Histoires de l’honnête Yan Shu


Yan Shu était un poète, un calligraphe, un érudit et un fonctionnaire de la cour sous la Dynastie Song (960-1279). Depuis l’enfance, il était honnête, droit et très intelligent.


Yan Shu était déjà capable d’écrire de la poésie à l’âge de 7 ans et il fut présenté à l’Empereur Zhenzong de Song (qui régna de 968-1022) à l’âge de 14 ans en tant qu’" enfant prodige" par hang Zhibal, gouverneur de la région de Jiangnan.


Yan Shu s’est rendu à la capitale, en 1005 pour participer à l’examen impérial avec plus de 3100 autres heureux candidats venus de tout le pays.


Même si on lui avait accordé le privilège d'être interviewé par l'Empereur sans avoir à passer l'examen, il a insisté pour passer l'examen avec les autres.


Yan Shu était très calme pendant l’examen et a très bien répondu aux questions le premier jour des épreuves. L’Empereur Zhenzong était très satisfait de ses résultats et lui a décerné le titre de " Lauréat du plus Haut Examen Imperial ".


Dans la suite des épreuves, le lendemain, quand Yan Shu a vu que le sujet était semblable à celui sur lequel il avait déjà travaillé auparavant, il a demandé à l’examinateur de lui donner un autre sujet.


L’examinateur lui a dit " Peu importe que vous ayez déjà travaillé sur le sujet. Écrivez simplement votre réponse. Nous évaluerons votre article de la même manière. Si je vous donne un nouveau sujet, vous pourriez échouer si vous n'arrivez pas à bien faire. "


Yan Shu a répondu, “Si vous ne me donnez pas un nouveau sujet, même si je réussis l’examen, ce ne sera pas dû à mes vrais mérites. Si j’échoue avec ce nouveau sujet, cela voudra dire que je ne suis pas encore assez bon dans mes études. Je n’aurai pas de regrets." En entendant cela, l’examinateur donna un nouveau sujet d’examen à Yan Shu.


Yan Shu regarda le nouveau sujet et se mit à réfléchir pendant un moment, ensuite il prit son pinceau et termina l’essai d’une traite. L’examinateur en chef était très impressionné par le talent de Yan Shu et sa vivacité d’esprit, le considérant comme un authentique un génie.


Yan Shu avait demandé un nouveau sujet sur la base de son sens de l’honnêteté. Il a remarquablement passé son examen grâce à son talent et son excellente érudition. Sa conduite et son intégrité lui ont valu un grand respect de la part des autres.


Bientôt, l’Empereur Zhenzong a eu vent de ce qui s'était passé. Il a immédiatement convoqué Yan Shu. " Non seulement vous avez de réels talents, mais surtout, vous avez la grande qualité de l’honnêteté et de droiture ! " a déclaré l’Empereur.


L’Empereur admirait beaucoup Yan Shu et le nomma membre de l’Académie Impériale.


Les fonctionnaires de la capitale faisaient souvent des excursions dans les banlieues ou organisaient des banquets dans des restaurants ou des maisons de thé. Comme Yan Shu venait d'une famille pauvre, il n'avait pas d'argent pour sortir se divertir comme les autres. Il passait donc son temps libre à la maison, à lire et à écrire des articles avec ses frères.


Un jour, l'empereur Zhenzong a voulu choisir un professeur pour son fils Zhao Zhen, le prince héritier. Il n'a pas demandé de recommandation aux membres de sa cour, mais a personnellement nommé Yan Shu à ce poste. Il a déclaré : "J'ai entendu dire que Yan Shu restait souvent à la maison pour lire et écrire au lieu d'assister à des banquets. C'est une personne honnête et consciencieuse, très appropriée pour côtoyer le prince héritier".


Lorsque Yan Shu est allé remercier l'empereur pour cette nomination, il lui a dit : "Ce n'est pas que je ne veuille pas faire d'excursions ou assister à des banquets, mais parce que je viens d'une famille pauvre et que je n'ai pas d'argent pour le faire. Si j'avais de l'argent, j'aurais fait la même chose". Voyant que Yan Shu était si honnête, l'empereur lui a fait encore plus confiance.


Le bon caractère et l’honnêteté de Yan Shu étaient très appréciées de l’Empereur et des fonctionnaires de la cour. Après l'accession au trône du prince héritier Zhao Zhen, Yan Shu s’est vu confier des rôles encore plus importants, jusqu’au poste de Chancelier de la Cour. Cependant, il est resté honnête et les pieds sur terre dans sa conduite quotidienne et était profondément aimé du peuple.


Même si Yan Shu était un haut fonctionnaire, il était toujours aimable et d’abord facile. Il recommandait des personnes de talent, quelles que fussent leur origine. Ces personnes étaient Fan Zhongyan, Kong Daofu, Wang Anshi et d’autres. Il a également nourri et aidé de nombreux jeunes universitaires talentueux, tels que Han Qi, Fu Bi, Ouyang Xiu et d’autres. Yan Shu traitait chaque étudiant avec honnêteté et sincérité.


Une fois, Yan Shu est passé par la ville de Yangzhou, un endroit connu pour ses jardins et ses magnifiques paysages. Il s'est senti un peu fatigué en se promenant dans la ville avec son serviteur, alors ils sont allés se reposer dans le temple Daming. En entrant dans le temple, il a vu beaucoup de poèmes écrits sur le mur.


Intrigué par ce qu’il voyait, Yan Shu s’est assis sur une chaise et a demandé à son serviteur de lui lire les poèmes, mais sans révéler les noms des auteurs, ni leur statut social.


Yan Shu a écouté pendant un moment et a senti qu’un poème était particulièrement bon. Il se trouvait qu’il était écrit par Wang Qi.


Yan Shu envoya son serviteur pour inviter Wang Qi à une rencontre. Wang Qi est venu et ils ont eu une conversation très agréable. Yan Shu invita Wang Qi à rester pour le repas. Ensuite ils se sont promenés dans le jardin arrière.


C’était à la fin du printemps et le sol était couvert de pétales tombés. Quand une brise agréable soufflait, les pétales flottaient dans l’air, créant un spectacle vraiment magnifique.


Cela a rappelé quelque chose à Yan Shu, qui demanda à Wang Qi : " chaque fois qu’un vers apparaît dans mon esprit, je l’écris sur un mur et pense au prochain qui va suivre. Cependant je suis bloqué sur un vers et n’ai pas pu passer à la ligne suivante, depuis quelques années maintenant. "


"Quel est ce vers si je peux me permettre ? " demanda Wang Qi.


Yan Shu récita : "Les fleurs mourront, on fait ce que l’on peut "


" Pourquoi n’auriez-vous pas ‘ Les hirondelles reviendront, comme d’apparentes connaissances’ pour la ligne suivante ? " suggéra tout de suite Wang Qi, " cela signifie que le temps est devenu plus chaud et que les hirondelles reviennent du sud, comme si elles s’étaient rencontrées l’année précédente. "


Yan Shu était très heureux de la ligne proposée et ne cessait de répéter : "merveilleux, merveilleux, vraiment merveilleux ! "


Yan Shu a tant aimé le couplet qu’il a plus tard inclut les vers dans un de ses poèmes bien connu "Huan Xi Sha. "


Yan Shu était très impressionné par les talents littéraires de Wang Qi et le recommanda à l’Empereur après être retourné à la capitale. Plus tard, Wang Qi a assumé de nombreux postes importants et s’en acquitta bien.


Version chinoise

Traduit de l'anglais de :
http://en.minghui.org/html/articles/2020/2/13/183226.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.