A propos des allégations faites par le gouvernement chinois

Clarification de certaines assertions spécifiques

De nombreuses allégations ont été faites par le gouvernement Chinois dont le seul but est de discréditer le Falun Gong. Pour justifier ces assertions, les média sous contrôle de l’état et les officiels, ont fabriqué toutes sortes de cas et de statistiques. Certaines sont de franches et éhontées fabrications , certaines sont de complètes fausses représentations de la réalité et d’autres ont été crées par le biais de la corruption, de la subornation et de la menace. Toutes sont fausses. Il y a d’innombrables rapports, qui exposent ces “cas” spécifiques comme étant des mensonges et des fabrications. Pas une seule affirmation du gouvernement chinois sur le Falun Gong n’a été vérifiée indépendamment. Aucune de ces affirmations n’a été observée en dehors de la Chine. Tout au contraire, les observations du Falun Gong à l’extérieur de la Chine ont été très positives. [Veuillez vous reporter à la section de référence à la fin de cette catégorie pour de plus amples informations]

La Question de Prendre des Médicaments
Le gouvernement Chinois n’a cessé de prétendre que le fondateur du Falun Gong, Mr Li Hongzhi avait interdit aux pratiquants de prendre des médicaments et que les enseignements du Falun Gong interdisaient la prise de médicaments. Ceci n’est absolument pas vrai. Mr Li a déclaré très clairement que le but du Falun Gong n’était pas de soigner ses maladies. Dans le livre le plus largement lu , Zhuan Falun, Mr Li déclare, “ je ne parle pas ici de guérir les maladies, ici nous ne guérissons pas non plus les maladies.” Il a aussi insisté pour que les gens gravement malades aillent sans délai à l’hôpital.
«Dans certaines informations il est dit que j’interdis aux gens de prendre des médicaments, en réalité, il n’y a pas du tout ce genre de chose. Je n’ai fait qu’expliquer le rapport entre le "Xiulian" (NDT :cultivation pratique) et le fait de prendre des médicaments. J’ai fait que plus de cent millions de personnes ont obtenu une bonne santé, d’innombrables personnes ayant des maladies graves ont retrouvé la santé, c’est un fait. Tandis que pour les malades en fin de vie et les malades mentalement dérangés, j’ai toujours demandé qu’ils n’apprennent pas le Falun Gong. Mais il arrive que certains veuillent absolument apprendre à mon insu alors si certains plus tard décèdent doit-on les considérer comme mes élèves ? Je n’ai jamais vu quelqu’un se contentant de faire quelques exercices sans que personne s’occupe de lui et dont la vie aie de ce fait été épargnée. Alors étant donné que l’hôpital guérit les malades, il ne devrait plus y avoir de gens qui meurent à l’hôpital” Li Hongzhi (Mes quelques déclarations, Juillet 1999)

De nombreuses personnes ont été attirées par le Falun Gong à cause de ses capacités de guérison. Il est vrai que l’effet secondaire de la pratique du Falun Gong est l’amélioration de la santé. En conséquence, de nombreuses personnes ne prennent plus de médicaments. Une étude de santé portant sur 12.731 pratiquants à Beijing en 1998 a révélé un taux d’amélioration de la santé de 99.1%et un taux de guérison de 58.5%. Le taux d’amélioration était à 80.3% physique et à 96.5% mental. Dans une deuxième étude sur 584 pratiquants, également à Beijing en 1998, 96.5 ont rapporté que les symptomes de leur maladie avait disparu ou avait diminué de beaucoup.

Les 1400 prétendus cas de morts pour avoir refusé d’accepter un traitement médical.
La question de refuser d’accepter un traitement médical vient d’être abordée dans le point précédent.

“Certaines personnes veulent causer du tort (au Falun Gong) et quant à la question de prendre des médicaments elles disent “on ne nous permet pas de prendre des médicaments quand on commence à pratiquer ce système” je ne vous interdis pas, en fait, de prendre des médicaments” Mr Li Hongzhi, Conférence, New York, 1997.

