L'art moderne et 'Les habits neufs de l’empereur'

Souvent, les réflexions les plus percutantes surviennent juste après la fin d'une interview, lorsque le portable est fermé, que le dispositif d’enregistrement est éteint et souvent lorsque la conversation s'écarte complètement du sujet. C'est exactement ce qui m'est arrivé l'année dernière. Je venais d'avoir un entretien fascinant à Londres avec une collectionneuse d'art très respectée, issue d'une famille de collectionneurs d'art réputée. Alors que je rangeais mes affaires, mon interlocutrice m'a demandé où j'allais ensuite.

J'avais réservé pour voir the Painted Hall de l’Old Royal Naval College de Greenwich, une magnifique salle de banquet baroque peinte par l'artiste britannique Sir James Thornhill, et qui lui a pris 19 ans à réaliser. La salle a été conçue par l'architecte Sir Christopher Wren. Si vous n'avez jamais entendu parler de cette galerie, vous l'avez peut-être vue à l'écran, car elle est souvent présentée dans des films et des séries télévisées en costumes d’époque. Je n'avais pas vu la salle depuis qu’elle avait fait l'objet d'importants travaux de conservation. Alors que je lui disais que c'était là que je me dirigeais, l'idée de voir la galerie m'a rempli d’une telle joie que mes yeux se sont remplis de larmes.


Le Painted Hall de l’Old Royal Naval College de Greenwich, à Londres, où des centaines de personnages figurent sur les peintures de Sir James Thornhill célébrant les monarques et la puissance navale et marchande de la Grande-Bretagne. (James Brittain)


C'était un de ces moments merveilleusement inattendus qui vous prennent complètement au dépourvu. Légèrement embarrassée, j'ai expliqué ce que je ressentais : Beaucoup de galeries d'art et de musées traditionnels sont désormais tellement dominés par l'art moderne que ces bastions de notre patrimoine artistique ont largement fait disparaître les beaux-arts au profit de l'art aux objectifs politiquement corrects. L'idée de voir une partie de l'art et de l'architecture traditionnels sans passer par le reste était comme une bouffée d'air frais.


Mon interlocutrice a compris. C'est comme dans "Les habits neufs de l'empereur", a-t-elle dit.

En 1849, Vilhelm Pedersen a illustré l'empereur défilant dans les rues avec ses magiques nouveaux " habits " pour " Les habits neufs de l’Empereur " de Hans Christian Andersen. (Domaine public)

Dire la vérité ou sauver la face
Souvenez-vous du déroulement du conte de fées de Hans Christian Andersen : Il était une fois un empereur qui aimait tellement les vêtements neufs qu'il en avait pour toutes les occasions. L'empereur était tellement obsédé par l'achat de nouveaux vêtements qu'il se souciait peu de ses fonctions officielles, à moins qu'il ne puisse profiter de l'occasion pour poser dans sa nouvelle tenue.


Deux escrocs ont entendu parler de l'obsession de l'empereur, et en se faisant passer pour des tisserands, ils se sont vantés de pouvoir tisser le plus magnifique ensemble de vêtements que l’empereur ait jamais vu. Non seulement les vêtements seraient magnifiques, mais le tissu avait une capacité spéciale : Il devenait invisible pour quiconque était stupide ou inapte à son travail.


L'empereur était impressionné ; il pouvait à la fois se procurer de nouveaux vêtements et savoir quels étaient ses fonctionnaires inaptes à exercer leurs fonctions. Les escrocs se mirent au travail. Ils cachaient les fins fils de soie et d'or qu'on leur donnait pour fabriquer le tissu et faisaient semblant de tisser. Le cliquetis des métiers à tisser vides se faisait entendre jour et nuit.


Désireux de savoir à quoi ressemblait le tissu l'empereur envoya son plus honnête fonctionnaire voir les tisserands. Le fonctionnaire a observé les tisserands travailler sur les métiers à tisser, mais il n'a pas pu voir le tissu. Il savait qu’il devenait invisible pour quiconque inapte à exercer ses fonctions ou stupide. Il a supposé que, comme il n'était pas stupide, cela devait signifier qu'il était inapte à son travail.


