La modestie nous bénéficie et l'auto-satisfaction nous perd

Il y a un ancien proverbe Chinois qui dit : "La modestie nous bénéficie et l'auto-satisfaction nous perd." Le célèbre Taoïste Chinois Lao Tseu disait : "Un homme est capable de discerner le vrai du faux quand il ne pense pas tout savoir. Un homme sera reconnu pour ses accomplissements s' il ne se vante pas. Un homme est capable de grands exploits s'il n'est pas fier."


Une personne tolérante aura certainement de la chance. Une personne intolérante aura certainement de la malchance. Être humble ou être fier détermine le futur d'une personne. Un homme humble, de noble caractère élèvera sans cesse son niveau moral. Par conséquent, la modestie est la vertu qu'une personne morale se doit de cultiver.


Durant la Période Printemps et Automne dans la Chine ancienne, Zi Lu, un disciple de Confucius, demanda un jour à Confucius "Pourquoi une personne dégénérée tend-elle à être vaniteuse?" Confucius répondit : "À sa source, dans la montagne Wen, le Yangtze est incapable de faire flotter même une tasse. Mais quand il arrive près du port, de nombreux bateaux s'alignent par rangées sur le fleuve." Zi Lu lui demanda encore: "Que voulez vous dire, maître ?" Confucius lui expliqua : "Le Yangtze est le plus long fleuve de Chine, mais il n'en est pas moins, à sa source, qu'un petit ruisseau. Il devient de plus en plus gros et de plus en plus large tandis qu'il continue de collecter l'eau de nombreux différents ruisseaux et rivières. Un homme qui pense à deux fois avant de parler, ne se vante pas ou ne fait pas de promesses en l'air. Un homme qui pense à deux fois avant d'agir n'accepte pas tous les mérites. Un véritable gentilhomme est sage et bon. Un véritable gentilhomme respecte, tolère et pardonne aux autres et il est un homme de parole. Un homme dégénéré fait peu de cas de la vertu et c'est la raison pour laquelle il n'est pas l'homme qu'il paraît être et est vaniteux."


Yu le Grand, un roi vertueux qui fonda la Dynastie Xia, ne se vantait jamais ni ne faisait le fier. Il avait l'habitude de dire : "Le mérite de chacun vaut la peine d'être appris !" Quand on lui donnait des conseils, Yu s'inclinait souvent pour exprimer sa gratitude. En fait, Yu était très ouvert aux critiques. On se souvient de lui pour avoir contrôlé avec succès les inondations et dompté la Rivière Jaune.


Le Duc de Zhou était un homme aux talents extraordinaires, charismatique et aux nombreuses réussites, mais il était loin d'être arrogant ou étroit d'esprit. Au contraire, il traitait les gens talentueux avec courtoisie et humilité. Il se désolait quand le gouvernement manquait de repérer des hommes talentueux lors du processus de recrutement. Il suivit le Mandat du Ciel, établit les rites de Zhou et créa le Yayue de la musique classique Chinoise.


L'empereur Taizong (599 - 649 A.D.) de la Dynastie des Tang réussit de grandes choses en acceptant la critique que d'autres auraient trouvé difficile d'accepter. Il fit de gros efforts pour ne pas abuser de son pouvoir absolu. Il avait coutume de dire : "Un roi rationnel devient de plus en plus sage en réfléchissant sur ses défauts, alors qu'un roi irrationnel est éternellement bête en cachant ses imperfections." L'empereur Taizong non seulement acceptait humblement les critiques, mais il les encourageait. Il les appréciait véritablement. C'est pourquoi des chanceliers capables et s'exprimant ouvertement abondaient durant son règne dans la Période de Zhenguan et son administration était devenue l'une des plus honnêtes et incorruptibles de l'histoire.


Les gouvernants vertueux dans l'histoire chinoise respectaient le Ciel, observaient la morale, agissaient humblement, respectaient les autres, restreignaient leur comportement et prônaient la bonté. Ils jouaient un rôle de modèle de moralité. En conséquence, ils étaient des bénédictions pour leurs sujets. Mais ont-ils jamais fait étalage de leur moralité? Si les rois vertueux étaient si modestes, pourquoi n'apprendrions nous pas d'eux?


Shi Chong et Wang Kai étaient deux hommes influents de la Dynastie Jin (265 - 420 A.D.) qui rivalisaient l'un l'autre en faisant étalage de leurs richesses. Pour montrer sa richesse, Wang Kai fit réaliser un grand panneau de soie violet de plus de 64 kilomètres de long, sur les côtés allant de l'entrée de sa résidence à la porte de sa maison. Shi Chong le surpassa avec un panneau de plus de 80 kilomètres de long en satin coloré. Alors, Wang Kai exhiba un ventilateur en corail de plus de 30 centimètres de haut, un cadeau très cher offert par l'empereur, lors d'un banquet. Alors que les autres invités étaient impressionnés par la taille du ventilateur, Shi Chong l'écrasa avec le dos d'un grattoir en fer. Il fit donc venir de nombreux ventilateurs en corail de plus de 90 centimètres de haut chaque et en donna un à Wang Kai pour le dédommager de celui qu'il avait détruit. Si bien qu'à la fin, la maison de Shi Chong fut assiégée par une armée d'usurpateurs. Avant de mourir, Shi Chong se mit à soupirer et dit : "Vous allez me tuer pour ma richesse!" Shi Chong ne retrouva ses esprits que lorsqu'il était sur le point de mourir. Si seulement il en était arrivé à cette compréhension plus tôt, il n'aurait pas fait étalage de sa richesse. Se faire valoir peut conduire quelqu'un vers un très cruel destin. Avec cette leçon à l'esprit, comment ne pouvons nous pas être prudent dans nos actions? De plus, richesses et talents ne sont pas des choses dont on a à se vanter. Si un homme se vante ou fait étalage de sa richesse ou de ses talents, il a perdu sa moralité et sa honte avant même que n'arrive un malheur.


Une fois qu'un homme devient vaniteux, il arrête de cultiver sa moralité. L'auto-satisfaction est un obstacle empêchant toute amélioration. Dès qu'un homme commence à faire étalage de soi, il cesse d'améliorer sa moralité. Rien n'est plus significatif que les efforts humbles et constants d'une personne dans l'amélioration de sa moralité. Un homme sera capable de porter d'importantes et de grandes responsabilités seulement s'il persévère dans la recherche de la vérité et d'un plus haut plan de moralité. Un homme capable d'enseigner aux autres avec bonté désintégrera tous les éléments dégénérés, seulement s'il est tolérant avec tout le monde et toutes choses. Il y a un proverbe Chinois qui dit : " Ne prenez pas tous les mérites. Celui qui ne prend pas tous les mérites les recevra tous. Celui qui ne se bat pas n'a aucun ennemi."

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs :chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.