Les autorités Chinoises n’ont pas été capables de fournir de preuves à l’appui de telles statistiques. Elles ont au départ prétendu à 743 morts, puis 1400. Nombre de ces cas se sont révélés être fabriqués de toute pièce. En termes de recherche sur les causes des décés, leur attribuer des causes claires requiert un grand effort de recherche et des analyses statistiques, et n’est pas quelque chose qui peut être imprudemment conclu sur les bases de rapports anecdotiques, sans preuves à l'appui. Considérons le cas cité par le gouvernement Chinois selon ses propres termes. Pour les besoins de la discussion imaginons que quelques 1400 morts soient survenues en 1999 (bien que ce soit en fait le total pour sept ans) Supposons, comme le gouvernement Chinois le prétend, qu'aucun pratiquant de Falun Gong ne peut prendre de médicaments ; Par conséquent, il est légitime de dire que toute mort d’un pratiquant en 1999 devrait être inclue dans ces“1400”. La supposition suivante est que 70 millions de gens pratiquaient le Falun Gong en Chine au moment de l’interdiction (selon l’étude officielle du gouvernement);
Ce qui signifie que le taux de mortalité pour les pratiquants de Falun Gong était de 0.02% en 1999. Sachant que nombre d’entre eux étaient âgés et que normalement le taux des morts et des maladie est considérablement élevé dans cette catégorie de population. Le taux de mortalité ajusté à l’âge, pour la Chine, était de 6.50 pour 100,000 personnes. Si on supposait le même taux de mortalité pour les 70 millions de gens qui pratiquaient le Falun Gong en 1999, on pourrait anticiper le chiffre stupéfiant de 455,000 morts. Selon la ligne d’arguments des autorités Chinoises, cela signifie qu’en réalité le Falun Gong a sauvé des vies !

Si le Falun Gong était vraiment une pratique qui causait soit la mort soit une détérioration de la santé, il disparaîtrait sans qu’on ait besoin de l’interdire. Au lieu de cela, l’inverse s’est produit. Sans aucune publicité cette pratique a en sept ans gagné 100 millions d’adhérents dans le monde entier.


La question de la date de naissance
Certains ont prétendu que Mr Li avait changé sa date de naissance du 7 juillet 1952 en 13 mai 1951, pour pouvoir prétendre être la réincarnation du Bouddha Sakyamuni (le fondateur du Bouddhisme) Pendant la “Révolution Culturelle” en Chine le pays tout entier était dans une grande confusion. De nombreux registres ont été perdus ou remplacés. Il était tout à fait courant que certaines dates de naissance ou d’autres informations personnelles ne soient pas correctement consignées dans le dossier de résidence, du lieu de travail ou du poste de police local. Le cas de Mr Li n'est qu'un cas parmi bien d’autres. Quiconque, connaissant le système bureaucratique en Chine, saurait que c’est une chose tout à fait commune. Mr Li a plus tard fait corriger l’erreur. C’est habituellement un processus long et ennuyeux que de changer une information dans les registres de sa résidence car la police doit faire une recherche dans les dossiers personnels et, parfois, ils interrogent les membres de la famille du requérant. Autrement dit, Mr Li ne pouvait corriger sans preuve et sans l’approbation du bureau des registres du gouvernement.
De plus, Mr Li n’a jamais prétendu être une réincarnation du Bouddha Sakyamuni. En outre des millions de gens sont nés aussi ce jour là, peut-être même des criminels, donc il n’y a rien d’extraordinaire à propos du 13 Mai 1951 si ce n’est que c’est effectivement la date de naissance de Mr Li.

Meurtres et Suicides
Le gouvernement Chinois a à diverses reprises prétendu que le Falun Gong aurait conduit à des meurtres et des suicides. Quiconque ayant lu les livres du Falun Gong, ou écouté des conférences de Mr Li ne serait que trop conscient qu’un véritable pratiquant de Falun Gong ne commettrait jamais des actions aussi violentes et destructrices. Mr Li a clairement dit que le meurtre et le suicide étaient des pêchés. De plus, le Falun Gong cultive le principe de la Compassion. S’en prendre à sa propre vie ou à celle d’autrui irait complètement à l’encontre de la doctrine de la pratique. D’authentiques pratiquants seraient très tristes d’apprendre des suicides ou des meurtres.

Maladie mentale
Le gouvernement Chinois a prétendu que le Falun Gong provoquait des désordres mentaux. Cette assertion dramatique est irresponsable et trompeuse. Les causes de la maladie mentale sont étroitement débattues dans la communauté des psychologues et des psychiatres. Prétendre qu’on devient mentalement dérangé en pratiquant une forme de méditation ou d’exercices tranquilles ou en lisant les livres du Falun Gong est complètement non-scientifique et sans fondement, et va à l’encontre du tout bon sens.

