Des milliers de Hongkongais défient l'interdiction de la police pour commémorer le massacre de la place Tiananmen

Les Hongkongais arrivent pour une veillée aux chandelles pour commémorer le massacre de la place Tiananmen, dans le parc Victoria, à Hong Kong, le 4 juin 2020. (Song Bilung/The Epoch Times)


Cet article a été mis à jour avec les dernières informations.


Des milliers de Hongkongais ont ignoré une interdiction de la police et ont organisé une veillée aux bougies au parc Victoria pour commémorer les victimes du massacre de la place Tiananmen en 1989, le 4 juin au soir.


L'Alliance de Hong Kong pour le soutien des mouvements démocratiques patriotiques en Chine, organisatrice du rassemblement annuel depuis 1990, a allumé les premières bougies vers 18h30, heure locale, près d'une fontaine d'eau du parc, avant de pénétrer sur les terrains de football du parc, malgré les barricades mises en place par les autorités locales.


La police avait interdit l'événement, invoquant des inquiétudes quant à la propagation du virus PCC.


Les membres de l'alliance ont rapidement été rejoints par des centaines d'habitants, malgré la présence de policiers anti-émeutes sur les routes proches du parc.


La veillée a officiellement commencé à 20 heures, heure locale. Un moment de silence a été observé pour les victimes à 20h09.


Contrairement à la veille des années précédentes, les gens ont fait plus que se souvenir des victimes. Ils ont également profité de l'occasion pour exprimer leurs revendications dans le cadre d'un mouvement local en faveur de la démocratie qui a débuté en juin de l'année dernière.


Les gens ont crié des slogans tels que "Libérez Hong Kong, révolution de notre temps", "Justifiez le 4 juin", "Mettez fin à la dictature du parti unique" et "Opposition à la loi de sécurité nationale", en référence à la nouvelle législation récemment imposée par Pékin. Beaucoup ont exprimé la crainte que la loi de sécurité permette à Pékin de réprimer la dissidence.


Des gens brandissent des pancartes portant les mots "Le ciel détruira le Parti communiste chinois" lors d'une veillée au parc Victoria, à Hong Kong, le 4 juin 2020. (Song Bilung/The Epoch Times)


"Gloire à Hong Kong", l'hymne officieux du mouvement démocratique, a également été joué au parc Victoria. Certaines personnes ont brandi des pancartes sur lesquelles on pouvait lire "Le ciel va détruire le Parti communiste chinois".


Plus tôt dans la journée, l'assemblée législative de la ville, avec une majorité favorable à Pékin, a adopté un projet de loi controversé sur l'hymne national, qui punirait toute personne coupable d'avoir manqué de respect envers l'hymne national chinois. Il prévoit également d'obliger les écoles à enseigner l'histoire de l'hymne et "l'étiquette du Parti communiste chinois pour jouer et chanter l'hymne national".

[...]


À Taipei, Taiwan, environ 2000 personnes se sont rassemblées pour une veillée sur la One Liberty Plaza.


Wu Renhua, qui a été témoin du massacre et a fui la Chine avec l'aide des habitants de Hong Kong, a déclaré qu'il était heureux de voir la veillée au parc Victoria. Il a averti que si on ne l 'arrêtait pas, le régime utiliserait des tactiques similaires pour réprimer la dissidence.


"Le massacre du 4 juin n'est pas de l'histoire, c'est une réalité", a-t-il déclaré dans un discours.


Source : The Epoch Times

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.