Le New York Post publie le récit d'un ancien employé d'hôpital témoin de prélèvement forcé d'organes à vif en Chine

Le 1er juin 2019, le New York Post publiait un article intitulé " Des dissidents chinois sont exécutés pour leurs organes, déclare un ancien employé d'hôpital. "


L’auteur de l’article était Steven W. Mosher, président du Population Research Institute et scientifique américain en sciences sociales, qui a beaucoup écrit sur la Chine.


Mosher commençait ainsi l'article du New York Post :


" Zheng Qiaozhi - nous l'appellerons George - a encore des cauchemars. Il était en stage à l'Hôpital général de l'armée de Shenyang en Chine lorsqu'il a été recruté pour faire partie d'une équipe de prélèvement d'organes. "


 
Reconstitution de prélèvements d'organes sanctionnés par l'État, sur des pratiquants de Falun Gong de leur vivant

Mosher a décrit comment un jeune prisonnier a été amené dans la pièce mains et pieds liés. Il était bien vivant. Le médecin de l'armée responsable a alors rapidement ouvert le jeune homme de la poitrine au nombril pour exposer ses deux reins.


Le médecin aurait alors dit à l'interne de "couper les veines et les artères". L'interne a suivi les instructions du médecin, et "du sang coulait de partout". Les reins ont été prélevés et placés dans un contenant conçu pour le transport des organes destinés à la transplantation.


Mosher a écrit: "Puis, le médecin a ordonné à George de retirer les yeux de l'homme. En entendant cela, le prisonnier mourant lui a jeté un regard terrorisé et George s’est figé. 'Je ne peux pas le faire', a-t-il dit au médecin, qui a ensuite rapidement lui-même délogé les globes oculaires de l'homme.


George était tellement perturbé par ce qu'il avait vu qu'il a rapidement quitté son emploi à l'hôpital et est retourné chez lui. Plus tard, craignant d'être la prochaine victime du commerce de transplantation d'organes forcée en Chine, il s'est enfui au Canada et a pris une nouvelle identité."


Mosher a expliqué dans l'article que des récits à la première personne comme celui de George étaient " rares à juste titre" . Les " touristes transplantés " qui viennent en Chine ne disent naturellement rien sur les "donneurs" de leur nouveau cœur, foie ou rein. Et ceux qui sont exécutés pour leurs organes ne racontent plus aucune histoire.


Mosher a expliqué que les pratiquants de Falun Gong seraient une source substantielle de ces organes en Chine. Il a dit qu'après que l'ancien chef du Parti communiste Jiang Zemin ait initié la persécution du Falun Gong en 1999, des centaines de milliers d’adeptes du groupe ont été arrêtés et ont disparu sans laisser de traces.


L’interne de l'hôpital général de l'armée de Shenyang savait seulement que le jeune prisonnier qu'il avait aidé à exécuter avait moins de 18 ans et était en bonne santé, a déclaré Mosher.


Mosher a suggéré que les minorités musulmanes de l'extrême ouest de la Chine sont la prochaine cible de l'industrie chinoise de transplantation d'organes sanctionnée par l'État. Entre 1 et 3 millions d'hommes ouïghours et kazakhs ont été arrêtés et envoyés dans des camps de concentration ces dernières années. Ces hommes ont subi une prise de sang et un examen de leurs organes après leur entrée dans ces camps. En outre, des salles réservées aux organes auraient été aménagées dans les aéroports de la région, tandis que des crématoires seraient en construction, a écrit Mosher.


" Malgré les affirmations contraires de la Chine, leurs activités de transplantation sont en plein essor. Et, grâce à une technologie occidentale appelée ECMO - oxygénation à la membrane extracorporelle - elle est devenue beaucoup plus lucrative " , a-t-il dit.


Mosher a écrit qu'il y a 20 ans, les médecins ne pouvaient prélever avec succès qu'un ou deux organes sur un donneur. Les autres organes auraient été privés d'oxygène trop longtemps pour être transplantés avec succès. Une machine ECMO peut servir de cœur et de poumon artificiels pour garder les autres organes en vie assez longtemps pour être prélevés. Avant l'invention de l'ECMO, les quelques organes récupérables d'une victime de prélèvement d'organes valaient au plus 250 000 $. Aujourd'hui, avec l'utilisation de l'ECMO, chaque organe peut être prélevé - même la peau - ce qui signifie que le profit tiré du corps d'une victime peut doubler ou même tripler.


Mosher a dit que bien que l'ECMO ait sauvé de nombreuses vies en Occident, cette technologie " a eu l'effet inverse en Chine : elle a accéléré le massacre d'innocents ".


La Chine a déployé beaucoup d'efforts pour dissimuler ces crimes, a écrit Mosher. En janvier 2015, le régime a annoncé qu'il n'utiliserait que des organes de donneurs d'organes volontaires civils et que l'utilisation d'organes de prisonniers exécutés serait interdite.


Mosher a écrit : "Pour preuve, ils ont même publié des statistiques. Celles-ci ont montré une augmentation linéaire des dons d'organes " volontaires " si parfaite qu'elle n'a pu être que fabriquée de toutes pièces. Et le nombre " officiel " de donneurs volontaires en Chine n'était passé qu'à 6 000 en 2018, un nombre bien trop faible pour fournir les dizaines de milliers d'organes effectivement transplantés cette année-là.


Alors que les patients d'autres pays doivent attendre des années en moyenne pour qu’un organe devienne disponible, Mosher a expliqué: " Il n’y a qu’en Chine qu’un touriste d’organe reçoit une greffe de rein, de cœur ou de foie en quelques jours ou semaines après son arrivée. En fait, dans certains cas, des patients ont indiqué que leurs greffes avaient été programmées avant même qu’ils ne soient arrivés en Chine, ce qui n’a pu se produire qu’en résultat du prélèvement forcé d’organes ".


Mosher a conclu en affirmant que l'industrie des greffes d'organes en Chine constitue non seulement un meurtre de masse, mais pourrait également être une forme de génocide.


Version anglaise :
New York Post Publishes Account of Former Hospital Worker Who Witnessed China's Forced Live Organ Harvesting

Version chinoise :
《纽约邮报》-前医院职员见证活摘器官

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.