L’expérience partagée par tous ceux qui pratiquent le Falun Gong est une diminution du niveau du stress et une paix de l’esprit et une clarté mentale accrues. Il est connu que le stress peut causer des désordres mentaux. Les pratiquants apprennent à prendre le stress et les contraintes de la vie moderne de plus en plus légèrement, ayant de moins en moins de raisons de devenir mentalement malades. Mr Li Hongzhi préconise que l’esprit soit pur et clair et qu'on fasse la pratique des exercices avec un esprit tranquille. Par conséquent, comment le fait de travailler consciemment à améliorer son critère moral, réduire son niveau de stress et pratiquer les exercices tranquilles pourrait-il conduire à l’insanité.

Le Falun Gong encourage les gens à avoir une plus grande maîtrise d’eux-mêmes, ce qui est à l’opposé de l’expérience de ceux qui souffrent de maladie mentale. En fait, il est conseillé aux gens qui ont des maladies mentales de ne pas pratiquer le Falun Gong. Mr Li a déclaré que les patients avec des maladies mentales graves (psychoses) ne devaient absolument pas assister à ses cours ou pratiquer le Falun Gong, car n'ayant pas l'esprit équilibré, ils sont incapables de se contrôler eux-mêmes. Une exigence stricte du Falun Gong est d'avoir une maîtrise de soi à la fois physique et mentale. Cependant comme le Falun Gong n’est pas une organisation formelle qui contrôle les pratiquants, n’importe qui peut donc entreprendre la pratique. Etant donné qu’il y a environ 16 millions de patients malades mentaux en Chine, quelle garantie a-t-on qu’aucun d’entre eux ne décidera d’entreprendre la pratique ?

NB Il est clair que les pratiquants de Falun Gong, qui ne sont pas mentalement malades, sont détenus dans des hôpitaux psychiatriques et soumis à la torture et aux mauvais traitements au moyen de méthodes psychiatriques. On estime que 1000 pratiquants de Falun Gong ont été soumis à de tels traitements. De façon inquiétante, ceci a été ultérieurement déformé par des officiels du Gouvernement Chinois pour accréditer leurs déclarations

Secte
Le Falun Gong n’est pas une «secte.» Les sectes dominent tous les aspects de la vie de leurs membres, contrôlant négativement leurs esprits et leurs corps. Les membres renoncent à tous leurs biens matériels, pour enrichir la secte elle-même et rendre en même temps ses membres complètement dépendants. Les sectes mènent habituellement une vie communautaire, ses membres étant privés de nourriture et de sommeil, et on leur fait sans cesse ingurgiter la doctrine de la secte. Toutes les activités du Falun Gong sont libres et entièrement spontanées. Les pratiquants mènent des vies normales, avec leurs propres familles dans leurs propres maisons et ont toutes sortes d’activités sociales ordinaires. Ils s’intègrent à la société courante. En faisant les exercices et la méditation, il leur est conseillé de pratiquer sous le contrôle de leur conscience principale.Ce qui signifie, à la différence de toutes les autres pratiques de méditation, qu’on entre pas en transe mais garde un esprit clair, conscient et responsable de soi. Dans les sectes, les membres subissent des pressions pour qu’ils amènent de l’argent. Le Falun Gong n’est impliqué dans aucune telle activité. On ne force ni n'oblige personne à pratiquer.

Théorie de la Fin du Monde
On a accusé Mr Li d’adhérer aux «théories millénaristes.»
Au contraire, il a dit à de nombreuses occasions que la soi-disant “fin du monde” n’existe pas, et que celui qui promeut de telles idées est irresponsable et cause du tord à la société. Mr Li Hongzhi a fait la déclaration suivante le 29 mars 1998 en réponse à la propagation de telles rumeurs «Certaines religions perverses se propagent. Toutes enseignent la fin du monde– elles parlent toutes de ces choses. Bien sûr, j’ai dit que ces catastrophes existent. Le Bouddhisme y croit aussi et le Christianisme, le Catholicisme, et le Taoïsme partagent également le même point de vue.. Telle est l’évolution de la Loi de l’Univers, mais ce n’est absolument pas ce que ces religions perverses ont prédit. …Je peux proclamer ici à chacun très sérieusement que ces soi-disant catastrophes sur terre, la fin de l’univers, et des choses de cette sorte en 1999, n’existent absolument pas. Pourquoi y aurait-il des catastrophes ?”

