Allemagne : retourner à Goslar pour clarifier la vérité

Lorsque Jiang Zemin a visité Goslar en avril, même les plaques d’égoûts ont été scellées. Une photo montrant cela a paru dans les journaux de Goslar. Les résidents de la ville de Goslar étaient très en colère de la visite de Jiang. Certains ont même aidé les pratiquants de Falun Gong à montrer leurs banderoles.

Le 19 août, un petit groupe de pratiquants est allé de nouveau à Goslar pour clarifier la vérité aux officiels locaux, aux médias, aux églises et aux organisations non gouvernementales. Un membre d’un parti politique a mentionné qu’il regrettait ne pas avoir eu de vêtements jaunes, sans quoi ils les auraient porté dans la rue. [note de l’éd. – lors de sa visite en Allemagne, Jiang a donné l’ordre qu’aucune personne portant du jaune n’apparaisse à ses yeux, car il associe cette couleur au Falun Gong] Un assistant au maire nous a dit que notre paix et notre sincérité étaient évidentes pour chacun .Un prêtre catholique a dit que nous avions fait la juste chose et suggéré que nous parlions aux gens de tous les milieux.

Le grand public avait un souvenir encore vif des mesures de sécurité renforcées pendant la visite de Jiang. Non seulement ils ont trouvé cela inconcevable, mais ils étaient aussi en colère. Lorsque nous leur avons dit qu’une étudiante de Chine avait été détenue pendant neuf heures sans raison décente et que les flyers, les photos et les livres personnels d’un citoyen allemand avaient été confisqués par la police alors qu’il se dirigeait vers Goslar pour un appel pacifique, ils ont été choqués et ont dit qu’ils ne savaient pas que la situation était si sérieuse.Ensuite, nous leur avons parlé des incidents qui se sont produits en Islande, à Hong Kong et au Cambodge. Nous leur avons dit que la persécution du Falun Gong n’était pas seulement l’affaire de la Chine, car de nombreux pays ou régions avaient été affectés par les atrocités de Jiang ces quatre derniers mois. En particulier trois connus depuis longtemps pour leur démocratie et leurs libertés. Si nous n’arrêtons pas la malfaisante persécution de Jiang maintenant, elle s’étendra à d’autres pays, amenant des désastres pour les populations de ces pays. Après avoir écouté nos explications, ceux ayant le sens de la justice ont demandé sur le champ « Qu’allez-vous faire ? » « Prendre des avocats ? » Certains ont même dit que nous devrions poursuivre les policiers allemands.

Alors que nous faisions connaître les faits au gens de Goslar, nous avons aussi découvert que la compréhension qu’ils avaient du Falun Gong se limitait au fait qu’il était pacifique et persécuté. Ils soutenaient le Falun Gong simplement à cause de leur sérieux et de leur sens de la justice, mais ils ne comprenaient pas réellement grand chose au sujet du Falun Gong et des raisons de sa persécution. Je pense que c’est ce qui devrait être la prochaine étape de notre clarification de la vérité. En conséquence, nous avons immédiatement demandé la permission de tenir une « journée d’information » dix jours plus tard. Un jour avant l’événement nous avons parlé aux cadres de la police locale du traitement injuste des pratiquants de Falun Dafa pendant la visite de Jiang à Goslar.Les résidents de la ville de Goslar ont dit qu’il y avait eu plus de jours pluvieux cet été que jamais jusque là. Dans les deux jours que nous sommes restés à Goslar, une pluie torrentielle s’est abattue sur la ville. Une fois même avec le grondement du tonnerre, ce qui arrive rarement en Allemagne. Ce phénomène nous a rappelé le sérieux des récentes inondations en Allemagne, et nous savions que tout cela n’était en aucun cas un accident.Le processus de clarification est aussi le processus d’intensification de nos pensées droites. Nous avons peu à peu compris que nous devons permettre à plus de gens de savoir que les mesures prises par le gouvernement allemand et la police n’étaient pas justes et que la brutale persécution par Jiang est mauvaise.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.