L'histoire de deux artistes

Il y avait une fois un vieil artiste qui avait deux élèves tout aussi diligents et talentueux. Il leur avait enseigné tout ce qu’il savait et finalement ils devinrent très célèbres.


Après la mort de leur maître, les deux élèves, Maître Zhang et Maître Ding , voulaient tous deux explorer leurs avenirs d’artistes. Avant qu’ils se séparent, Maître Zhang dit: « Notre maître avait l’habitude de dire que toi et moi étions égaux en capacités. Pourquoi ne ramènerions-nous pas chacun notre meilleure œuvre ici dans cinq ans ? Alors nous pourrons décider qui est le meilleur. »


Maître Ding dit en souriant: « Bien sûr, ça ira. »


Après qu’ils se soient dits au revoir, Maître Zhang voyagea dans le monde entier, vit les plus beaux paysages et apprit des cultures différentes. Il créait une peinture après l'autre. Sa popularité augmenta autant que le prix de ses peintures. Maître Zhang aimait vraiment ses réalisations. Il pensait: « Cinq années ne sont pas encore passées mais j’ai vite avancé. C’est un miracle. Par contre, personne n' a jamais mentionné Maître Ding. Je suis sûr que je peux facilement gagner ce concours. »


Les cinq ans passèrent, Maître Zhang était assez confiant et amena ses meilleures peintures là où ils étaient supposés se rencontrer. Il vit Maître Ding l’accueillir avec un grand sourire et les mains vides.


Il n’était pas très content : « Nous avions dit que nous apporterions nos meilleures œuvres et tu viens les mains vides. Comment allons-nous comparer ? »


Maître Ding regarda son camarade de classe grisonnant et dit : « Cher ami, ce n’est pas que je voulais venir les mains vides mais plutôt que je ne pouvais pas apporter une peinture. »


Maître Zhang pensa : « Tiens donc , il ne doit pas trop estimer ses peintures et il a peur de les apporter. »


Maitre Zhang demanda : «Pourquoi? »


Maître Ding dit: « Bien que je ne puisse pas amener mes peintures, je peux te les montrer. »


Maître Ding ayant dit ça, ils se promenèrent dans la ville. Maître Zhang fut très surpris de voir les peintures de Maître Ding sur les différents bâtiments de la ville. Chaque peinture était meilleure que la précédente. La petite ville était tranquille et pittoresque avec une atmosphère artistique. Originellement, tous les gens de la ville n’étaient pas très instruits mais ils étaient devenus plus raffinés dans leurs manières et leurs façons d’être. Leur manière de se comporter était juste comme ils étaient représentés dans les peintures.


Chaque résident local parlait avec respect de Maître Ding. Maître Zhang était un petit peu jaloux et demanda : « Ils t’ont employé pour faire toutes ces peintures ? Tu dois être riche aujourd’hui ! »


Maître Ding sourit et dit: « Quand j’étais sur le point de partir, j’ai pensé à quel point cela avait été difficile pour notre maître de nous enseigner. J’ai décidé de rendre quelque chose aux gens de cette ville. Après avoir fini ma première peinture, ils l’ont admiré comme s' ils étaient émus par la beauté de mon travail. Donc ils m'ont invité à continuer à peindre.


Tout d’abord ils avaient peur que je leur demande beaucoup d’argent mais je leur ai dit que je le ferai gratuitement mais qu'ils devraient me nourrir chaque jour.


Maître Zhang était surpris que Maître Ding les ait faites gratuitement: « Pourquoi faire une chose aussi folle ? Tu pouvais gagner beaucoup d’argent ! »


Maître Ding avait les larmes aux yeux et dit : « En fait, ils m’ont aidé. Ma compétence n’était pas aussi bonne. Après qu’ils aient vu mon travail, ils ne savaient pas comment me payer mais ils sont devenus plus sincères et aimables. Avec un tel encouragement, mes peintures se sont améliorées. Comment pourrais-je demander plus d’argent pour mon travail ? »


Maître Zhang eut honte en entendant cela. Pour lui, la valeur d’une oeuvre d’art était déterminée par son prix. Plus le prix est élevé plus l'oeuvre a de la valeur.


Maître Zhang dit : « Tu a remporté le concours des cinq ans. Tes peintures sont inestimables et ne peuvent pas être achetées avec de l’argent. Mais mes peintures peuvent être achetées avec de l’argent. Tes peintures peuvent apporter des changements à beaucoup de gens mais mes peintures ne sont rien d’autre que des décorations pour gens aisés. Je pense que je mérite de perdre et tu m’as permis de comprendre la véritable valeur de l’art. Peux-tu m’apprendre ! Travaillons ensemble et créons plus de beauté pour le monde! »


Alors ils s’étreignirent et pleurèrent. Sur le chemin de la création, Maître Ding n’était plus seul avec Maître Zhang à ses côtés. Un artiste renommé a quitté le monde mais deux artistes heureux et le coeur uni ont travaillé pour apporter la beauté à un autre coin du monde.


Version chinoise :
http://xinsheng.net/xs/articles/gb/2005/4/26/32110.htm

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.