La question d’amasser une fortune
Il y a eu diverses allégations selon lesquelles Mr Li aurait fait fortune avec ses enseignements du Falun Gong. Ce qui n'est absolument pas vrai. Le fait est que les conférences de Mr li en Chine étaient de beaucoup moins chères que celles des maîtres de Qigong, et toutes étaient données sous les auspices de L’Association de Qigong de Chine, une agence officielle du gouvernement. En fait, la plus grande partie des revenus de ces conférences devait aller à l’Association et couvrir les coûts. De plus, depuis 1995 lorsque la pratique est devenue populaire et que la demande pour les conférences s’est accrue, Mr Li a arrêté de donner des conférences. Ses livres étaient parmi les moins chers et tous sont disponibles sur internet d’où ils peuvent être téléchargés gratuitement. A cause de la pression en Chine, Mr Li est parti aux USA où il vit à New York dans le Queens et a donné des conférences gratuitement. En fait il n’a jamais demandé un sous pour les nombreuses conférences qu’il a données un peu partout dans le monde depuis 1996. Ce qui contraste avec la pratique d’autres maîtres de Qigong qui peuvent demander jusqu’à 1000 dollars pour un ticket de séminaire. S’il voulait vraiment gagner de l’argent avec la cultivation pratique, il pourrait demander de grosses sommes pour les conférences et les cours. Il pourrait aussi demander plus pour les livres, car il gagne modestement sa vie avec les droits d’auteur. Il faut dire, aussi, qu’il ne perçoit pas de droits pour les livres vendus en Chine puisque les autorités Chinoises ont interdit les livres il y a plusieurs années. Il pourrait aussi simplement demander un dollar à chaque pratiquant et deviendrait facilement multi-millionnaire. Le fait qu’il n’ait fait aucune de ces choses montre qu’il n’est pas intéressé parl’argent. En réalité, l’enseignement du Falun Gong est gratuit.

Anti-science:
Si Mr Li a reconnu les limitations de la science moderne, il n’est absolumment pas contre la science. Les références à la science servent à expliquer et prouver certains des principes qui sous-tendent la pratique. Mr Li lui-même parle du Falun Gong comme d’une “science extraordinaire.”

Incident de Zhongnanhai
Le 25 Avril, plus de 10 000 pratiquants de Falun Gong ont manifesté de façon ordonnée à Zhong Nan-Hai, l’enceinte du pouvoir Chinois. D’une manière complètement pacifique, ils ont fait appel, demandant au gouvernement un environnement gratuit et légitime pour pratiquer le Falun Gong. Comme cela s’est produit à Zhong Nan-Hai, les gens s’y sont référé comme à l’incident de Zhong Nan-Hai. Cet incident a immédiatement attiré l'attention du monde entier, parce qu’il s’est produit à l’endroit le plus sensitif de la Chine, et à cause de l'attitude peu commune, pacifique et calme, que les pratiquants de Falun Gong ont maintenue tout au long de l’incident. Le Gouvernement Chinois a porté de nombreuses accusations quant à cet incident, en voici donc un rapport détaillé :

L’incident de Zhong-Nan-Hai a été déclenché par l’incident de Tianjin, alors que He Zuoxiu de l’Académie des Sciences Chinoises avait publié un article intitulé “Je ne suis pas d’accord pour que des adolescents pratiquent le Qigong”, dans le "Magazine de la Science" (publié par le Collège d’Education de Tianjjin). Dans l’article, il fabriquait des histoires comme quoi le Falun Gong conduisait à la maladie mentale, et insinuait que le Falun Gong pourrait être une organisation similaire à celle des Boxers, qui, au 19 ème siècle, avait mené une rébellion qui avait détruit la nation. Ses fausses accusations étaient mensongères et heurtèrent les sentiments de nombreux pratiquants du Falun Gong. Sans autre alternative, certains pratiquants firent appel à des organisations concernées officiellement approuvées - un droit protégé par la Loi Chinoise -afin de corriger les fausses accusationS. Des pratiquants se rendirent donc au Collège d’Education de Tianjin et auprès d’autres bureaux concernés, le 18 avril 1999, pour rapporter la situation du Falun Gong.