Plutôt perplexe, il est retourné voir l'empereur et lui a fait part de ce qu'il avait constaté. Il a dit qu'il avait vu les plus beaux tissus, avec les motifs les plus exquis. Il ne pouvait pas admettre qu'il n'avait pas pu voir le tissu, ce qui aurait été avouer qu'il était inapte à sa fonction.


D'autres fonctionnaires n’ont pas pu voir le tissu non plus, mais ils ont tous prétendu qu'ils le pouvaient par vanité, de crainte d'apparaître stupide ou de perdre leur emploi. Bien que l'empereur n'ait pas pu voir l'étoffe, parce que tous ses fonctionnaires de confiance avaient dit qu'ils pouvaient, il a lui aussi convenu que l'étoffe était splendide. Bientôt, tout le monde en ville parlait des superbes nouveaux vêtements de l'empereur et de leurs capacités suscitant le désir de chacun de les voir.


L'empereur parade fièrement dans les rues avec ses vêtements neufs, ses nobles portant la traîne du manteau, dans une illustration de Hans Tegner datant de 1853. Tous les habitants de la ville participent joyeusement à la mascarade pour sauver la face. (Domaine public)


Une procession a été organisée pour que l'empereur montre à son peuple ses beaux habits neufs. L'empereur s’est déshabillé, et les tisserands ont fait comme s’ils le revêtaient de toutes ses nouvelles parures. Ils ont même dit à ses fonctionnaires que le manteau avait une traîne, que les fonctionnaires ont volontiers fait mine de porter.


Alors que l'empereur et son entourage défilaient dans les rues, tous les habitants de la ville l'acclamaient pour célébrer ses beaux habits. Personne n'avait jamais rien vu de tel. Et personne ne voulait admettre qu'il ne pouvait pas voir les vêtements parce que cela signifierait qu'ils étaient idiots ou inaptes à leur travail. Dans toute la ville, partout on entendait la même louange.


Puis soudain, une petite voix s'est fait entendre, celle d'un enfant : "Mais l'empereur ne porte aucun vêtement." Les chuchotements de ce que disait l'enfant se sont répercutés dans toute la ville, réveillant les gens de leurs illusions. L'enfant avait raison : L'empereur ne portait pas de vêtements.


L'empereur, même après avoir entendu la vérité de la bouche de son peuple, décida de garder la tête haute et de poursuivre la procession avec ses fonctionnaires continuant la mascarade, en tenant haut la traîne du manteau invisible.


Ma compréhension de l'analogie faite par mon interlocutrice, est que ce n'est pas parce qu'un large consensus de la population croit que quelque chose est juste et bon, que cela signifie nécessairement que tel est le cas. L'enfant dans "Les habits neufs de l'empereur" s’est exprimé en toute innocence parce que ce qu'il voyait était en conflit avec tous les autres. L'enfant voulait connaître la vérité.


L'idée de l'art moderne étant comme les nouveaux habits de l'empereur a vraiment résonné en moi .


Exposer les habits neufs de l'empereur
Je croyais que tout est de l'art. Maintenant, je comprends mieux.


Ma conception provenait d'une révérence sincère envers tous les êtres vivants, donc ce concept apparemment innocent de "tout est de l'art" avait un sens pour moi. Je n'avais pas réalisé, cependant, que "tout est de l’art" s'aligne sur le travail de l'artiste conceptuel français Marcel Duchamp, qui est souvent associé au mouvement Dada qui a contribué à catalyser la désacralisation de l'art occidental traditionnel.


La manière dont Duchamp a contribué à désacraliser l'art dépasse le cadre de cet article, mais pour en savoir plus, vous pouvez lire le chapitre 11 : "Désacraliser les arts" de la publication " Comment le spectre du communisme gouverne notre monde " de " The Epoch Times ".


