En Italie des élus condamnent la persécution en cours et félicitent les pratiquants

Il y a 21 ans, le 20 juillet 1999, le PCC (Parti communiste chinois) a initié la persécution de Falun Gong, une pratique pacifique de raffinement de soi. Chaque année, afin de commémorer leurs compagnons de pratique ayant perdu la vie sous la persécution, les pratiquants du monde entier organisent divers événements .


Le 20 juillet 2020, à Rome, les pratiquants de Falun Gong ont organisé un rassemblement devant l'ambassade de Chine, réclamant que le PCC mette immédiatement fin à la persécution. Ils ont pratiqué les exercices, distribué des dépliants et discuté de la persécution avec les passants.


Pratique devant l'ambassade de Chine


Afin de rendre hommage à leurs compagnons de pratique morts en raison de la persécution, ils ont également organisé une veillée aux chandelles dans le parc de la Villa Borghèse.

Veillée aux chandelles dans le parc de la Villa Borghèse à Rome

Le 21 juillet, un rassemblement " Mettre fin aux 21 ans de persécution " a été organisé place Di Monte Citorio, devant le bâtiment du Parlement.

Pratique collective des exercices devant le Parlement italien, le 21 juillet

Plusieurs membres du Parlement ayant pris la parole lors du rassemblement ont félicité les pratiquants de Falun Gong pour leur courage et leur persévérance et ont appelé le gouvernement italien à aider à mettre fin à la persécution et aux prélèvements d'organes à vif du PCC, approuvés par l’État.


Le sénateur Lucio Malan, président de l'Alliance interparlementaire sur la Chine (IPAC), a condamné la persécution.


" Merci pour votre témoignage, votre persévérance ", a déclaré le sénateur Malan. "Nous devons continuer à instaurer les beaux et bons principes d'Authenticité, Bonté et Tolérance du Falun Dafa. C'est la vérité.


"Les gens doivent savoir ce qui se passe, comme le prélèvement forcé d'organes sur les pratiquants de Falun Gong. Certains pensent que c'est une invention. Malheureusement, c'est un fait. Nous devons en être conscients et exiger des gouvernements qu'ils prennent position. Les gouvernements ne doivent plus rester silencieux. Nous devrions être unis contre persécution ".


Dans son allocution lors du rassemblement, M. Malan a déclaré: " Les gouvernements ne devraient plus garder le silence. "
Lino Pettazzi, membre de la Chambre italienne des députés, a assisté au rassemblement et écouté les pratiquants raconter les abus qu'ils ont subis dans la persécution.

Elisabetta Zamparutti, ancienne membre de la Chambre italienne des députés, a déclaré que les pratiquants de Falun Gong sont les meilleures personnes sur cette terre. Depuis de nombreuses années, elle soutient leurs efforts pour mettre fin à la persécution.


" Il est de notre responsabilité de vous soutenir ", a déclaré Vito Comencini, membre de la Chambre des députés. " C'est la responsabilité de chacun de nous. Chacun au sein des agences gouvernementales devrait se demander pourquoi il a fermé les yeux sur la tragédie qui se déroule en Chine. Je suis de votre côté."


Deux pratiquants chinois ont parlé des expériences de persécution, qu'ils ont personnellement vécues .
Zhao Lili, une pratiquante de Falun Gong de Shenzhen, s'est souvenue que, dans la soirée du 30 juin 2000, elle était seule chez elle, lorsqu'un policier en uniforme accompagné de sept autres hommes sont entrés chez elle par effraction, sans montrer aucun document.


Elle a été arrêtée et détenue dans le centre de détention Shekou de Shenzhen. Afin de protester contre la persécution, elle et plusieurs autres pratiquants de Falun Gong qui y étaient détenus ont entamé une grève de la faim.


Six gardes l'ont menottée à un lit à armature métallique: deux lui ont tenu les bras, deux les jambes et deux autres encore ont utilisé des tuyaux en caoutchouc pour la gaver. Les autres pratiquants en grève de la faim ont été forcés de regarder.


Li Shuqiang, pratiquant de Falun Gong de Shenzhen, a expliqué avoir été illégalement détenu dans le centre de détention du district de Dongcheng, après avoir fait appel pour le droit de pratiquer le Falun Gong, place Tiananmen, le jour de Noël 2000.


Avec d'autres pratiquants, il a entamé une grève de la faim pour protester contre la persécution. Lorsque l'un d'entre eux a refusé d'être gavé, il a été attaché à un lit à armature métallique et été choqué avec une matraque électrique.


Traduit de l’anglais :
https://en.minghui.org/html/articles/2020/7/28/186075.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.