univers, y compris la rotation du cosmos, la procréation humaine, le changement de dynasties, et la naissance, la vieillesse, la maladie et la mort des êtres humains, suivent le ‘’Dao’’ et un certain schéma. Création-stabilisation-dégénérescence-destruction est la loi de l’univers. En conséquence, ce que l’on peut faire est de ‘’retourner à son soi originel, véritable’’ et retourner à sa nature prénatale parce que celle-ci est pure et bienveillante, et liée à l’univers. En agissant ainsi, les gens peuvent atteindre le l'état du ciel et de l’homme combinés en un seul et le Dao en suivant la nature. C’est ce que les anciens appelaient le ‘’Dao’’ de la ‘cultivation.’


Ainsi, le ‘’Dao’’ reflète les principes et la loi de l’univers et de la vie, et les Chinois ne parlent pas à la légère du ‘’Dao’’, puisqu’ils pensent qu’il s’agit de quelque chose de très profond. Ce n’est pas quelque chose qui peut être clairement défini. Les personnes dans la Chine moderne sont souvent coupés du ‘’Dao’’ par le terme ‘’superstition’’, pas comme au Japon, où il existe le Dao du thé, le Dao des fleurs, le Dao de l’encens, le Dao de l’épée. Dans le sport, nous avons le judo (la voie de la souplesse) et le Taekwondo. En fait, dans la Chine ancienne, il y avait le ‘’Dao’’ dans tous les métiers et professions, et les gens étaient aussi intéressés à Le rechercher. Ainsi, les anciens chinois avaient aussi le Dao dans la dégustation du thé.


La culture du thé est une sorte de culture ‘’intermédiaire’’, où le thé fonctionnait comme un vecteur pour transmettre et mettre en œuvre l’esprit de la culture traditionnelle chinoise. Liu Zhenliang de la dynastie Tang a clairement établi dans les dix vertus de boire du thé : ‘’Le thé peut mettre en œuvre le Dao, et le thé peut raffiner la volonté d’un être.’’ Alors qu’est-ce que le Dao du thé ?


En surface, il existe une étiquette du thé, des pratiques du thé, des méthodes du thé, des techniques du thé, des arts du thé, et l’essence du thé, auxquelles on se réfère souvent comment étant les six points relatifs au thé. Apprendre le Dao du thé est s’éveiller à l’esprit du Dao du thé à travers ces six points. Les gens semblent apprendre les techniques, alors qu’en fait, le point principal ne réside pas dans les ‘’techniques’’, mais dans ‘’l’esprit.’’ Cependant, pour apprendre l’esprit, on doit commencer avec les techniques. Il est nécessaire de comprendre ce principe avant de parler du Dao du thé.


Le gout ‘’amer’’ du thé

Le thé est amer, mais savoureux. Les gens peuvent considérer l’amertume dans la vie à partir de la dégustation du thé. Combien d’amertume y a-t-il dans la vie ? Dans le bouddhisme, il est dit qu’il y a l’amertume dans la naissance, la vieillesse, la maladie et la mort. Il y a l’amertume dans la rancune, dans l’amour et dans la séparation, dans la recherche des choses, etc. En clair, toute affaire qui constitue l’existence humaine et les éléments spirituels impliqués dans le processus d’une telle existence peuvent apporter aux gens ‘’amertume et chagrin.’’ C’est pourquoi le Bouddha a enseigné : ‘’La mer de souffrance est sans limites ; mais en renversant la situation, on peut regagner le rivage.’’ Il s’agit du même principe que de retourner au soi originel véritable dans l’école du Dao. Ainsi, en obtenant un point de vue sur la vie et le monde profane, on peut trouver un soulagement dans l’amertume.’’ Le thé est amer. Li Shizhen a écrit dans le Compendium de Materia Medica : ‘’Le thé est amer et froid, principalement yin et surtout efficace dans la réduction des chaleurs internes, causes de centaines de maladies. Après avoir expérimenté la chaleur interne, on éprouve une sensation de fraicheur claire.’’ Les gens peuvent s’éveiller aux principes de la vie en goûtant la douceur après avoir testé l’amertume du thé ; ils comprennent le fait de vivre une vie simple et de considérer les épreuves comme une joie.


La beauté du vide ou du calme dans le Dao du thé

Le Dao du thé demande tout spécialement d'être ‘’harmonieux, calme, content et véridique’’ et de considérer le ‘’calme’’ comme le chemin que l’on doit suivre pour atteindre un état de désintéressement, sans aucune notion. Cette ‘’tranquillité’’ signifie t-elle un ‘’calme’’ silencieux au point d’être solennel ? Certainement pas. La tranquillité dans le Dao chinois du thé se réfère au calme du royaume spirituel, allant de pair avec la quiétude externe ou sérénité. Tant que l’on maintient en soi la tranquillité, rien n’empêche quelqu’un d'apprécier les discussions, les rires, la musique ou l’opéra. Lorsque les personnes dégustent le thé, elles doivent abandonner leur anxiété intérieure et leurs attachements, et maintenir un esprit et un cœur calme avant d’entrer dans l’état dans lequel elles peuvent calmement apprécier la couleur, l’odeur, le goût et la forme du thé, réfléchissant sur la vie, forgeant leur tempérament et atteignant un état de vide, tout en appréciant la beauté, le contentement et la tranquillité.

