Les horreurs de la persécution émeuvent profondément l’audience d’un tribunal d’une ville Chinoise.

Située près de la frontière nord-est de la Chine, la ville de Mudanjiang a une longue histoire et une belle culture. Aujourd’hui cependant, elle est devenue, avec la persécution des pratiquants de Falun Dafa, une cité des horreurs. Malgré cela, tous les pratiquants sont fidèles aux enseignements du Falun Dafa et résistent selon les principes d’Authenticité, de Compassion et de Patience.

Le lugubre matin du 12 Décembre 2001, ils étaient nombreux à se rassembler au tribunal du district de Yangming, où le jugement de cinq pratiquants devait avoir lieu à 8 heures 30. La présence de la police était marquée mais ils n’avaient pas peur. Ils affichaient des posters, diffusaient les nouvelles sous forme de petites histoires sur la vérité de Falun Dafa, et suspendaient des banderoles. En face du tribunal une banderole flottait au vent, , effrayant les êtres mauvais, et on pouvait la voir de l’intérieur et de l’extérieur du tribunal,

Les pratiquants arrivaient en groupes, inquiétant les autorités par leur nombre sans cesse croissant Des renforts furent immédiatement demandés aux quatre branches du Département de Police de la ville, et aux différents postes de police. Ne montrant aucune peur, les pratiquants continuaient à afficher des posters et à suspendre des banderoles. Certains policiers au bon cœur ignoraient les pratiquants, et déchiraient simplement les posters en silence. Mais certains battaient les pratiquants. Zhang Fenrong fut attrapée alors qu’elle affichait des posters, emmenée au poste, et gravement battue au point de perdre conscience. Des policiers au bon cœur se querellaient avec les autres, disant ; « Laissez les afficher ces posters. Où est le problème ? Pourquoi les arrêter ?

Alors que de plus en plus de pratiquants arrivaient, les criminels avaient de plus en plus peur. Le tribunal devait ouvrir à 8h30, mais à 10h , il était encore fermé. Afin de disperser les pratiquants et de réduire la pression, les autorités annoncèrent que le jugement avait été déplacé et aurait lieu au Tribunal Moyen. Ils donnèrent même aux policiers l’ordre de les disperser..

A environ dix heures, la police amena les cinq pratiquants dans la salle du tribunal. Des flocons de neige commencèrent à tomber du ciel sombre sur la foule rassemblée, comme si des larmes étaient versées pour ce que ces prisonniers avaient subi. Zhao Jun et Zhao Guiling sont frères et sœurs. Ils étaient avec Cao Ru et Zhang Yuliang escortés jusqu’à la salle d’audience. Mais Huang Guodong était porté sur un brancard recouvert d’une couverture. Il avait été torturé au point où il ne pouvait plus marcher, s’asseoir ni même parler. Même ainsi, la police lui avait mis une paire de lourds fers aux pieds. Tandis qu’ils le portaient, ses jambes étaient exposées et les gens voyaient qu’elles étaient attachées avec des fils métalliques. Le bout des fils dépassait. Il apparaissait déformé par la torture, et cria de douleur lorsque la police le laissa tomber sur le sol. Beaucoup pleuraient à la terrible scène.

Le tribunal ouvrit à 10h 30. Les chefs de la sécurité publique et du système judiciaire, et les chefs du bureau « 610 » local (un bureau spécifiquement créé par le gouvernement Chinois pour persécuter le Falun Gong, ayant un pouvoir absolu sur chaque niveau d’administration du Parti, ainsi que sur toutes les branches politiques et judiciaires) Li Changqing et Li Gaoyang tous étaient présents. Certains pratiquants réussirent à entrer dans la salle du tribunal alors que d’autres furent bloqués à l’extérieur.

Zhao Jun, male, trente ans passé, commença son avocat. Après que Zhao Jun ait été illégalement détenu le 24 février 2001, la police du poste de police de Dongxiao l’a torturé en l’ attachant et le suspendant, le lardant de coups d’aiguilles jusqu’à effleurer l’ os. La torture qui a duré toute la nuit a gravement endommagé les nerfs de son bras droit (n’ayant pas reçu de traitement médical immédiat, il a perdu l’usage de son bras) l’avocat demanda à Zhao Jun de montrer son bras. Voyant la preuve de la cruelle persécution, tous les gens à l’esprit droit étaient indignés.

Zhao Guiling, femme la quarantaine passée déclara son avocat : l’officier de Police Miao Qiang du poste de police de la branche du département de Yangming, avec d’autres, ont adopté des méthodes inhumaines de torture la ligotant la bouche plaquée au sol, et la frappant jusqu’à lui extorquer une confession. Bien que cela ait eu lieu il y a dix mois, les meurtrissures laissées par les coups étaient encore visibles.
Huang Guodong, plus de 50 ans. Il a été détenu pendant plus de dix mois. A cause de la torture sanglante, il est incapable de se lever ou de s’asseoir. Dans le tribunal, plusieurs policiers l’ont forcé à s’asseoir sur la chaise le faisant crier de douleur. Lorsqu’on l’ a interrogé, il ne pouvait pas parler, seulement gémir.

Chaque déclaration de pratiquant au tribunal a ému profondément l’audience. De nombreuses personnes pleuraient. Une personne à l’esprit droit a dit à travers ses larmes, «on a causé un tord sans précédent au Falun Dafa. Cet homme a été torturé au point qu’il ne peut se lever, s’asseoir, ou parler, mais ils le jugent pour le condamner. C’est impardonnable ! » Durant les cinq heures du jugement, le plaignant a essayé de persécuter encore plus les pratiquants en présentant de fausses preuves. Les deux avocats des accusés ont avancé leurs arguments avec raison et conviction, accusant les plaignants d’extorquer des confessions par le moyen de la torture physique. Leurs accusations d’abus inhumains ont rendu les plaignant sans voix, aussi le jugement fut suspendu. Une personne qui avait travaillé dans le système d’application des lois pendant de nombreuses années a dit sincèrement, « J’ai travaillé pendant tant d’années, mais jamais je n’ai vu ce genre de tortures. Ils ont même amené les gens à la cour. C’est un embarras pour notre système légal et un embarras pour le peuple Chinois.

Juste à ce moment certains pratiquants déclarèrent, “Nous demandons la libération inconditionnelle des pratiquants . Les pratiquants sont innocents. Falun Dafa est bon ».. Le jugement des 5 pratiquants s’est ainsi transformé en un forum ouvert pour révéler et s’opposer à la conduite perverse des autorités Chinoises. La lumière de la vérité émise par ces pratiquants à ébranlé la cour et stupéfait les êtres mauvais. Le jugement a été suspendu.
On dit qu’ils vont bientôt être jugés secrètement.

Liste des criminels à Mudanjiang City:
Zhang Qiuyang, Maire, Tel: 86-453-6529988 (O), 86-453-6533939 (H)
Li Changqing, Secrétaire du Parti du "Bureau 610 ", Tel: 86-453-6549610 (O), 86-453-6522091 (H)
Li Fu, Chef de l’escadron des Politiques et Sécurité dans le département de police de la ville, Tel: 86-453-6282530 (O)
Chef de la branche du département de police de Yangming, Tel: 86-453-6338698
Source
http://www.clearwisdom.net/emh/articles/2001/12/25/17124.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.