Une gardienne hurle : ‘’Nous t’incinérerons vivante’’

Après être allée Place Tienanmen à Pékin, le 13 décembre 2000, demander justice pour Falun Dafa, la police m’a arrêtée et détenue dans le centre de détention Fangshan de Pékin. Parce que je refusais de révéler mon nom et l’adresse de mon domicile, ils m’ont menottée les mains derrière le dos pendant treize jours. Pendant ce temps, j'ai été forcée à m’asseoir à côté de la mare glacée jour et nuit, et j’ai été brutalement nourrie de force, tous les jours. Une gardienne criait : ‘’Si tu persistes, nous t'incinérerons vivante !’’

Le 26 décembre, j'ai été transférée dans le centre de détention Dongli de la ville de Tianjin. Le premier jour, un gardien m'a dit : ‘’Le directeur veut te voir.’’ J'ai été amenée dans une pièce où attendait le directeur du centre de détention. ‘’A première vue, tu ressembles à une bonne personne,’’ a t-il dit malignement. ‘’Quiconque est emprisonné dans votre centre de détention est une bonne personne’’ ais-je répondu. ‘’Sors’’, a crié le directeur avec indignation. Dés que je suis arrivée dans ma cellule, le directeur est entré avec quatre autres gardiens. Ils portaient un grand bol de liquide et voulaient que je le boive. Comme je refusais, le directeur a saisi mes cheveux et m'a tiré sur tout le chemin, jusqu’à une autre salle vide, où les quatre gardiens m'ont poussée au sol tandis que leur patron fourrait dans ma bouche une grande bouteille pleine d’eau salée avec un petit peu de lait. Sa force brute a coupé mes gencives exposant le bas de mes dents.

Le 29 décembre 2000, un policier du bureau de Pékin de la ville de Jixi m'a reconnue et emmenée dans un bureau, où un autre agent, Hou Li, m'a volé 40 yuans et jeté ma montre au sol. Alors que j’étais détenue dans le Bureau Jixi à Pékin, l’agent Hou Li injuriait souvent Dafa et son fondateur.

A la veille du Nouvel An 2001, ils m’ont emmenée dans le centre de détention No.2 de Jixi, où ils m’ont emprisonnée pendant plus de quatre mois, jusqu’à ce que les autorités me condamnent à un an dans un camp de travaux forcés. Ils m’ont emprisonnée dans le camp de travaux forcés Wanjia. Suite à la persécution dans le camp de travaux forcés, j’ai contracté la gale. Durant l’emprisonnement, les gardiens ont injecté des drogues inconnues dans mon corps. Parce j’arrachais les aiguilles et que je refusais de prendre des médicaments, l’agent Shang m’a battu.

Une autre gardienne au nom de famille de Ma essayait d’empêcher les pratiquants dans sa section de faire les exercices de Falun Gong. Elle a tenté de faire de même avec les pratiquants des autres sections. En décembre 2001, elle a tenté de nous priver du droit au sommeil. Elle battait quiconque s’endormait avec un bâton, et maintenait cette personne éveillée.
.
Le 13 décembre 2001, je fus relâchée du camp de travaux forcés. Conscients du fait que je pratiquais encore Falun Gong, la police locale d’où je vivais auparavant, a refusé de me laisser revenir et j'ai donc été forcée d’errer dans les rues pour éviter l’arrestation illégale.

Comme mes papiers d’identité avaient été confisqués le 20 juillet 1999 par l’agent Tao Lixin, j’ai eu des problèmes pour obtenir les prestations minimales de la part de mon ancien employeur. J'ai décidé de reprendre mes papiers d’identités du Bureau 610 de la ville de Jixi. Yang Daren, chef du Bureau 610, a dit : ‘’ En tant que pratiquante de Falun Gong, comment pourrais tu mériter les prestations minimales ?’’ J’ai répondu ‘’ En tant que citoyenne chinoise, j’ai droit au droit basique des prestations minimales’’. ‘’ Nous ne te rendrons pas tes papiers d’identités jusqu’à ce que tu sois ‘transformée’’ a dit Yang. En conséquence, j’ai été privée de mon droit aux prestations minimales de 117 yuans par mois.


Version chinoise disponible à : http://minghui.org/mh/articles/2006/8/9/135182.html
Version anglaise disponible à :http://www.clearwisdom.net/emh/articles/2006/9/2/77589.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.