Corriger ses erreurs avec courage et s’améliorer sans retard

"L'erreur est humaine » dit un ancien proverbe chinois. Ce qui signifie que même un gentilhomme est enclin à commettre des erreurs. Contrairement à une personne ordinaire, une personne dotée de sagesse est plus apte à s’examiner elle-même, corriger ses erreurs et s’améliorer. C’est pourquoi elle est formidable et sage.


Les anciens sages conseillaient d' " accepter un conseil avec joie. " L’empereur Tang Taizong (23 janvier 599- 10 juillet 649) était le deuxième empereur de la Dynastie des Tang. Son prénom était Li Shimin, qui veut dire " servir le pays et apporter la paix aux gens" De tous les empereurs de l’histoire de la Chine ancienne, il était connu pour être le meilleur à accepter les conseils et il donna l'"exemple aux futurs empereurs. Il encourageait ses fonctionnaires à le conseiller et pardonnait à ceux qui le critiquaient sans . raison. Lorsque les fonctionnaires donnaient leurs avis ou lui indiquaient ses erreurs, il répliquait sincèrement : "Ce que vous dites est raisonnable. C’était moi qui ne pensais pas avec sagesse. " Lorsque les gens critiquaient l’empereur Tang Taizong sans raison, certains officiers suggéraient qu’il les punisse. Tang Taizong répliquait : « Je ne peux pas faire ça. Si je les punis, personne n’osera plus m’indiquer mes fautes. » Parce que la Dynastie Tang avait un empereur doté de sagesse et de nombreux fonctionnaires vertueux, le gouvernement n’était pas corrompu, la nation était stable et les gens vivaient en paix. C’était une époque prospère pour la Dynastie.


S'agissant de donner ou accepter des conseils, on devrait le faire sans crainte et attacher de l'importance à ce qu’il y a de bon chez les gens. Qi Xuanwang (à peu près 350-301 avant J.C, prénom Tian Bijiang) était le roi de Qi (un des sept états belligérants ). Il ordonna que le palais soit reconstruit. Après trois ans le travail n’était toujours pas terminé mais pas un seul officier ne conseilla le roi. Un gentilhomme nommé Chun Ju s'inquiétait que le retard de la construction puisse épuiser les ressources du pays. Il risqua sa vie pour donner un conseil à Qi Xuanwang et dit : " Si le roi d’une nation ne considère pas les compétences des gens à endurer, un tel roi est-il vertueux ? " Qi Xuanwang répliqua : " Non, ce roi n’est pas vertueux. " Chun Ju posa une autre question : "Aujourd’hui vous reconstruisez un grand palais sur plus d’une centaine d’acres de terre, avec trois cent portes. Un pays aussi grand que Qi ne peut même pas finir la construction d’un palais en trois ans et cependant aucun fonctionnaire n’ose donner un conseil. Votre altesse a -t-elle vraiment des fonctionnaires ? » Qi Xuanwang hésita un instant et répliqua : " Non. " Chu Ju demanda la permission de se retirer puis partit. Qi Xuanwang comprit soudain, il se leva aussitôt et proclama : " M. Chun, revenez je vous prie ! Pourquoi avez-vous tant attendu pour me conseiller ? Je vais immédiatement donner l’ordre d’arrêter la construction. " Alors il dit aux fonctionnaires : " S’il vous plait enregistrez dans les annales historiques de l’état que j’ai voulu reconstruire le palais et que je n’étais pas vertueux. C’est M. Chun qui m’en a empêché . "