Duchamp a créé un mouvement anti-art en faisant de l'art qui allait à l'encontre des conventions des pratiques artistiques traditionnelles. Par exemple, il a commencé à exposer des objets quotidiens qu'il appelait "readymades", comme un urinoir retourné qu'il a intitulé "La Fontaine", dont une réplique est exposée à la Tate Modern, à Londres.


Duchamp a déclaré : "Un objet ordinaire [peut être] élevé à la dignité d'une œuvre d'art par le simple choix d'un artiste". En substance, Duchamp disait : Tout est de l'art - si un artiste le dit, c'est vrai. Ce point de vue déplace l'accent sur l'artiste en tant que virtuose qui capture les créations de Dieu en faisant de l'artiste une fausse idole qui croit que son point de vue est plus important que l'œuvre elle-même.


L'idéologie de Duchamp s'écarte de la définition de l'artiste du XVIe siècle, qui, selon le site Etymonline, est quelqu'un "qui cultive un des beaux-arts". Les beaux-arts traditionnels, tels que définis à la Renaissance, sont la peinture, la sculpture et l'architecture.


Il est intéressant de noter que le terme "beaux" dans "beaux-arts" ne reflète pas l'apparence et le niveau de polissage de l'art, mais il signifie que l'artiste a créé l'art en utilisant une discipline artistique occidentale purement traditionnelle, selon le philosophe David Clowney dans une édition 2011 du "Journal of Aesthetics and Art Criticism".


Le mur du fond du Hall peint de Greenwich, à Londres. (James Brittain)

Le regretté philosophe Roger Scruton développe ces définitions, en déclarant dans son livre "Beauté" que l'essence d'un art tel que "le véritable art est un appel à notre nature supérieure, une tentative d'affirmer cet autre royaume dans lequel l'ordre moral et spirituel prévaut".


Lorsqu'il peint des scènes morales et spirituelles, un artiste doit comprendre comment représenter non seulement l'apparence superficielle du sujet, mais aussi le caractère entier de chaque sujet. Et lorsque les artistes peignent des sujets aussi droits, ils imprègnent leurs tableaux de ces qualités. Il est donc logique que l'art peint avec la plus grande sincérité, qui incarne les meilleurs sujets moraux et spirituels, puisse émouvoir une personne aux larmes. C'est pourquoi l'art véritable fait appel à notre âme, et quand l'âme est touchée, c'est quelque chose que les mots ne peuvent pas facilement transmettre.


Inversement, lorsque l'art recrée des objets dégénérés (comme un urinoir) ou des sujets fugaces tels que les émotions et les désirs humains en dehors de tout contexte spirituel ou moral, cet art ne peut qu'avoir un effet négatif sur le spectateur. Une peinture imprégnée de ces qualités n'est pas une peinture qui cultive les beaux-arts. Elle accentue les émotions humaines négatives qui sont là comme des indicateurs de mécontentement, qui ne devraient pas être immortalisés sur la toile. Les peintures qui capturent des émotions, des désirs ou des actions égoïstes agissent comme des instantanés d'un moment dans le temps sans montrer aucune conséquence qui permettrait d’en tirer des enseignements ou d’améliorer notre caractère. Dans l'art véritable, comme dans la vie réelle, chaque action a une conséquence.


Le grand art incarne la raison. Il a un but et un ordre : Il promeut la bonté, guide notre moralité et nous inspire à être meilleurs. Le grand art a un sens. Mais l'art moderne, celui qui s'écarte des valeurs de l'art occidental traditionnel, n'a pas de sens. Il incarne l'irrationnel, le sensationnel et l'émotionnel ; il est sans raison dans le sens le plus vrai du terme : rationnel.


Par conséquent, l'art tel que défini par Duchamp entre dans la catégorie des "habits neufs de l'empereur". Je pense que la plupart des œuvres d'art non traditionnelles créées depuis l'époque des impressionnistes (à partir de 1860 environ) entrent également dans cette catégorie.


L'art véritable guide toujours le spectateur vers la bonté, et l'art ayant tout autre but appartient à la catégorie des "Habits neufs de l’empereur."


Traduit de l'anglais
Version originale
Modern Art and ‘The Emperor’s New Clothes’

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.