Une ancienne membre de l'Assemblée Nationale française: Il est urgent de choisir son camp

Lors d'une vidéoconférence organisée le 16 juillet 2020 par l'Association Falun Dafa, avant le 21e anniversaire de la persécution du groupe spirituel pacifique par le PCC, Mme Françoise Hostalier, ancienne membre de l'Assemblée nationale française, a critiqué la manière dont le Parti communiste chinois (PCC) opère dans la communauté internationale et a appelé les pays européens à ouvrir les yeux et à choisir leur camp.

Mme Françoise Hostalier est une ancienne députée francaise et ancienne secrétaire d'État à l'Éducation scolaire auprès du ministre de l'Éducation nationale.

Cessez de céder au PCC
Mme Hostalier a commencé par reconnaître la Chine comme un pays ayant une longue histoire et des origines géographiques, ethniques, culturelles et religieuses diverses. Mais après plus de 70 ans de régime communiste, "la Chine est aujourd'hui un pays en pleine régression dans de nombreux domaines, que ce soit au niveau économique, culturel ou politique au sens large".


Elle a expliqué que dans ces domaines, le gouvernement chinois utilise des tactiques similaires "visant à forcer son entrée, amener systématiquement les autres à se soumettre, obtenir l'hégémonie (en éliminant la concurrence), et mentir!"


Mme Hostalier a déclaré que les principes du Parti communiste chinois ne sont pas compatibles avec ceux des organisations internationales telles que l'ONU et l'OMS. Il a signé de nombreux traités et conventions mais ne les respecte pas. "Ce Parti communiste chinois cherche simplement à avaler et s'approprier ces organisations. Nous en avons le meilleur exemple avec l’OMS. "


" Nous ne devons pas laisser cela arriver ".


Ouvrir les yeux pour voir le PCC pour ce qu'il est
Les grandes puissances démocratiques ont débuté avec l'Europe et Mme Hostalier a demandé à l'UE de " réagir (à la mauvaise conduite du PCC) avant qu'il ne soit trop tard ".


"Nous devons affirmer les principes humanistes qui sont nos valeurs fondamentales et qui régissent toutes les instances internationales. Ces valeurs sont les droits de l'homme, la liberté de croyance, la liberté religieuse, l'égalité entre tous les peuples, le droit des enfants à l'éducation".


Sur le plan économique, Mme Hostalier a décrit la Chine comme " un colosse aux pieds d'argile cherchant à dominer le monde par une fuite en avant ".


Elle a utilisé la pandémie actuelle pour montrer jusqu'où le PCC irait pour couvrir ses crimes. L'épidémie mondiale de coronavirus et la façon dont la Chine a trompé les gouvernements et les corps médicaux du monde entier montrent qu'on ne peut pas faire confiance aux dirigeants du PCC, a souligné Mme Hostalier. " Si cette épidémie a été moins meurtrière en Chine qu'en Europe ou aux Etats-Unis, c'est simplement parce que tous les Chinois sont sous contrôle constant... Il était très facile d'enfermer les gens et de mentir sur la situation de la mort ".


" Ouvrons les yeux et cessons d'être naïfs ", a-t-elle averti.


Le prélèvement systématique d'organes assimile le PCC aux nazis
Mme Hostalier a pris une position ferme concernant le prélèvements forcé d'organes sur des pratiquants de Falun Gong incarcérés pour avoir refusé de renoncer à leur croyance. Elle a souligné : " Nous devons dénoncer fermement les pratiques ignobles de prélever des organes sur des personnes non consentantes, dont la Chine s'est fait une spécialité. Les faits sont connus. Ils sont incontestables. "


"Bien que le prélèvement forcé et les enlèvements pour le trafic d'organes existent ailleurs dans le monde, ils sont le fait des mafias et non des États." Mme Hostalier a dit penser que "dans l'histoire de l'humanité, le seul régime politique organisé (autre que le PCC) qui a commis ces pratiques était le régime nazi".


" Je pense qu'il est urgent de choisir son camp ", a-t-elle conclu.


Version anglaise disponible à:
https://en.minghui.org/html/articles/2020/7/29/186095.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.