Afin de corriger nos erreurs et de nous améliorer, nous devons également avoir l’esprit large et ouvert. À l’époque de l’empereur Kangxi de la Dynastie Qing (1661-1722 après J.C), Zhang Ying de la ville de Tong Cheng était officier au palais de Wenhua et secrétaire du ministère des rites et de l’enseignement. Les voisins de Zhang Ying étaient l'influente famille Ye. M. Ye travaillait en tant qu’assistant au palais impérial. Une fois, les deux familles se disputèrent concernant les murs de la cour. La femme de Zhang Ying envoya immédiatement une lettre à son mari. Zhang Ying fut préocuppé en la lisant. Il renvoya une lettre à sa femme disant:" Vous m’écrivez une lettre depuis des centaines de kilomètres à propos d’un mur. Quel tort cela ferait-il de reculer de trois mètres. Le grand mur de Chine demeure encore mais l’empereur Qin n’est plus là. » Donc, Mme. Zhang ordonna aux travailleurs de prendre un recul de trois mètres pour construire le mur. La famille Ye fut très touchée par ce geste et ordonna à leurs serviteurs de reculer aussi leur mur de trois mètres. Les deux familles devinrent bons voisins.


En fait quelqu'un capable de corriger ses erreurs et de s’améliorer est vraiment responsable pour sa propre vie. Et pour être capable d’accomplir cela, on ne devrait pas s’apitoyer sur ses erreurs. Ceci est pire que de les dissimuler. On devrait se rappeler, suivre et mettre en pratique le principe de s’élever à tous moments et dans n’importe quelle circonstance. Pour ceux qui ont commis de graves erreurs, l’implication est beaucoup plus significative. Il y a un dicton ancien qui dit : " Peu importe la réussite accomplie, cela ne rivalise pas avec une once de vantardise. Peu importe la gravité du crime que l’on a commis, on ne peut la comparer au remord. " Dès qu’une personne a honte et à des remords, c’est un signe de sagesse. A l’opposé, si une personne continue d’être vaniteuse, incapable de sortir de l'« ego» et de « l’égoïsme » et qu’elle continue à chercher des excuses à sa conduite, alors elle n'aura pas d'amis et récoltera ce qu’elle aura semé.


Zhou Liwang (?- 828 avant J.C, nom personnel Ji Hu) était le dixième empereur de Zhou de l'Ouest et régna pendant presque seize ans. Il était un despote et un dirigeant abusif et était assez fier de sa capacité à " interdire les critiques". Bien que les gens se plaignaient beaucoup, Zhou Liwang ne les laissait pas s’exprimer et surveillait ceux qui le critiquaient. Aussitôt qu’on entendait quelqu’un le critiquant, que ce fut un officier ou un citoyen ordinaire, il était condamné à mort. Les gens n’osaient pas se parler les uns les autres dans la rue, encore moins discuter. Zhou Liwang se préoccupait plus d'" interdire la critique que d’empêcher la rivière de déborder. " Trois ans plus tard, la terre commença à bloquer l’écoulement de la rivière et causa une inondation. Les gens ne purent plus tolérer ça. Ils se réunirent autour du palais et voulaient tuer Zhou Liwang. Même les soldats ne voulaient pas le protéger. Zhou Liwang fut abandonné par ses alliés et sa famille et il s'exila à Zhi.


L’histoire est comme un miroir et le résultat final dépend de notre capacité à accepter les critiques. Nous devrions comprendre le principe que " se tromper est humain mais les gens respectent ceux qui sont capables d’admettre leur erreurs et qui veulent changer. " Nous ne devrions pas avoir peur de commettre des erreurs. La clef est de savoir quoi faire quand nous faisons des erreurs. Certains ont peur d’entendre des paroles désagréables. Une fois qu’ils entendent quelque chose qui touche un point sensible, ils se mettent en colère et ils veulent même insulter les autres et se venger. Ce genre de conduite ne fera pas de tort aux autres mais elle leur fera finalement tort à eux-mêmes. Nous devrions garder une attitude correcte et faire ce qui est correct, tout en élevant continuellement notre niveau de réflexion. Alors rien ne pourra nous empêcher de progresser.

Traduit de l’anglais de :
http://en.clearharmony.net/articles/200711/41880.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.