Interpréter la poésie de la dynastie Tang : “Résider sous des rochers moussus ”

Résider sous des rochers moussus
Par Han Shan

Résidant sous des rochers moussus,
Je ne sarcle pas les semences dans ma cour.
Le rotin fraîchement poussé dégringole.
Les hauts rochers géants semblent anciens.
Les singes cueillent les fruits de la montagne.
Les aigrettes pêchent le poisson des étangs.
Avec un ou deux rouleaux de livres divins,
Que je lis encore et encore sous les arbres

“Résider sous des rochers moussus” en chinois
家住綠巖下
寒山

家住綠巖下,庭蕪更不芟。
新籐垂繚繞,古石豎巉巖。   
山果獼猴摘,池魚白鷺銜。
仙書一兩卷,樹下讀喃喃。


A propos de Han Shan

Han Shan, aussi appelé Han Shan Zi, était un moine et poète célèbre dans la précoce dynastie Tang (618 – 907 Av. J.C) qui vécut longtemps sur les falaises glacées du Mont Tiantai. La langue de ses poèmes est peut-être simple et courante, mais son style est éthéré et solitaire. L’univers de ses poèmes reflète son caractère altier. Plus de 300 poèmes de Han Shan ont été préservés et compilés dans The Collection of Poems de Han Shan Zi.

L’interprétation de l’auteur

Les huit lignes de ce poème décrivent des scènes sur une montagne. On peut décrire le poème comme huit peintures d’objets immobiles et en mouvement ou une collection de montages finement conçus et ajustés. Dans chaque plan, un monde éthéré, harmonieux, serein et naturel est présenté et l’image d’un Hermite divin loin du monde profane dessinée.

L’hermite vit sous des rochers moussus et loin du monde profane et de l’homme du commun. N’ayant pas de visiteurs, pourquoi ne pas laisser pousser les graines devant dans la cour ? Les nouvelles pousses de rottin dégringolent des branches et le long des rochers comme si elles dépeignaient le message de la vie sur la toile du paysage naturel. Les anciens rochers géants de milliers d’années s’élancent vers le ciel. Ils réussissent à préserver leur majesté au sein des attaques des vents et des tempêtes pendant tant d’années. Les singes bruyants jouent en bandes. Ils se battent pour les fruits sur les arbres fruitiers de la montagne. Ils ne craignent ni ne se gardent des hommes. Une mince aigrette d’un blanc de neige pêche un poisson dans un étang et retourne en volant vers son nid. Un poète a un ou deux rouleaux de livres divins et les lit encore et encore sous un arbre.

Le poète et la nature font un. Quel règne merveilleux ! Dans un autre de ses poèmes, Han Shan a écrit : « les tigres et les daims sont mes voisins. » Qui signifie que tigres et daims viennent souvent lui rendre visite dans son refuge sur la montagne. Il y a de nombreuses annales à propos de moines élevés dans l’histoire chinoise qui furent capables de vivre en paix avec les bêtes sauvages et , dans certains cas, des bêtes sauvages leur rendaient certains services. Ce n’est qu’un effet naturel de l’état d’un homme revenu à son état naturel et communiquant avec les créatures du monde à travers sa bonté.

Mais lorsque le poète écrivit le poème, son but n’était nullement de simplement présenter le beau paysage comme on peut voir sur les cartes postales. Dans nombre de ses poèmes, Han Shan utilise des images comme analogies illustrant la Loi de Bouddha. A travers des descriptions de phénomènes sociaux ou de paysages naturels, Han Shan tente d’éveiller les gens à la Loi de Bouddha. Han Shan a dit un jour : « mieux vaut avoir chez soi des poèmes de Han Shan que de lire des milliers rouleaux de soutras bouddhistes. » Il s’ensuit que le point central de son poème est le « livre divin ». En décrivant la beauté du paysage, Han Shan amène les lecteurs à aspirer aux belles choses puis à la cultivation de la bonté. Les lecteurs pourraient soudain réaliser que rechercher à cultiver la bonté est la plus belle des choses.

Il y a une chose intéressante qui mérite d’être mentionnée. Han Shan est un moine bouddhiste dont on dit qu’il fut la réincarnation de Manjushri, Boddhistawa de la sagesse. Cependant, il utilise le mot « divin » plus près de la doctrine du Taoisme. C’est une indication que la ‘cultivation’ taoiste est aussi une école orthodoxe. Le choix qu’il fait des mots et très significatif.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.