"Si sa source est pure, l’eau sera propre" – Gouverner le pays en gagnant la confiance des gens

Dans les premières années de la période Zhenguan (627-647 Ap. J.C.) dans la dynastie Tang, quelqu’un soumit un appel requérant de l’empereur qu'il élimine les courtisans obséquieux. La réponse de l’Empereur Taizong fut la suivante : "Je considère les fonctionnaires que j’ai nommés comme étant des courtisans capables et vertueux. Comment pouvez vous dire quels courtisans sont obséquieux ? " La personne qui avait soumis l’appel dit : "Moi, le sujet de votre Majesté, ne peut dire qui est un courtisan obséquieux parce que je vis au milieu de gens ordinaires. Votre majesté, testez je vous prie les courtisans en feignant d’être en colère. Quiconque n’est pas intimidé par votre colère et maintient sa position est un homme vertueux. Quiconque en joue et vous flatte est un courtisan obséquieux."


L’Empereur Taizong dit à Feng Deyi : " Que l’eau courante soit propre ou sale c’est la source de l’eau qui le détermine. C’est la source du gouvernement qui dirige et les gens sont comme l’eau. Si le dirigeant est fourbe en demandant à ses sujets d’être justes et droits, c’est comme attendre de l’eau qu’elle soit claire avec une source sale. C’est absurde. Je pense souvent que l’Empereur Weiwu est un homme fourbe et je méprise profondément la manière qu’il a de se conduire. Comment donnerait il un bon exemple avec cette sorte de comportement ? " L’Empereur Taizong dit à la personne qui avait soumis l’appel : "J’aimerais gouverner le pays en gagnant la confiance des gens. Je ne veux pas encourager les gens par la fourberie. Bien que votre suggestion soit bonne, je ne peux néanmoins pas suivre votre conseil. "


Dans la 17ème année de la période Zhenguan, l’Empereur Taizong dit à son serviteur courtisan : "Supposez que je n’ai pas d’autre alternative que de renoncer soit à la nourriture soit à la confiance du peuple, je renoncerais à la nourriture et garderais la confiance du peuple. Confucius dit : ‘Une personne ne tiendra pas sans la confiance dans ses dirigeants.’ Dans les temps anciens, Xiang Yu contrôlait toute la nation. S’il avait favorisé la bienveillance et la confiance, qui aurait pu s’emparer de son pouvoir ? ' Son courtisan répondit : "La bienveillance, la droiture, la bienséance, la sagesse et l’honnêteté ou la confiance sont les Cinq Principes Communs, et chacun est indispensable. Vous bénéficierez beaucoup en faisant de votre mieux pour les suivre. L’Empereur Zhou de la dynastie Yin méprisait et ridiculisait souvent les Cinq Principes Communs. En conséquence il perdit le pays en faveur de l’Empereur Wu. Xiang Yu perdit le pays en faveur de l’Empereur Gaozu de la dynastie Han parce qu’il manquait d’honnêteté. C’est tout à fait comme le dit votre majesté."


Adapté de Importantes politiques de la Période Zhenguan


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.