La ‘’nature ordinaire’’ du Dao du thé

Le maître Japonais de la cérémonie du thé, Sen no Rikyu a dit une fois : ‘’… (vous) devriez savoir que la nature du thé n’est rien de plus que faire bouillir de l’eau pour faire du thé.’’ Allant plus loin, il réfléchit au fait que la nature du Dao du thé est en effet de s’éveiller au mystère de l’univers et de la vie à travers des choses triviales de la vie quotidienne. La ‘cultivation de la Bouddhéité et du Tao exige aussi que les gens s’éveillent aux grands principes à travers la ‘’cultivation et la pratique’’ quotidienne parmi les choses triviales. Ainsi, il existe un ancien dicton : ‘’N'hésitez pas à faire une bonne action, simplement parce qu’elle est petite ; ne vous engagez dans rien de mauvais, même si vous pensez qu’il s’agit seulement d'une petite chose.’’ On ne doit pas ignorer les petites bonnes actions, parce que chaque bonne action accumulera de la vertu (de) ; dans le même temps, on ne doit pas entreprendre d’actions imprudentes sous prétexte qu’il s’agit simplement d’une chose triviale ; parce que si quelqu’un commet de mauvaises choses, il réduira le lot de joie qui lui a été accordé par la destinée. Dans les cas graves, on pourrait même voir sa vie et sa fortune raccourcie et cela pourrait impliquer sa famille. On pourrait ne pas voir l’effet immédiatement, mais si le mauvais karma s’accumule, il y aura une période où les rétributions de cause à effet seront effectives.

‘’Le lâcher prise ‘’ dans le Dao du thé

Les gens ressentent la souffrance parce qu’ils ne peuvent ‘’abandonner’’ les choses. Ainsi, l’ École de Bouddha enseigne aux gens à ‘’abandonner’’ les attachements On ne peut s’éveiller au Tao qu’en abandonnant tous les attachements, sans quoi tous nos efforts pourraient être vains. Quelles sont les choses que les gens doivent abandonner ? On doit abandonner les inquiétudes dans la vie, abandonner la renommée, les intérêts personnels et les sentiments, abandonner toutes sortes d’attachements et de désirs, et abandonner ‘’tout ce que l’on ne peut pas abandonner.’’ Lorsque vous abandonnez tout cela, vous vous sentirez certainement extrêmement détendu, et en regardant autour de vous, vous verrez que le ciel est bleu ainsi que la mer, les collines sont vertes et l’eau claire, le temps est ensoleillé, la brise légère, que la lune et les étoiles brillent. La dégustation du thé a aussi la particularité de pouvoir mettre de coté ce que l’on fait sur le moment, pour s’octroyer un moment de loisir, loin de la pression mentale et se détendre, l’esprit fermé. Comme un poème l’affirme : ‘’ Lâcher prise si vous le voulez, ainsi, de quoi pourriez-vous vous inquiéter ? Soyez une personne insouciante, profitez de la splendeur des étoiles et de la lune. "Espérons que nous pourrons tous lâcher prise et devenir des amateurs de thé insouciants.


Ainsi, d’abord et avant tout, dans le Dao du thé, il est primordial de cultiver l’esprit et le tempérament, afin d’obtenir un aperçu sur la vie suite à la dégustation de l’amertume du thé. On doit maintenir un esprit vide d’attachements et discerner la vérité dans la vie ordinaire. Finalement, nous devons abandonner toutes les amertumes et les plaisirs et nous éveiller aux principes de la vie, à la profondeur de l’univers et retourner à notre soi véritable, originel. Chaque profession et chaque culture donnée par les Divinités peut aider les gens dans la ‘cultivation’ et améliorer notre niveau, parce qu’aux yeux des divinités, les humains ne sont pas venus dans ce monde simplement pour être des humains, et cela implique une signification intérieure profonde. Les divinités offrent des indices et protègent l’humanité en tout temps, espérant que les êtres humains puissent prendre le chemin vers la divinité et retourner à leurs véritables soi originels.


Dans cette période de catastrophes, alors que la grande loi universelle est venue dans le monde humain pour offrir le salut et l’opportunité de retourner au divin, de nombreuses personnes luttent encore dans la mer d'amertume et n’ont pas réalisé les efforts ardus du Divin. Mes amis, si vous voulez en savoir plus sur l’univers complexe et les véritables secrets célestes, je vous encourage à lire le précieux livre Zhuan Falun, durant votre temps libre. Alors, vous pourriez comprendre tout ce que vous voulez savoir.


* * *

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.