Le Bureau de la Sécurité Publique de Tianjin se manifesta de manière complètement inattendue. Ils refusèrent de communiquer convenablement avec les pratiquants . Au lieu de cela, ils envoyèrent des gens pour frapper certains pratiquants. Le 23 Avril, ils commencèrent à disperser et détenir certaines personnes, ce qui a finalement bloqué le seul canal permettant aux pratiquants de Falun Gong de rapporter la vérité au gouvernement. Les pratiquants se sont tournés vers Beijing le 25 avril pour plaider auprès d’une plus haute autorité. Ils ont demandé la libération des personnes innocentes, un environnement légitime et libre pour pratiquer les exercices, et le relâchement de la pression exercée sur les pratiquants de Falun Gong depuis déjà un certain temps. He Zuoxiu se montra ce jour là pour provoquer les pratiquants, mais aucun ne lui répondit.

Selon un témoin, le soir du 24 avril, certains pratiquants travaillant dans le département de la Sécurité Publique avaient déjà présenté leurs cartes nominatives à Zhong Nan-Hai, demandant une chance de pouvoir rapporter la situation. Il n’y eut pas de réponse. A 9 heures du soir, les pratiquants commencèrent à se rassembler Rue Fuyou près de Zhong Nan-Haï, avec des bagages, certains avec des tapis de méditation. La plupart d’entre eux n’étaient pas de Beijing.

A 6 heures le matin du 25 avril, un témoin allant à l’entrée nord de la Rue Fuyou, découvrit que des policiers barraient le passage vers Zhong-Nan-Hai. Aucun des pratiquants n’essaya de forcer le passage. Mais il assista à une scène étonnante. La police conduisit d’abord les pratiquants du côté est de la rue au côté ouest, puis les dirigea pour que leur marche s’oriente vers le Sud en direction de Zhong-Nan-Hai. Pendant ce temps, un autre groupe arriva de la direction opposée, et les deux groupes se rencontrèrent juste devant l’entrée principale de Zhong-Nai-Hai. D’après les médias, il y avait plus de 10 000 pratiquants rassemblés devant Zhong-Nai-Hai.

Bientôt il y eut des pratiquants arrivant de toutes les directions. Ils remplirent tous les trottoirs devant Zhong-Nan-Hai. Mais la circulation ne fut absolument pas bloquée, même la route pour les personnes handicapées demeura dégagée. I y avait des personnes âgées de 70 et 80 ans, des femmes enceintes près d’accoucher, et des mères tenant leurs nouveau-nés. Nombre d’entre eux n’avaient presque rien mangé , ni bu pour réduire le temps nécessaire pour aller aux toilettes. Aucun ne savait d’où venaient les autres. “Ils arrivèrent de nulle part, et disparurent vers nulle part”.

Les pratiquants ne parcouraient pas les rues, ils n’avaient ni slogans ni banderoles et ne commençaient pas à se battre.. En Chine plaider auprès du Gouvernement ne nécessite pas un permis du Bureau de la Sécurité Publique. Chaque pratiquant ne représentait que lui-même. Ils venaient pour rapporter les mauvais traitements dont eux et leurs amis avaient fait l’expérience. Ils ne violaient aucune loi, aucune règle. Comme les pratiquants pensaient avoir atteint leur but : exprimer leurs inquiétude et rechercher la compréhension et le soutien du gouvernement, ils se dispersèrent à 11h30 du soir (26/4, le Quotidien du Centre)

Références
Mr Li Hongzhi, le fondateur du Falun Dafa, publia la déclaration suivante le 22 juillet 1999, en réponse à l’annonce du gouvernement Chinois d’une répression du Falun Gong :

Mes quelques déclarations

"Falun Gong de Chine n’est qu’une activité populaire pour pratiquer le Gong, il n’a aucune organisation, encore moins de but politique. Il n’a jamais participé à aucune activité anti-gouvernementale. Je suis un homme dans le Xiulian, je n’ai jamais eu d’affinité avec le pouvoir politique, je ne fais qu’enseigner à l’homme à se cultiver et pratiquer. Si un homme veut bien pratiquer le Gong il doit nécessairement être un homme de haute moralité. En réalité je suis parvenu à ce point, faire que 100 millions de personnes deviennent des hommes de bien, des homme encore meilleurs. En fait je ne voulais pas faire tout cela, mais le fait que la moralité des pratiquants aie remonté cela apporte réellement des bienfaits pour la société.

