Le cas de Sun Qian relève de la " Criminalisation de l'innocence ," selon l’ancien ministre de la justice canadien

L'honorable Irwin Cotler, PC, OC, OQ, ancien ministre de la Justice et procureur général du Canada, a été interviewé au sujet de la récente condamnation à huit ans par Pékin à la pratiquante de Falun Gong canadienne Sun Qian. Il a qualifié le verdict de cas classique de criminalisation de l'innocence et d'atteinte fondamentale à l’État de droit chinois, ainsi que de violation fondamentale des traités internationaux.

 
L'honorable Irwin Cotler, PC, OC, OQ, ancien ministre de la Justice et procureur général du Canada (au premier plan).

En tant que conseiller juridique de Sun Qian, Cotler a suivi l'affaire de très près depuis son arrestation en 2017. Il s'est occupé de son cas à la demande de Sun et de sa famille et a travaillé avec son avocat à Pékin..


Criminalisation de l'innocence
Cotler a déclaré au journaliste : " Son cas est un cas classique de criminalisation de l'innocence, d'une femme, dans ce cas, une pratiquante de Falun Gong. Non pour ce qu'elle a fait, mais pour qui elle est, la porteuse des valeurs de Vérité, Bonté et Patience, qui reflètent et représentent les valeurs de la communauté du Falun Gong.


"C'est pourquoi elle a été arrêtée arbitrairement et illégalement. C'est pourquoi elle a été torturée en détention, y compris par une torture mentale et physique soutenue. C'est pourquoi elle a été privée de tout droit à un avocat ou à un procès équitable. C'est pourquoi ses avocats ont été harcelés, intimidés et eux-mêmes persécutés. Et c'est pourquoi ses libertés fondamentales, les libertés de conscience et de croyance, les libertés d'expression, d'association et de réunion ont toutes été criminalisées dans cette affaire.


" Il s'agit pour conclure sur ce point, d’une attaque fondamentale contre l'état de droit chinois et une violation fondamentale des traités internationaux à l’endroit desquels la Chine est un État partie. Nous ne leur demandons pas de respecter la loi canadienne. "


En février 2017, plus de 20 policiers sont entrés par effraction dans la résidence de Sun en Chine et l'ont arrêtée avec quatre autres personnes. Sun a été torturée et maltraitée à plusieurs reprises. Elle a d'abord été détenue pendant huit mois et privée de tout droit. Elle a été menottée à une chaise de fer, aspergée de poivre et soumise à des séances de lavage de cerveau.


" Maintenant, vous faite une avance rapide dans le temps, ce genre de torture soutenue en isolement cellulaire, sans savoir à quel point elle était également menacée de nuisance à sa famille et à d’autres. Et je ne suis pas surpris qu'en fin de compte, ils l’aient contrainte à de faux aveux, ce qui est encore une autre violation de la loi chinoise de la manière la plus cruelle et inhumaine. Et elle ne serait pas la seule à avoir, en fait, fait de faux aveux, dans des conditions de torture."


Cotler a déclaré : "Elle a courageusement résisté jusqu'à ce que ce n’était, je soupçonne, plus possible sous un traitement aussi cruel, inhumain et torturant mentalement et physiquement, ainsi qu'un intense lavage de cerveau au fil du temps..." Cotler a poursuivi en disant que si le lavage de cerveau n'avait pas été utilisé, les autorités chinoises n'auraient pas pu obtenir de faux aveux de Sun : "Ce n'est que la torture soutenue au fil du temps qui a contraint à de faux aveux. C'est pourquoi dans 99% des cas, la personne est reconnue coupable. En fait, c'est une condamnation et une punition prédéterminées".


En retraçant le processus de recherche d'un avocat, Cotler a déclaré : "Elle a eu 11 avocats auparavant qui n'ont cessé d'être harcelés, intimidés et arrêtés eux-mêmes jusqu'à ce qu'elle ne puisse plus avoir l'avocat de son choix. Et donc vous avez eu une sorte de combinaison concertée d'un avocat représentant l'État plutôt qu'elle."


Sun est toujours une citoyenne canadienne
Bien que le Parti communiste chinois affirme que Sun a renoncé à sa citoyenneté canadienne, Cotler soutient qu'elle devrait toujours être considérée comme une citoyenne canadienne. «Il n'y a pas eu de renonciation libre et consentie à la citoyenneté. Cela faisait partie d'une confession fausse et forcée. Le gouvernement canadien devrait toujours la considérer comme une citoyenne canadienne, demander sa libération immédiate et demander aux autorités chinoises de cesser et de s'abstenir de toutes formes de torture et d'abus et, comme je l'ai dit, aux autorités chinoises de respecter leur propre loi et les traités internationaux desquels ils font parties. Par exemple, la Chine et le Canada sont tous deux des États parties de la convention internationale sur les droits civils et politiques.


