La persécution brutale de Yang Shunfa, Gong Zhihui, Que Faxiu et Que Fazhi, qui sont morts suite à la torture

M. Yang Shunfa, 44 ans, était un pratiquant de Falun Gong du village de Diansuo, ville de Panlian, agglomération de Panzhihua, province du Sichuan. Après que le Parti communiste chinois (PCC) ait commencé à persécuter ouvertement le Falun Gong et les pratiquants de Falun Gong le 20 juillet 1999, Yang Shunfa a été impitoyablement persécuté.

En décembre 1999, Fu Hongchun, secrétaire du village de Diansuo et Huang Xianyou du gouvernement municipal de Panlian ont mis à sac la maison de Yang Shunfa. Ils ont même éventré le plafond pour trouver la collection de livres de Falun Gong de M. Yang. Ils ont tout retourné. Ils ont trompé sa femme, Zhang Jiaorong, et l’ont fait aller à un centre de lavage de cerveau et dit à M. Yang de lui amener des vêtements au centre. M. Yang Shunfa a été emprisonné aussitôt arrivé.

Mme. Que Fazhi, prise en photo avant sa mort

Mme Que Fazhi, était une autre pratiquante de Falun Gong du comté de Miyi. Elle est morte en résultat de la torture le 30 octobre 2002. Aux alentours du 20 décembre 1999, elle était en détention. S'étant levée une nuit pour pratiquer les exercices du Falun Gong, un garde prénommé Li Laoer est descendu durant la pause de Mahjong et l’a surprise. Il lui a dit de sortir de la cellule et a commencé à l’injurier. Un autre garde, Chen Youjun, l’a entendu, et tous les autres sont descendus dans la cellule. Les pratiquants de Dafa, Mme Que Faxiu, M. Yang Shufa et M. Gong Zhihui ont aussi entendu les insultes verbales et sont sortis pour voir ce qui se passait. Lorsque Chen Youjun les a vus, il leur a dit de sortir et les a fait se tenir debout avec Mme Que Fazhi sur le champ d’exercices appartenant au gouvernement du comté de Miyi. Ils ont été forcés à rester debout les genoux pliés.

Trois jeunes gardes (prénommés Li Laoer, Pu Jun et Xiao Liu) ont attaqué chaque pratiquant, un à la fois. Ils les ont bourrés de coup de pied, ont placé un livre blasphémant le Falun Gong sur leur tête, et leur ont demandé s’ils voulaient le lire. Si la réponse était non ils commençaient à tabasser le pratiquant avec poings et pieds, visant leur dos et leur visage.

Il est difficile de rester immobile avec les genoux pliés. Quand les livres calomnieux glissaient de la tête des pratiquants, les bandits les entouraient et les battaient brutalement. Ils demandaient de nouveau à chaque pratiquant : « Lirez-vous le livre ? » Tous ont dit : « Non ! » les brutes ont alors recommencé à les battre, en commençant par M. Yang Shunfa. Li Laoer l’a envoyé à terre d’un coup de pied et lui a marché sur le dos. Il le soulevait seulement pour le laisser retomber par terre. Ils l’ont torturé comme ça à répétition. Ensuite, les cinq gardes se sont mis en deux rangs et ont fait mettre M. Yang au centre. Ils lui ont donné des coups de pied dans le dos se le renvoyant d’un côté et de l’autre comme un ballon de foot pendant une trentaine de minutes.

Puis ils sont allés chercher des matraques de police de nuit au bureau et ont frappé les pratiquants aux jambes et dans le dos de 1h à 7h du matin. Après les passages à tabac, Chen Youjun les a faits se tenir debout de 7h à 8h. Les jambes et le dos de M. Gong Zhihui étaient blessés. Le dos de M. Yang Shunfa avait été si méchamment battu qu’il était devenu violet..Les jambes et le dos de Mme Que Fazhi avaient aussi viré au pourpre.

Après trois jours, ces pratiquants refusaient toujours d’écrire une déclaration de garantie de ne plus pratiquer le Falun Gong, alors Yan Jiqing a convoqué les quatre pratiquants dans son bureau. Il y avait six gardes dans la pièce. Yan Jiqing a demandé aux pratiquants s’ils obéiraient aux six nouvelles règles du Bureau de la Sécurité publique [ bannissant le Falun Gong.] Tous les pratiquants ont déclaré qu’ils n’obéiraient pas parce que ces règlements étaient erronés. Yan Jiqing fut furieux et fit un signe des yeux en direction des gardes. Il leur dit de ‘s’acquitter de la tâche comme d’habitude , » ce qui signifiait passer à tabac les pratiquants comme ils l’avaient fait les trois jours précédents. Les bandits ont envoyé les pratiquants un étage plus bas. Chen Youjun a fait entrer M. Gong Zhiuhui et M. Yang Shunfa dans son bureau et a appelé deux bandits, Pu Jun et An Qiang. Puis il est sorti en fermant la porte derrière lui, et s’est brossé les dents tout en observant les deux bandits. Pu Jun et An Qiang ont forcé les deux pratiquants à se tenir immobile face à un mur. Utilisant les matraques de nuit, An Qian a battu le dos les jambes de M. Cong tandis que Pu Jun battait le dos et les jambes de M. Yang. Après un moment, Pu Jun et An Qiang ont fait tenir les pratiquants le dos au mur et ont commencé à attaquer leurs bras, leurs cuisses et leurs tibias.

Plus tard, Chen Youjun a eu peur que les bandit tabassent les pratiquants à mort, il est alors entré dans la pièce et leur a dit d’arrêter. Ensuite, ils ont fait ramener des balais par deux pratiquants et ont emmené les sœurs, Mme Que Faxiu et Mme Que Fazhi dans le bureau de Chen Youjun. Pu Jun et An Qiang les ont tabassées de la même façon. Mme Que Faxiu a perdu conscience.

Ce n’est que le 31 décembre 1999, qu’ils ont relâché tous les pratiquants emprisonnés. La famille de M. Yang Shunfa a vu que ses hanches, ses jambes , son aine étaient bleues et pourpre et tuméfiées.

En 2000, la police a essayé d’arrêter de nouveau M. Yang Shunfa. Il n’a pas eu d’autre choix que de s’enfuir de chez lui pour éviter d’être de nouveau torturé. La police a offert une récompense de 30 000 yuans pour encourager les gens à le dénoncer. Le 15 avril 2002, un homme a dénoncé M. Yuan à la police alors qu’il était en train de distribuer un information révélant la persécution. M. Yuan a refusé de dire à la police qui lui avait donné les matériaux ; la police l’a alors menotté et enchaîné pendant quatre semaines d’affilée. Quelques jours avant qu’il ne soit transféré à la Prison Wumaping, la famille de M. Yang est allé lui rendre visite et a vu que ses dents de devant étaient tombées. La police n’a pas averti la famille jusqu’à ce qu’ils incarcèrent Yang dans la Prison de Wumaping. Sa famille n’était pas au courant du transfert jusqu’à ce qu’ils viennent prendre les vêtements et la couverture de Yang Shufa. Sa famille est rentrée à la maison et a découvert que la couverture était pleine de taches de sang. Ils ont été accablés par le chagrin.

Version chinoise disponible à:
http://www.minghui.org/mh/articles/2006/7/27/134093.html

Traduit de l’anglais en France

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.