Dans certaines informations il est dit que j’interdis aux gens de prendre des médicaments, en réalité, il n’y a pas du tout ce genre de choses. Je n’ai fait qu’expliquer le rapport entre le Xiulian et le fait de prendre des médicaments. J’ai fait que plus de 100 millions de personnes ont obtenu une bonne santé, d’innombrables personnes ayant des maladies graves ont retrouvé la santé, c’est un fait. Tandis que pour les malades en fin de vie et les malades mentalement dérangés, j’ai toujours demandé qu’ils n’apprennent pas le Falun Gong. Mais il arrive que certains veuillent absolument apprendre à mon insu alors si certains plus tard décèdent doit-on les considérer comme mes élèves ? Je n’ai jamais vu quelqu’un se contentant de faire quelques exercices sans que personne ne s’occupe de lui et dont la vie ait de ce fait été épargnée. Alors étant donné que l’hôpital guérit les malades, ne devrait-il plus y avoir de gens qui meurent à l’hôpital ?

Certains répandent des rumeurs et disent que j’ai modifié ma date de naissance, c’est un fait. Hors, cela est dû au fait que pendant la Révolution culturelle l’administration a enregistré une date de naissance erronée. Ce que j’ai fait c’est tout simplement rectifier cette date de naissance erronée en date de naissance correcte. Quant au fait que Sâkyamuni soit né aussi à cette date, quel est le rapport avec moi. Il y a aussi beaucoup de criminels nés à cette date ! De plus, je n’ai jamais dit que j’étais Sâkyamuni.
Quant au fait que des élèves soient allés à Beijing Zhong Nan Hai pour rétablir les faits, à ce moment-là j’étais en route pour l’Australie en transit à Beijing, j’ai quitté Beijing sans savoir du tout ce qui se passait. Je soirs toujours seul. Pour réduire les ennuis, je ne contacte jamais les élèves locaux, car beaucoup d’entre eux viendraient me voir. C’est pourquoi à ce moment je ne savais pas exactement.
Ni maintenant ni dans le futur nous ne nous opposerons au gouvernement. Les autres peuvent nous maltraiter, nous ne devons pas maltraiter autrui, nous ne devons pas considérer l’homme comme un ennemi.

Nous lançons un appel aux différents gouvernements des pays du monde entier, aux organisations internationales, à tous les hommes bienveillants afin qu’ils puissent nous apporter aide et soutien, pour solutionner la crise qui a récemment eu lieu en Chine. Actuellement ma mère et ma sœur sont encore à Beijing, leur situation est très mauvaise. On dit que les policiers vont les emmener. Selon certaines informations à Sehnyang à Dalian et ailleurs des policiers auraient blessé de nombreuses personnes. Je lance un appel aussi au gouvernement chinois pour qu’il ne les traite pas ainsi, je souhaite que le gouvernement chinois et ses dirigeants ne considèrent pas le peuple pratiquant le Falun Gong comme un ennemi. Peu importe ce que l’on dit, l’ensemble du peuple chinois a une profonde compréhension du Falun Gong, le résultat de cela peut faire perdre au peuple toute confiance envers le gouvernement et envers ses dirigeants, et provoquer une déception envers le gouvernement chinois. »

Li Hongzhi
July 22, 1999


"Asian Wall Street Journal", 14 Décembre 1999, Editorial, Falun Dafa et la Liberté d’Expression
L’application du terme secte implique habituellement une vaste désapprobation publique du comportement d’un groupe et il y a, c’est un fait, des cas où les sectes posent une menace aux autres, comme l’expérience du Japon avec Aum Shinrikyo le montre. Les dirigeants des sectes prennent souvent avantage de leurs membres, utilisant des techniques pour contrôler l’esprit ou des mauvais traitements physiques ou mentaux. Même les sociétés libres voient souvent la nécessité de mettre les groupes anti-social de ce type sous leur contrôle, bien que comme le montre le cas de Waco aux Etats-Unis il y a quelques années, de telles tentatives sont sujettes à des erreurs graves.

Le Falun Dafa ne répond pas aux cinq critères d’une secte dangereuse tels qu’établis par les groupes anti-sectes expérimentés. (1) une structure de pouvoir autoritaire, (2) un dirigeant messianique, (3) un recrutement par la tromperie, (4)l’isolement de la société et (5) l’utilisation de techniques de contrôle mental. Il n’y a à ce jour aucune preuve convainquante que Falun Dafa pose une menace à quiconque, y compris à ses propres membres. Aussi la préservation de la liberté religieuse requiert-elle qu’on lui attribue le bénéfice du doute.