La Chine a contracté ces obligations et s'est engagée à les respecter non seulement envers la communauté internationale, mais aussi envers les États membres de ces conventions. C'est-à-dire au Canada, et le Canada a donc non seulement un droit, mais aussi une obligation en ce qui concerne ces traités, en termes de respect de ces traités, d'appeler la Chine à cesser et à renoncer à leurs violations du traité pour la libérer, et mettre fin à la torture, aux abus, à la détention erronée et illégale et à l'emprisonnement injustifié".


Distinguer entre les autorités chinoises et le peuple chinois
" Je fais toujours la distinction entre les autorités chinoises et le peuple chinois qui sont des cibles innocentes de persécution et de poursuites, en particulier, par exemple, le Falun Gong.
"Ce qui me fait tant de peine, c'est que le peuple chinois est l'héritier d'une grande civilisation, d'une grande civilisation dont j'ai profité avec tant d'autres. Malheureusement, le régime actuel en Chine trahit les valeurs de sa propre grande civilisation et de sa propre culture, et même de ses propres grands principes de droit en renversant l'État de droit à tous égards et en violant les traités internationaux qu'il s'est engagé à respecter".


Cotler a appelé les autorités chinoises à célébrer la grande culture, les valeurs et la civilisation dont elles ont hérité, à mettre fin à toutes ces arrestations et persécutions, et à devenir un membre responsable de la communauté internationale.


Actions collectives horribles et répression massive
Cotler a dit que le cas de Sun s'inscrivait dans le schéma de la persécution du Falun Gong. Il y avait des références dans certains articles selon lesquelles cela était lié à l'affaire Meng Wanzhou (la directrice financière de Huawei qui est actuellement détenue au Canada), et qu'il s'agit de représailles. Il a déclaré : " Bien que le timing puisse être pertinent en termes de moment de la condamnation, nous ne devons pas ignorer les aspects par ailleurs sans rapport des 10 violations illégales, dont la plupart ont été identifiées dans ses persécution et poursuites, qui ont tout à voir avec le fait qu'elle est une pratiquante de Falun Gong en prison pour ses convictions, et rien du tout à voir avec l'affaire d'extradition de Meng Wanzhou. "


"Nous assistons à des actions collectives horribles et à une répression massive de la part des autorités chinoises", a souligné M. Cotler. Il a donné des exemples de l'imposition de la législation sur la sécurité nationale aux habitants de Hong Kong, qui a violait le traité sino-britannique, et de l'emprisonnement des Ouïghours dans des camps de concentration.


“Nous sommes maintenant une communauté collective”
Cotler a déclaré que les parlementaires de différents pays du monde se réunissent, "Nous avons formé il y a trois semaines l'alliance interparlementaire sur la Chine. Plus de 15 parlements. C'est un véritable bouillonnement pour une communauté de parlements et de démocraties qui demandent à la Chine de respecter ces valeurs et, sinon, d'en être tenue responsable. Nous sommes convaincus que les gouvernements de ces parlements se réuniront, ainsi qu'une communauté libre et indépendante de gouvernements de démocraties se joignant aux parlementaires, aux sociétés civiles du monde entier, aux gens courageux en Chine qui mettent non seulement leurs moyens de subsistance, mais aussi leurs vies en danger pour protéger ces valeurs.


"Les gouvernements ont eu peur. C'est parce que la Chine est une superpuissance économique. Il est très difficile pour un pays comme le Canada de tenir tête seul face à la Chine. Il est très difficile pour un pays comme l'Australie de tenir tête seul au gouvernement chinois... Mais si la communauté des démocraties et au-delà se rassemble et dit: "Ça suffit. C'est assez. Vous n'allez pas seulement faire pression sur chacun d'entre nous seul. Nous sommes maintenant une communauté collective. Et nous pouvons déplacer nos approvisionnements collectivement ailleurs. Et nous pouvons modifier la chaîne d'approvisionnement. Et nous pouvons recadrer nos relations commerciales".


"Je pense que les choses commenceront à changer. Ce sera peut-être le début du mouvement vers une normalisation appropriée des relations entre la communauté internationale et la Chine, entre la communauté des démocraties et la Chine."


Version anglaise :
Former Canadian Minister of Justice: Sun Qian’s Case Was “Criminalization of Innocence”

Version chinoise :
加国前司法部长-孙茜被重判是中共将无辜定有罪

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.