Lettre de l’Association Allemande de fonctionnaires faisant appel contre l’Article 23

Le “Beamtenbund-Jugend” allemand [DBBJ] est un des plus grands syndicats en Allemagne. Il compte au total 150.000 membres qui travaillent dans le secteur public. Voici une lettre du Président de ce syndicat faisant appel contre les tentatives du Gouvernement de Hong Kong d’introduire l’Article 23 et de violer les droits de l’homme du peuple de Hong Kong.


Nous sommes profondément inquiets que cette loi proposée, l’Article 23, considérée comme un addendum à la Loi-Cadre de Hong Kong et proposée par la commission spéciale de Hong Kong (HKSAR), ne mène à une plus grande détérioration des droits de l’homme et de l’autorité de la loi à Hong Kong. Si cette proposition devenait loi, sont particulièrement en danger les droits de libre rassemblement, les droits d’opinion et de libre expression, la liberté de la presse et de la dissémination de l’information,. Les plus douteuses définitions, et celles qui ont le plus grand impact, sont les termes « trahison, dissension, subversion » et « appartenance à des organisations interdites sur le Continent » ainsi que les termes « sérieux actes illégaux. » Interpréter ces termes à volonté permettrait au gouvernement d’utiliser cette loi proposée comme une arme pour s’en prendre aux droits individuels et les restreindre.

Cette loi proposée pourrait donner au ministère de la sécurité le pouvoir d’arbitrairement interdire toute organisation que le ministère supposerait affiliée avec une organisation que la RPC pourrait considérer comme une menace à la sécurité nationale. De telles actions mèneraient à imposer à Hong Kong des lois qui existent déjà en Chine Continentale. De telles décisions encourageraient l’installation de l’arbitraire et du despotisme quant aux droits élémentaires des travailleurs à se rassembler à Hong Kong et en Chine, en particulier compte tenu du refus fait aux employeurs chinois de permettre l’établissement et le soutien de syndicats indépendants.

Cet article pose un autre sérieux danger – que les pouvoirs de la police soient étendus et que la police puisse intervenir partout, à tout moment, pour fouiller les maisons et confisquer des documents sans avoir à suivre aucune procédure légale ou mandat judiciaire. Un pouvoir si étendu et effréné de la police pourrait être utilisé comme une arme pour intimider tout groupe ou organisation.
Cette loi mettra en danger la liberté religieuse de groupes comme le Falun Gong [Le Falun Gong n’est pas une religion – il n’a pas de listes de membres ni d’organisation formelle, ni vénérations ni rituels. Pour plus d’information sur la nature du Falun Gong visitez www.falundafa.org], les Chrétiens et les autres associations ; elle restreindra la liberté d’expression, les manifestations en faveur des droits de l’homme et pour la défense de la démocratie ; elle entravera la liberté de la presse et des médias locaux et internationaux à Hong Kong ; elle étoufferait la liberté créative des artistes et des musiciens ; [elle affecterait aussi] la liberté de pensée ainsi que la liberté de chaque citoyen et visiteur dans ses efforts pour mener une vie normale.

L’article 23 mettra en danger l’intégrité des systèmes de Hong Kong [financiers et judiciaires] et bloquera la libre circulation et le libre échange de l’information et des idées. En faisant cela, l’Article 23 nuira à la vitalité et la stabilité économique de Hong Kong, choses qui ont toujours été le principal soutien et la force de la région.
Le DBBJ allemand salue et soutient la récente ratification d’une résolution. par le Parlement Européen d’assurer les libertés fondamentales à Hong KongNous appelons sincèrement la HKSAR à adhérer à son obligation au sein des Nations Unies, et à assurer le maintien des droits conventionnels, économiques, culturels, civils et politiques. De plus nous demandons que Hong Kong préserve et administre justement les lois existantes et mette en œuvre celles de pair avec l’accord [ du « un pays deux systèmes » 1997] au lieu d’engager une transgression renouvelée qui pourrait encombrer la liberté de la citoyenneté de Hong Kong au nom de la « sécurité nationale ».

Le DBBJ appelle tous ses membres, ainsi que les membres des syndicats dans le monde tout entier, à exprimer leur inquiétude sur la loi proposée par la SAR de Hong Kong et à inciter les responsables à ouvrir des dialogues avec la Chine à cet égard. Les membres du DBBJ soutiennent pleinement et sont solidaires avec les syndicalistes et les autres citoyens de Hong Kong, hommes et femmes, dans leur lutte contre la répression des droits de l’homme à Hong Kong. En même temps, nous appelons à la fin de la persécution contre les syndicalistes, les Chrétiens et le mouvement Falun Gong en Chine continentale.

Joerg Aland [signé]
Président


Traduit de l’anglais
http://www.clearharmony.net/articles/200212/9048.html


Published : Tuesday, 24 December 2002

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.