L'actuelle situation dans les régions rurales en Chine

Récemment, j'ai lu un article sur le site Internet Minghui/Clearwisdom qui parlait de certains pratiquants distribuant des documents relatifs au Falun Gong dans les régions rurales du nord et qui ont été agressés par des villageois locaux. A partir de cet article, je ressens que ces compagnons de pratique ont peu de connaissance sur l'état actuel des régions rurales régies par le Parti communiste chinois.

Actuellement en Chine, le vol et le cambriolage sont choses communes, et les fonctionnaires ne se sentent tout simplement pas concernés. Même les victimes ne rapportent pas les crimes aux autorités, parce que tout le monde sait que la police ne résout pas les affaires de vol et de cambriolage qui lui sont rapportées. Ceux qui ont des connexions avec les organisations mafieuses souterraines ont recours à la violence des bandes. Occasionnellement, la police conseille même aux victimes de chercher des solutions auprès des organisations mafieuses.

Un jour, une jeune dame a emmené son enfant dans un centre médical communal pour une piqûre. En chemin, on lui a volé ses boucles d'oreilles et d'autres effets. Certaines personnes expliquent que cela s'est produit parce la dame était faible et incapable de résister. En une autre occasion, un homme fort est allé payer sa facture de téléphone et a été volé sur le chemin de retour. Pas loin de là, des gens irriguaient la terre, mais personne n'a osé intervenir. De nos jours, tant que ce ne sont pas des gens de votre famille ou des amis en situation critique, personne n'ose intervenir lorsque quelqu'un fait face au danger. Les gens ont cette philosophie qu'un problème en moins est toujours mieux qu'un problème en plus. L'année dernière à l'approche du nouvel an, un homme s'est rendu chez sa fiancée pour lui offrir un cadeau. Sur une route calme et retirée, il a été frappé à coups de bâtons et jeté à terre de sa mobylette.

Habituellement lorsqu'une personne âgée est agressée, le pire qui puisse lui arriver est de perdre tout son argent. Pour une personne jeune, elle peut être victime à la fois d'un vol et d'un passage à tabac.
Un jour, je suis allé chez un fonctionnaire avec plusieurs autres personnes. Peu de temps après notre arrivée, un homme très nerveux est entré précipitamment disant que sa mobylette avait été dérobée. Le fonctionnaire du village a téléphoné au Commissariat de Police de la Commune. Si la police avait mis en place quelques agents sur la route et avait essayé d'intercepter la mobylette, il est fort probable qu'elle aurait attrapé le voleur. Cependant, le commissariat a juste envoyé deux agents de police chez le fonctionnaire en question afin d'enregistrer le délit. Puis ils ont dit à l'homme: "Vous pouvez partir maintenant." Après que l'homme soit parti, les agents de police ont dit aux autres: "Qui sait où nous pourrions retrouver sa mobylette?" Ils sont alors retournés au commissariat afin de remplir un rapport de routine.

Lorsque les moissons grandissent, une femme n'ose habituellement pas allée travailler dans les champs, mais si c'est vraiment nécessaire, elle doit être accompagnée par d'autres. Les jours de marché, les voleurs sont habituellement suivis par des policiers en civil. En plein délit, la police se jettera sur les voleurs et les arrêtera. Les gens penseront alors que le voleur a été arrêté. Mais bien au contraire, la police en fait protège les voleurs parce que ce dernier est aussitôt relâché après avoir quitté les lieux. De cette façon, le voleur ne sera pas attaqué par une foule en colère.

Cela se passe ainsi le jour, et les gens n'osent pas sortir après 9 heures du soir à moins que ce ne soit urgent. Les gens rendent rarement visite à leurs amis ou voisins le soir. La plupart des foyers possèdent un chien gardant la maison. Ces mesures cependant n'aident pas à éradiquer les cambriolages. Les gens parlent souvent entre eux de différents pièges habituels utilisés par les voleurs, de façon à ce que davantage de gens soient au courant, et prennent des mesures appropriées. Ainsi, les nuits d'hiver, les seules personnes qui sont dehors sont celles qui patrouillent dans le village. Aussitôt qu'un chien aboie, les gens sortent dehors pour vérifier la maison et les environs. Si tous les chiens du village aboient, cela va certainement réveiller tout le village. Spécialement quand les chiens continuent d'aboyer, les gens savent à coup sûr qu'une bande de cambrioleurs s'approche. Une fois que vous êtes au courant de tout cela, vous pouvez comprendre pourquoi, comme il est décrit dans les articles de Minghui/Clearwisdom mentionnés plus haut par les compagnons de pratique, les villageois sont devenus hostiles et nerveux et tentent d'attaquer les pratiquants.

Je suis un pratiquant vivant dans un de ces villages, aussi je connais bien ces détails. De manière à faire court, j'ai juste fait mention de quelques cas typiques. Quant à la police et aux gangsters coopérant ensemble, j'élaborerais par la suite un article spécial sur ce sujet. Le principal objectif de cet article est de porter ce problème à l'attention des compagnons de pratique, afin d'éviter des pertes non nécessaires. Quant aux compagnons de pratique qui sont allés sans relâche clarifier la vérité dans les zones rurales, je veux leur dire: "Merci à tous!"


Le 10 octobre 2008

Date de l’article original : 4/11/2008
Catégorie : Récits de témoins oculaires

Version chinoise disponible à : http://minghui.ca/mh/articles/2008/10/11/187473.html

Traduit de l'anglais de http://www.clearwisdom.net/emh/articles/2008/11/4/101978p.html


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs :
chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.