Les rayons illuminés de pourpre venant de l’Est

 

Durant la Dynasty Zhou orientale (770 av.J.C – 256 av. J. C), Yin Xi était le Préfet et un habitant du défilé de Hangu, region éloignée d’extrême orient


Un matin, Yin Xi regardait au loin en direction de l’est depuis un terre-plein en face de sa maison.


Contemplant les rayons de la lumière du soleil briller à travers une épaisseur de nuages, dans la direction opposée à la source de la rivière, il vit jaillir une roue du soleil rouge matinal avec tous ses rayons éblouissants - phénomène plus ou moins naturel - Yon Xin, qui était adepte de l’interprétation des signes, découvrit quelque chose d’inhabituel. En avant du soleil rouge, le conglomérat enchevêtré de rayons pourpres se déplaçait lentement en direction de l’ouest, le long de la rivière Hong Nong, sur la rive sud du Fleuve jaune.


Plus le conglomérat de lumière pourpre s’intensifiait plus sa densité comblait l’espace entre les multiples crêtes de collines et les pics montagneux. Alors que les nuages roses s’élevaient lentement, le paysage devint incomparablement beau et majestueux. Tandis que Yin Xi observait le phénomène céleste, il jeta inopinément les Huit trigrammes du I-Ching (Le Livre des changements) Après les avoir attentivement étudiés, il ne put contenir une joie extatique. L’interprétation était : " Un homme extraordinaire passera par ici lorsque les rayons pourpres rayonneront de l’Est."


Descendant précipitamment du terre-plein il ordonna à ses vassaux de nettoyer la cour et les rues, et de préparer l’accueil du Saint Homme. Il enjoignit aussi aux portiers d’inviter quiconque à l’apparence inhabituelle à rester, de faire qu’il se sente chez lui, et de venir aussitôt lui en rendre compte . Une fois pris tous les arrangements, Yin Xi prit un bain et changea de vêtements pour attendre l’arrivée du Saint.


Li Er, également connu sous le nom de Laozi, qui vécut aux environs de 600 av. J.C. , était alors le Zhu Xia Shi (le Gardien des Archives), à la Cour de l’Empereur Zhou (équivalent au Bibliothécaire en chef d’aujourd’hui à la Bibliothèque nationale). Ayant été déçu par le gouvernement central corrompu, et la concurrence entre les seigneurs de guerre régionaux, il démissionna de son emploi à la cour. Ayant quitté Luoyang il s’apprêtait à traverser le Défilé de Hangu en se dirigeant vers l’ouest pour mener une vie d’hermite. Chevauchant à l’envers le dos d’un jeune bœuf, il avait l'air radieux et plein d’énergie, avec des cheveux blancs brillants et une longue barbe.


Lao zi approchait du Défilé Hangu. Les portiers virent que cet homme n’était pas ordinaire et en rendirent aussitôt compte au Commandant, Yin Xi, qui se rendit sans délai à la porte avant du défilé. Laozi fut invité dans un pavillon d’honneur, et ils dînèrent ensemble. Tous deux bavardèrent et conversèrent aimablement durant le repas. Le paysage le long du Défilé Hangu était naturellement beau, et Laozi accepta de rester à la sincère requête de Yin Xi. Laozi termina d’écrire les splendides 5000 mots du "Tao Te Ching" au Défilé Hangu avant de repartir pour l’Ouest.


Les générations suivantes édifièrent le Palais Taïchu (signifiant en chinois l’ultime palais primordial) où Laozi écrivit son "Tao Te Ching." Ils construisirent aussi le Pavillon de contemplation Pourpre, là où Yin Xi avait observé les Rayons pourpres illuminés de l’Est.


* * *

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.