Quant au flot de propagande douteuse sortant de Chine sur le Falun Dafa, le réel motif de Beijing est facile à comprendre : le contrôle social. Un groupe quel qu’il soit demandant une forte allégeance, qu’il soit une église Chrétienne non autorisée ou le Falun Dafa menace le dirigeant du Parti Communiste et doit par conséquent être rapidement soumis au contrôle du Parti. S’il refuse de se soumettre , il est écrasé.

"The Guardian", 30 October 1999:
Le Falun Gong.... n’a pas d’agenda politique, pas de structure hiérarchique, et pas d’autres dirigeants que son maître en exil, Li Hongzhi. Il n’est certainement pas une secte. Le seul but du Falun Gong est de pouvoir pratiquer paisiblement selon ses croyances.
« Faire appel » est un droit protégé par la Loi Chinoise. Selon l’article 41 de la Constitution de la République Populaire de Chine, les citoyens ont le droit de soumettre des critiques et des suggestions pour toute institutions et affaires nationales concernant toute conduite des institutions ou toute équipe qui viole la Loi ou échoue à remplir ses responsabilités. Il est écrit dans le10ème Code des Codes Chinois d’Appels que les questions dans le processus d’appel devraient être soumises aux départements exécutifs concernés ou à un niveau plus élevé étant donné que ces départements ont le droit légal de prendre des décisions.


Hai Tao, de "Voice of America", a rapporté de Los Angeles : Depuis que le gouvernement Chinois a commencé sa répression du Falun Gong en Juillet 1999, toutes les agences de presse dirigées par l’état ont commencé à attaquer le Falun Gong, son fondateur et ses personnes de contact. Le 28 novembre 1999, un rapport spécial de Li Xin-gang était publié dans le journal "Xi-an Worker". L’article “rapportait” que Zhi wen Zhang, qui était une femme vivant dans la région Wei-nan de la Province de Shan xi, avait brûlé sa petite fille de six mois et s’était suicidée en s’immolant par le feu, en protestation de la répression du gouvernement contre le Falun Gong. Ce rapport eut un grand retentissement dans tout le pays et fut re-publié par de nombreux journaux à Shen-zhen, Harbin, Shangai et d’autres endroits. Le Centre d’information de Hong Kong pour les Droits de l’Homme et la Démocratie conduisit une investigation et découvrit que le rapport était fabriqué de toute pièce. Le Centre dît, en citant les officiels Chinois, que la personne, l’endroit, le moment et l’histoire tout était fabriqué. Un officiel dans le Comité Communiste des politiques et des Lois de Weinan dans la province de Shan xi appellé Wu affirma sous serment qu’il n’y avait absolument pas d’événement d’immolation et que de plus, il n’existait pas de femme du nom de Zhi wen Zhang. De nombreuses agences de presse en Chine les appelèrent pour vérification et obtinrent la même réponse.


Developpement Educatif International des Nations Unies, 15.08 à Genève
"Dans notre communiqué sous l'item 3 nous avons décrit le Falun Gong tel que nous l'avons découvert être. Le gouvernement, dans l'exercice du droit de réponse, a essayé de justifier son terrorisme dEtat contre le groupe en le taxant de culte hérétique ayant causé des mort et brisé des familles.
Selon notre enquête les seuls mort ont été entre les mains des autorités Chinoises ; des familles ont été brisées parce que les membres de ces familles ont été tués par le régime ; des gens se sont effondrés, non pas à cause du Falun Gong mais de l'extrême torture, l'incarcération dans des hôpitaux psychiatriques avec des traitements brutaux, le dur travail dans les camps et d'autres telles pratiques. Comme il a été rapporté dans l'International Herald Tribune le 6 Août 2001, le régime admet qu'il a officiellement autorisé la violence contre les pratiquants afin d'éradiquer le Falun Gong.

Le régime désigne un soi-disant incident d'immolation place Tian anmen le 23 janvier 2001, comme la preuve que le Falun Gong est un "culte hérétique".Cependant, nous avons obtenu le 23 janvier 2001 une vidéo qui à notre avis prouve que cet événement a été mis en scène par le gouvernement."
International Educational Development

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.